La sexualité de Babylone VS La sexualité en Christ

Aujourd’hui c’est une étude sur la sexualité et les pratiques qui nous sont interdites en tant que disciple de Yeshua dont je vais parler. Cette étude a pour objectif d’éclaircir les règles de sexualité qui nous sont imposées pour ne pas tomber dans l’immoralité sexuelle, c’est-à-dire être complice de Babylone et ennemi de Dieu. Je tiens à rappeler que je ne suis en aucun cas dans le jugement mais la prévention, car moi-même ayant pratiquée de nombreuses de ces pratiques avant ma conversion.

Genèse 39 : 7-10 « Il arriva, après ces faits, que la femme de son maître jeta les yeux sur Joseph. Elle lui dit : « Viens reposer près de moi. Il s’y refusa, en disant à la femme de son maître : « Vois, mon maître ne me demande compte de rien dans sa maison et toutes ses affaires il les a remises en mes mains ; il n’est pas plus grand que moi dans cette maison et il ne m’a rien défendu, sinon toi, parce que tu es son épouse ; et comment puis-je commettre un si grand méfait et offenser le Seigneur ? Quoiqu’elle en parlât chaque jour à Joseph, il ne cédait point à ses vœux en venant à ses côtés pour avoir commerce avec elle. » On voit dans ce verset que Dieu prête attention à notre vie sexuelle car nous devons rendre des comptes pour chacun de nos actes.

Ouvrons, tout d’abord notre étude, avec la définition de sexualité qui provient da la racine latine ‘’sexus’’ qui signifie séparation qui correspondant à la séparation biologique, physiologique des sexes, caractéristiques fondamentales pour la reproduction sexuée. Ce qui nous conforte dès le commencement que le sexe ne peut pas être séparé de la reproduction potentielle (car c’est sur la volonté d’Elohim que cela s’appuie).

 Genèse chapitre 2 Verset 24 “ C’est pourquoi l’homme abandonne son père et sa mère ; il s’unit à sa femme, et ils deviennent une seule chair ».

 Ce verset signifie que lorsqu’une femme et un homme s’unissent sexuellement et spirituellement ils ne forment qu’un sur terre et dans le ciel, mais cela signifie aussi que la sexualité d’un couple en Christ engendrera selon la volonté d’Elohim, la chair de leur chair, donc une seule chair. La sexualité est un devoir, qui par la grande bonté, a permis que cette même responsabilité soit un moment de jouissance mutuel.  

Au cours de cette étude, nous allons aborder pas à pas les différentes pratiques sexuelles qui sont interdites à la lumière de la Parole de notre Sauveur Yeshua, et appuyer tout cela avec l’aspect historique.

LA SODOMIE

Premièrement, nous allons parler de la sodomie. La sodomie avait un tout autre sens que celui que nous connaissons actuellement, car jusqu’au 17ème siècle en France cela recouvrait toutes les relations sexuelles jugées déviantes, c’est-à-dire, qui ne peuvent pas mener à la reproduction. Cela comprenait les pénétrations anales, orales comme la fellation et le cunnilingus, anulingus ainsi que la masturbation, zoophilie, ect… Cette définition est d’ailleurs toujours actuelle au Etats-Unis dans certains états dans lesquelles le mot ‘’Sodomy’’ regroupe  tous types de comportements sexuels non reproductifs. Cela déjà, nous permet de revoir nos jugements quant aux homosexuelles car si leurs actes et penchants sont des péchés, les hétérosexuels qui pratiquent ce même genre de sexualités sont tout aussi immoraux.

De plus, cette définition beaucoup plus riche en détails, explique le nom de la ville Sodome et Gomorrhe, car il n’y avait pas qu’un seul type de pratiques sexuelles immorales mais beaucoup d’autres.

Dans Genèse chapitre 18 Verset 20-21 « L’Éternel dit : « Comme le décrit de Sodome et de Gomorrhe est grand ; comme leur perversité est excessive, je veux y descendre ; je veux voir si, comme la plainte en est venue jusqu’à moi, ils se sont livrés aux derniers excès ; si cela n’est pas, j’aviserai. » Le terme ici ‘’Décri ‘’signifie Accusation, ce qui nous ramène aux faits que les actes sexuels des habitants ont été portés en accusation devant l’Eternel par les anges accusateurs. N’est-ce-pas une manière pour Dieu de nous faire savoir que notre sexualité doit respecter ses règles ?

Continuons avec Genèse chapitre 19 Verset 4-5 « Ils n’étaient pas encore couchés, lorsque les gens de la ville, les gens de Sodome, s’attroupèrent autour de la maison, jeunes et vieux ; le peuple entier, de tous les coins de la ville. ». Ce passage nous montre qu’il n’y pas d’âge pour la perversité, créant une union interrelationnelle qui engendre la transmission de la dépravation de génération en génération. Tout comme actuellement ce qui n’était pas concevable jadis le devient et l’est pour les générations futures.

Dans Genèse chapitre 19 Verset 9 « Ils répondirent : « Va-t’en loin d’ici ! Cet homme, ajoutèrent-ils, est venu séjourner ici et maintenant il se fait juge ! Eh bien, nous te ferons plus de mal qu’à eux ! » Cedom en hébreux signifie ‘’qui brule’’, ce qui est exactement ce que chaque individu faisait à son propre corps en poursuivant leurs désirs abominables.

 Alors ensuite, nous lisons « Car, « instruits par les Saintes Écritures, nous savons que Dieu a prononcé un jugement mérité contre les hommes de Sodome à cause de la folie de leurs rapports, si bien qu’à ce jour leur terre brûle d’un feu interminable. Par ces choses, Dieu nous a instruits pour que, le sachant, nous puissions éviter un tel sort […]. Par conséquent, il appartient à tous ceux qui désirent craindre Dieu de s’abstenir d’une conduite si vile et si criminelle qu’on ne la rencontre même pas chez les bêtes sauvages » »

— Code Justinien, nov. 14121.

Même chez les animaux, certaines dérives sexuelles ne sont pas commises dans leur espèce. Pourquoi chez nous oui ?

En Occident, pour la plupart des médecins et des sexologues du XVIIIe au début du XXe siècle, il existe un instinct de la reproduction. Pour cette raison, comme la sodomie, et la je parle de l’acte anal, ne permet pas la fécondation, c’est donc une activité contre nature, provenant forcément d’un vice moral ou d’un dérèglement de l’instinct sexuel. L’instinct de reproduction c’est un élément physiologique dont même la médecine païenne avait conscience.

Il faut savoir que l’anus correspond à la partie terminale du tube digestif et que l’anus ainsi que le rectum ne produisent pas de lubrification naturelle, n’étant pas crée pour cette utilisation.

Sur ces photos, nous voyons ce qui compose le tube digestif et surtout nous comprenons bien que l’anus est l’exutoire des excréments, une voie sortante.

Bouche. Oesophage. Estomac. Petit Intestin. Gors Intestin. Rectum. Anus.

L’anus n’est pas un simple trou, il fait parti intégrante du système digestif, c’est-à-dire la poubelle que nous devons vider sous peur d’éclosion intestinale

Cette pratique anale est une pratique abominable quand elle est faite entre un homme et un homme mais tout autant quand cela est fait entre une femme et un homme. Le fait d’être marié ne change pas l’immoralité d’une pratique sexuelle. Si même les animaux ne font pas cet acte en tant qu’hétérosexuelle mais en homosexualité, posons-nous les bonnes questions ?

Dans la Rome antique, un homme libre, bien souvent le ‘’maitre’’ qui sodomisait ses esclaves ou élèves (femme ou homme) manifestait sa puissance. En revanche, un homme ou une femme libre sodomisé se ravalait à un rang inférieur, et cette passivité était considérée comme honteuse.

L’acte sexuel conjugal n’est pas un acte de domination-soumis, mais un acte d’amour, lié à la complémentarité de chacun pour l’autre.

LA FELLATION

Passons maintenant à la fellation, qui est un comportement sexuel. Le but du Comportement sexuel est la recherche de récompense par une satisfaction qui nous est donné. La fellation est considérée comme étant une activité sexuelle, c’est-à-dire un comportement opposé à l’instaint de reproduction de l’Homme. Et noter bien quand je dis l’instinct de reproduction, cela ne veut pas dire le désir de vouloir consciemment des enfants, c’est encore physiologique, donc c’est votre corps qui en appelle à l’autre corps pour créer une seule chair.

Dans Lévitique 5 :3 « ou s’il touche à une impureté humaine (quel que soit le degré de souillure qu’elle occasionne), et que, ne l’ayant pas su, il l’ait ensuite appris et soit devenu coupable »

Lévitique 15 :2 « « Parlez aux enfants d’Israël et dites-leur : Quiconque serait affligé de gonorrhée, son écoulement est impur. »

Lévitique 15 :7 « Si l’on touche au corps de celui qui a le flux, on lavera ses vêtements, on se baignera dans l’eau et l’on sera souillé jusqu’au soir. »

Lévitique 15 : 32 « Telle est la règle pour celui qui a le flux, et pour celui qui aurait laissé échapper de la matière séminale, cause d’impureté ; »

La gonorrhée est une infection sexuellement transmissible qui se transmet par les fluides masculins ou féminins et cela peut se transmettre via la salive aussi. En clair, ces versets montrent déjà que l’écoulement d’un homme ou d’une femme est quelque chose d’impur quand il est sorti de son contexte d’utilisation. Le liquide séminal ou pré éjaculatoire symbolise l’excitation de l’homme, qui tient le rôle de lubrifiant naturel pour faciliter la relation sexuelle vaginale, tout comme les secrétions vaginales. Sans oublier la présence de spermatozoïdes dans le liquide séminal. On voit là une complémentarité physique entre le corps de la femme et de l’homme, permettant l’instant de plaisir conjugal.

Mais malheureusement la fellation impose au corps de la femme de souiller sa bouche avec une matière séminale qui n’a pas pour objectif de lubrifier le palais de la femme. On va dans le contre nature de nouveau, en sachant que physiologiquement le corps va avoir des mouvements de rejets avec des nausées, l’envie de vomir, tout comme quand on met notre brosse à dent trop au fond de notre bouche. Et bien que nous soyons conditionnés à aimer faire plaisir à l’autre au détriment de nous-mêmes, ou encore nous allons conditionner notre corps à aimer cette pratique pour ne pas perdre la face, cela reste une pratique déviante donc contraire à la Parole et à notre sanctification en Yeshua.

Ce schéma montre que la bouche, la gorge n’est pas un utérus, donc il ne confondre les deux.

La fellation (du latin fellatio, dérivé de fellare qui signifie « sucer, téter » cela nous rappelle la poitrine de la femme qui elle est destiné à cet usage de par les enfants et de par les caresses de son époux.

De plus les éjaculations buccales sont elles aussi contre nature car l’éjaculation est un acte incontrôlable et normal, ce qui signifie que le jet du sperme va le plus loin possible, non pour se perdre dans la nature ou sur des parties du corps improbables, mais pour aller le plus loin possible dans l’utérus pour la conception. Le corps parle de lui-même et ne se dissocie pas de la procréation qui est attachée à la sexualité.

Du XVIIIe siècle jusqu’à la révolution sexuelle des années 1970, les savants et les sexologues affirmaient par des études scientifiques que la fellation provenait d’une déviation de l’instinct sexuel ou de troubles psychologiques. En résumé, l’être humain de Babylone recherche les activités sexuelles, comme la fellation, principalement car elles procurent des plaisirs érotiques intenses.

Sachez, que l’On trouve des fresques de scènes de fellations à Pompéi ainsi que sur des bas-reliefs hindous, les papyrus de l’Égypte antique et la Rome antique. On trouve des références à des fellations — hétérosexuelles, homosexuelles ou pédérastiques (jeune-vieux) — dans la Vie des douze Césars de Suétone. Donc je ne vous partage pas les photos mais posons-nous encore une fois les bonnes questions ? Pourquoi gardons-nous une sexualité similaire aux couple marié du monde ? La fellation n’est pas un caractère biologique, donc va à l’encontre de l’usage physique, ce qui donne à cette pratique son caractère immoral et désordonnée.

Proverbes 30 verset 18-20 « Tel est le secret de la conduite d’une femme adultère : elle satisfait ses appétits, s’essuie la bouche et dit : « Je n’ai rien fait de mal ! » Souvent même actuellement, on pense qu’une fellation n’est pas l’acte sexuel donc il n’y a rien de grave à cela, ce qui engendre des infidélités, ce qui poussent à enfreindre l’abstinence sexuelle pour les célibataires en se disant, non ce n’est pas grave. Je suis désolée mais oui c’est grave car c’est immoral.

Auparavant quand j’étais inconvertie, je pensais comme beaucoup, que si je ne faisais pas cette pratique, l’homme avec qui j’étais, partirai, ou serait infidèle. Mais aujourd’hui, Je préfère être fidèle à Dieu en respectant ses décrets, que d’avoir un homme qui me pousse à être infidèle à Dieu.

LE CUNNILINGUS, L’ANNULINGUS

Ensuite, voyons le cunnilingus qui signifie en latin cunnus lingere soit « lécher la vulve ». Les fluides générés par le corps de la femme ont pour rôle de faciliter le coït vaginal, donc la pénétration. C’est aussi un signe d’excitation du corps pour le sexe opposé.

Lorsque cette pratique est effectuée, cela équivaut à la fellation, mais pour la femme. Comme je l’ai déjà dit, avoir du sperme dans sa bouche ou de la cyprine dans sa bouche, cela revient à avoir un clou dans sa bouche, c’est une métaphore mais c’est pour spécifier ce qui va dans la bouche, ce qui doit être ingéré par le corps doit être des aliments. Le ventre n’est pas fait pour avoir des sécrétions qui sont elles-mêmes expulsées du corps.

D’ailleurs dans le Taoïsme chinois (cette fausse doctrine), le cunnilingus a une place importante et ne peut pas être retiré de la sexualité des croyants de cette doctrine tout comme les couples actuels païens et même chrétiens. Pourquoi ? parce que l’action de boire autre que l’action de boire des breuvages destinés à cela, l’acte de boire les sécrétions sexuelles de son partenaire est un acte de vampirisme, c’est-à-dire s’attribuer les énergies qui en dégagent comme une eau de jeunesse par exemple. Pourquoi les païens arrivent-ils dans leur fausses doctrines a voir le caractère spirituel ( bien qu’eux le voient d’une manière perverse) de chaque composante du corps et nous en tant que disciple de Yeshua, nous allons refuser de voir le spirituel là ou cela met à mal nos désirs.

Les sirènes en arrière plan qui sont l’expression même de l’abomination conforte le caractère pervers de cette pratique
Cette fausse doctrine exprime le fait que le cunnilingus revient à aspirer l’énergie vitale de son hote pour s’en nourrir et s’en fortifier. La personne devient alors soumise à celui qui l’aspire : notion de vampirisme.

La cyprine, donc la sécrétion vaginale signe d’excitation chez la femme est composé d’eau, mais aussi d’urée (la composante qui est évacuée par les reins), et de la flore bactérienne. En sachant que les bonnes bactéries qui sont dans le vagin ne sont pas les mêmes qui sont dans les muqueuses de la bouche. La cyprine est le liquide pré éjaculatoire de la femme en résumé, donc un rôle de lubrifiant naturel pour faciliter l’acte sexuel, apporter un confort au vagin, le protéger et évacuer les cellules mortes qui se forment sur les muqueuses.

En 1952, la fellation, avec la masturbation et le cunnilingus, font partie des comportements pathologiques dans la première édition du Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux soit des dérives sexuelles, Comprenez-bien.  De plus je ne ferai pas un long monologue concernant l’anulingus, qui est tout autant immoral, car cette pratique vise à lubrifier un endroit qui ne doit pas l’être et un endroit qui plus est pleins de bactéries fécales qu’un simple lavement ne pourra pas faire partir engendre des risques de santé inutiles. Les chiens ou les chats aiment se lécher l’anus ou sentir l’anus afin de se saluer comme technique primitive, ce qui devrait nous mettre la puce à l’Oreille.

Osée 5 :3-4 « Je connais bien Ephraïm, et Israël ne peut se dérober à moi ; oui, vraiment, tu t’es livré à la prostitution, ô Ephraïm, Israël s’est rendu impur. Leur manière d’agir ne leur permet pas de retourner à leur Dieu, car le goût de la prostitution règne au milieu d’eux, mais l’Eternel, ils ne le connaissent point. » Nous ne devons pas ramener les pratiques impures du monde dans nos vies qui sont par notre nouvelle naissance consacrées à Yeshua.

De plus lorsque Dieu nous dit ‘’Tu ne coucheras point avec un homme comme on couche avec une femme ‘’cela en devient logique ‘’

Homosexuelle femme = cunnilingus, masturbation

Homosexuelle homme = fellation, sodomie

Hétérosexuelle = Coit vaginal uniquement car c’est la seule chose qu’ils ne peuvent pas faire naturellement.

Nous lisons dans Ephésiens 5 :28-31 « C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme, s’aime lui-même. Car personne n’a jamais haï sa propre chair, mais il la nourrit et l’entretient, comme le Seigneur le fait à l’égard de l’Église ; Parce que nous sommes les membres de son corps, étant de sa chair et de ses os. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme ; et les deux ne seront qu’une seule chair. » En une phrase ce passage nous instruit en nous disant de Ne p pas faire à l’autre ce que nous n’aimerions pas que l’on nous fasse.

LA MASTURBATION ET L’ONANISME

Là nous allons passer à la partie sur l’Onanisme et la Masturbation.

Souvent dit comme similaire, ce sont deux pratiques différentes. La Masturbation est pratiquée par tous les mammifères et surtout les primates. Actuellement la masturbation est normalisée, même prôner comme étant une manière de connaitre son corps et d’en avoir le contrôle.

La masturbation c’est provoquer le plaisir sexuel par l’excitation des parties génitales soit stimuler les zones dites érogènes. Donc il y a là un véritable autocentrisme car le plaisir doit être pour la personne et ce par le biais de fantasmes, films pornographiques, pensées sexuelles, ect…  La masturbation ne se fait pas uniquement seul, elle peut se faire en groupe, à plusieurs, tout comme cela se faisaient dans les orgies antiques comme actuellement.

Comprendre qu’il y a une différence entre la masturbation et les caresses faites sur votre époux ou épouse.

Masturbation vient du latin ‘’Manus’’ la main et stupratio ‘’l’acte de souiller’’ ou en grec ‘’mastropauein’’ qui signifie se prostituer.  Quand nous nous adonnons à la masturbation, c’est un plaisir honteux qui en ressort et c’est cette honte qui provoque une excitation par un excès d’adrénaline. Cet acte est égoïste car il concentre l’homme sur lui-même et son propre plaisir. Et ce n’est pas cela la sexualité. La sexualité se vit à deux.

Exemple, le chimpanzé utilise des objets sexuels comme des fruits pour y coller son sexe et se procurer du plaisir, les éléphants utilisent leur trompes…

La masturbation n’a aucune relation avec la sexualité car elle se détache de la reproduction, C’est-à-dire la mise en avant d’une seule chair créer par la fusion de deux chairs. Pour une société qui met au centre l’Homme, bien évidemment que la masturbation sera perçue comme un acte parfaitement humaniste.

Ce tableau de narcisse nous représente notre regard erroné de la sexualité comme étant une source de plaisir pour nous glorifier nous et après penser à l’autre.

L’Homme veut séparer la sexualité en deux comportements : Un comportement de reproduction quand il le désire et un comportement érotique basé que sur les passions de la chair.

La masturbation n’est en aucun cas une alternative pour éviter la fornication comme le prêche certains serviteurs de Dieu. Le célibat équivaut à l’abstinence en tout point.

L’onanisme fait référence à un personnage biblique Onân dans Genèse 38 : 8-10 « Alors Juda dit à Onân : Épouse la femme de ton frère en vertu du lévirat, afin de constituer une postérité à ton frère. Onân comprit que cette postérité ne serait pas la sienne ; et alors, chaque fois qu’il approchait de la femme de son frère, il corrompait sa voie, afin de ne pas donner de postérité à son frère. »

Toute éjaculation hors de la voie reproductive est une destruction de semence, or la semence, le sperme est important car il contient les descendances. (Et ce même nous savons pleinement qu’une femme ne tombe pas enceinte à chaque rapport sexuel.) Donc voici le crime d’Onân, la destruction de sa semence, qu’il mettait hors de la voie de reproduction par sa propre volonté.

La sexualité doit rester ouverte à la procréation, et ce à chaque acte. Car lors d’un rapport sexuel en spiritualité, il y a trois personnes Dieu, l’homme et la femme. Dieu est celui qui choisit s’il l’ouvre la porte du ventre de la femme ou non car c’est lui le créateur. La sexualité c’est une responsabilité qui nous est permise de porter quand nous sommes mariés, car cela signifie laisser à Dieu la volonté de donner ou pas un enfant.  Si l’on ne souhaite pas d’enfant, l’on reste dans l’abstinence, dans le sens ou nous n’avons pas le droit de dissocier l’acte de la procréation éventuelle décidée par Dieu.

D’un point de vue moderne, beaucoup veulent justifier la destruction de la semence comme étant une chose anodine, par le fait que le crime d’Onân, serait selon les exégètes, l’enfreint de la loi du lévirat qui est de refuser de donner une descendance à la femme de son frère. Cependant moi, je vous le dis, cela est reculé pour pas sauter. Le crime d’Onân est le refus de conception, et lorsque nous détruisons la semence par le port de préservatifs, ou technique de retrait cela est bel et bien une destruction physique mais surtout spirituelle, car c’est comme remettre en doute le fait que Dieu ne sait pas quel moment est le mieux pour accueillir un enfant.

LE CONTROLE DES NAISSANCES

Dans les versets suivants,

Genèse chapitre 4 Verset 1 « or, l’homme s’était uni à Ève, sa femme. Elle conçut et enfanta Caïn, en disant : « J’ai fait naître un homme, conjointement avec l’Éternel ! »

Genèse chapitre 4 Verset 17 « Caïn connut sa femme ; elle conçut et enfanta Hénoc »

Genèse chapitre 4 Verset 25 « Adam connut de nouveau sa femme ; elle enfanta un fils, et lui donna pour nom Seth : « Parce que Dieu m’a accordé une nouvelle postérité au lieu d’Abel, Caïn l’ayant tué. »

Ces trois passages ci-dessus expriment clairement qu’en tant qu’enfant de Dieu, il n’existe pas une union époux épouse tout simplement mais bien Dieu-Epoux-Epouse. Ce qui conforte le fait que Dieu soit celui qui décide de la postérité du couple, et non le couple.

Genèse chapitre 6 Verset 18 « J’établirai mon pacte avec toi : tu entreras dans l’arche, toi et tes fils, et ta femme et les femmes de tes fils avec toi. »

Genèse chapitre 6 Verset 19-20 « Et de tous les êtres vivants, de chaque espèce, tu en recueilleras deux dans l’arche pour les conserver avec toi : ce sera un mâle et une femelle. Des oiseaux selon leur espèce ; des quadrupèdes selon leur espèce ; de tout ce qui rampe sur la terre, selon son espèce, qu’un couple vienne auprès de toi pour conserver la vie. »

*Homme et femme en Christ = promesse d’une vie dans la Parole du Seigneur. Ce qui montre que pour Dieu SA postérité est importante, car certes ce sont nos enfants mais ils sont destinés à servir Dieu.

Genèse chapitre 9 verset 1 « Dieu bénit Noé et ses fils, en leur disant : « Croissez et multipliez, et remplissez la terre ! »

Genèse chapitre 9 Verset 7 « Pour vous, croissez et multipliez ; foisonnez sur la terre et devenez-y nombreux. »

Genèse chapitre 9 Verset 9 « « Et moi, je veux établir mon alliance avec vous et avec la postérité qui vous suivra »

Dieu demande beaucoup plus qu’une postérité, Dieu nous demande de lui faire confiance dans tous les domaines de notre vie et encore plus l’intimité.

Nous constatons clairement que l’acte sexuel ne peut pas être séparé d’une éventuelle procréation et surtout du fait que nous ne sommes personnes pour contrôler les naissances. Celui qui donne la vie ou la mort, c’est Elohim seulement. Devenir épouse ou époux, c’est accepter de devenir père ou mère si cela est la volonté de Dieu. On ne peut pas choisir de packaging « je veux un mari et deux enfants pas plus »

Dans Genèse chapitre 11 Verset 30 « Saraï était stérile, elle n’avait point d’enfant. » Comment sait-on quand nous sommes stériles ? Quand nous avons bon nombre de rapports sexuels et que nous ne tombons pas enceinte. Cela conforte l’idée que les rapports sexuels n’engendrent pas automatiquement des grossesses, en sachant que c’est Dieu qui ouvre et ferme les portes de notre ventre.

Nous lisons encore dans Genèse chapitre 16 Verset 2 « Saraï dit à Abram : « Hélas ! l’Éternel m’a refusé l’enfantement ». Nous voyons encore une fois que lorsque nous sommes enfant de Dieu, Dieu décide quand nous nous marions et décide quand nous devons engendre sa descendance.

Genèse chapitre 17 Verset 16 « Je la bénirai, en te donnant, par elle aussi, un fils »

Genèse chapitre 17 Verset 21 « Pour mon alliance, je la confirmerai sur Isaac, que Sara t’enfantera à pareille époque, l’année prochaine. » Ce verset m’est en évidence, le fait que ce soit à Dieu de décider si oui ou non il t’accorde un enfant. Quand il a accordé un enfant à Sarai, ce n’est pas pour la volonté de Sarah qu’il l’a fait mais parce que la demande de Sarah était en accord avec sa volonté. N’oublions pas que nous sommes serviteurs de Dieu, et non le contraire.

Genèse chapitre 18 Verset 11-14 « Abraham et Sara étaient vieux, avancés dans la vie ; le tribut périodique des femmes avait cessé pour Sara. Sara rit en elle-même disant : « Flétrie par l’âge, ce bonheur me serait réservé ! Et mon époux est un vieillard ! Le Seigneur dit à Abraham : « Pourquoi Sara a-t-elle ri, disant : ’Eh quoi ! en vérité, j’enfanterais, âgée que je suis ! N’est-il rien d’impossible au Seigneur ? Au temps fixé, à pareille époque, je te visiterai et Sara sera mère » Voyez comment nous sommes tous amenés au doute à cause de notre condition humaine, mais cela doit nous enseigner par les histoires qui ont précédé que seul Dieu détient la vie entre ses mains.

Genèse chapitre 20 Verset 17-18 « Abraham intercéda auprès de Dieu, qui guérit Abimélec, sa femme et ses servantes, de sorte qu’elles purent enfanter. Car Dieu avait fermé toute matrice dans la maison d’Abimélec, à cause de Sara, épouse d’Abraham. »

Genèse chapitre 21 Verset 2 « Sara conçut et enfanta un fils à Abraham quoiqu’âgé, à l’époque précise où Dieu l’avait promis. »

Genèse chapitre 24 Verset 67 « lsaac la conduisit dans la tente de Sara sa mère ; il prit Rébecca pour femme et il l’aima et il se consola d’avoir perdu sa mère. ».

Genèse chapitre 25 Verset 21 « Isaac implora l’Éternel au sujet de sa femme parce qu’elle était stérile; l’Éternel accueillit sa prière et Rébecca, sa femme, devint enceinte. »

Genèse chapitre 29 Verset 31 « Le Seigneur considéra que Léa était dédaignée et il rendit son sein fécond, tandis que Rachel fut stérile. »

Genèse chapitre 29 Verset 31 « Le Seigneur considéra que Léa était dédaignée et il rendit son sein fécond, tandis que Rachel fut stérile. »

Dans les passages ci-dessus, il est dit distinctement que Dieu ferme la matrice de la femme, c’est-à-dire ne lui permet pas de tomber enceinte si cela est sa volonté, tout comme il ouvre cette même matrice pour permettre à la femme d’enfanter. Nous constatons que Dieu voit notre persévérance, notre patience mais surtout notre confiance en sa volonté.  

Genèse chapitre 30 Verset 14 « Or, Ruben étant allé aux champs à l’époque de la récolte du froment, y trouva des mandragores et les apporta à Léa sa mère. Rachel dit à Léa ; « Donne-moi, je te prie, des mandragores de ton fils. » La mandragore est une plante de conception pour booster la fertilité.

Genèse chapitre 30 Verset 22 « Le Seigneur se souvint de Rachel : il l’exauça et donna la fécondité à son sein. »

Ces deux passages montrent notre impatience face à la patience de Dieu. C’est-à-dire que nous souhaitons avoir au moment que nous voulons mais nous ne nous posons pas la question à savoir quand Dieu veut.

Genèse 41 : 46-50 « Or, Joseph avait trente ans lorsqu’il parut devant Pharaon, roi d’Egypte. Joseph, étant sorti de devant Pharaon, parcourut tout le pays d’Egypte. La terre, pendant les sept années de fertilité, produisit d’abondantes moissons. On amassa toutes les denrées des sept années, qui se trouvèrent dans le pays d’Égypte et l’on approvisionna les villes : on mit dans chaque ville les denrées des campagnes d’alentour. Et Joseph fit des amas de blé considérables comme le sable de la mer ; tellement qu’on cessa de le compter, car c’était incalculable. Or, il naquit à Joseph, avant qu’arrivât la période de disette, deux fils, que lui donna Asenath, fille de Poti Féra, prêtre d’On. » Ici, nous pouvons lire que Joseph eu deux enfants avec son épouse au cours des 7 années de fertilité avant la période de famine. Ce qui nous conforte dans l’idée, que d’avoir des relations sexuelles avec son épouse en tant que disciple de Yeshua, n’équivaut pas à tomber enceinte à chaque rapport. Toutefois, la création de la vie doit rester entre les mains du Créateur. De plus pour les israélites, la semence est très importante, de ce fait par l’obéissance de Joseph, nous savons qu’il ne ferait pas comme Onân.

2 Samuel 6 :21-23 : « David répondit à Mikhal: « C’est devant l’Eternel, qui m’a élu de préférence à ton père et à tous les siens, en m’instituant prince du peuple de Dieu, prince d’Israël, c’est devant l’Eternel que j’ai dansé et danserai encore ; et volontiers je m’humilierai davantage et me ferai petit à mes propres yeux; pour ces servantes dont tu parles, c’est auprès d’elles que je me glorifierai ! Mikhal, fille de Saül, n’eut pas d’enfant jusqu’au jour de sa mort. »

Regardez là encore, nous constatons que Mikhal n’a pas engendrer de descendance à David, pourtant ils se sont connus intimement étant mariés, mais il en n’est de la volonté de Dieu.

Voyez encore, que Dieu est celui qui a le premier et le dernier mot. C’est pour cela que la contraception qui désigne l’emplois de moyens visant à empêcher qu’un rapport sexuel entraine une grossesse va à l’encontre la parole de notre Elohim, et de ce qu’il nous demande.

  • Le port du préservatif était un dispositif utilisé dans les milieux libertins, maisons closes antiques à Rome, en Egypte, au Japon, en Grèce, en France, afin de contrôler les naissances et de légitimer les relations hors mariages, et lors des périodes menstruelles pour les femmes. Ils utilisaient des vessies d’animaux, du papier de soie d’huile, ou encore des étuis d’écailles de tortue.

Condom en latin ‘’condus’’ signifie cacher. Mais nous savons qu’en tant qu’enfant de Dieu nous n’avons rien à cacher.

Cette image montre les intestins de moutons qui furent utilisés pendant l’antiquité et encore dans des lieux isolés actuellement. Nous constatons véritablement que notre désir de fornication dirige nos sens et que nous sommes prêts à tous pour assouvir nos pulsions.

Sur cette image, ce sont des préservatifs en peau d’agneau.

Rendons-nous compte que le préservatif est utilisé pour ne pas engendrer de grossesse, et pour la protection contre les MST, IST. Cependant n’est-il pas flagrant de voir à quel point l’Homme perd la raison, car nous sommes prêts à faire confiance à un morceau de peau animal mais pas à Dieu concernant les grossesses.

  • Les contraceptifs hormonaux (hormones synthétiques) sont des hormones qui empêchent le cycle naturel de la femme en n’en créant un artificiel. Qui sommes nous pour reprogrammer un corps qui est programmé par Dieu ? La société tente de pousser à l’utilisation de ces pilules contraceptives en prônant leurs vertus contre l’acné, les symptômes prémenstruels mais n’est-ce-pas la facilité ? Il existe de nombreuses plantes aux vertus crées par notre créateur qui peuvent remédier à ses problèmes hormonaux d’une manière radicale sans effets secondaires et sans interrompre le cycle naturel.

Là aussi nous allons avoir confiance en un produit complètement synthétique et refuser de croire au perfect timing de Dieu.

Nous voyons par cette image le blocage complet du cycle par ces contraceptions.

Nous ne devons pas ou nous ne devons plus mettre en nous des corps étrangers tout comme nous refuserons de mettre la puce RDFI. Nous devons plus rechercher à vivre dans un confort prôné par Babylone, car cette illusion de confort et pour nous imposer un control mental qui nous détourne de Dieu et nous empêche de vivre pour accomplir ce que Dieu attend de nous.

Je vous partage ici, une photo provenant d’une étude concernant la physiologie de l’Homme moderne vis-à-vis de la sexualité. Les flèches marrons montrent l’instinct de reproduction naturel de l’Homme moderne qui comme vous le voyez est en déclin constant, laissant par à la recherche de récompense, un caractère égoïste présent chez l’animal. Clairement ce schéma m’a amené à remettre en question ma vision de la sexualité qui a toujours jusqu’à aujourd’hui été erronée par la culture de Babylone. Soyons choqués de voir que Dieu nous avait crées pour dominer sur les animaux et que pourtant par nos choix de vie païenne, nous sommes au même niveau que les animaux.

POINT HISTOIRE ORIGINE DE TOUTES SES PRATIQUES

La société actuelle n’a rien inventée en termes de débauche et luxure. Pourtant cela n’empêche que nous somme la génération la plus dépravée, car nous réunissons en une seule générations toutes les pratiques les plus abominables de chaque période.

Je passerai sur le fait que les objets sexuels tels que les godemichets ou tous types d’objets en forme de phallus furent inventés et utilisés quotidiennement dans les maisons closes et milieux libertins de l’antiquité.  Donc de ce fait nous comprenons en quoi nous ne pouvons pas nous permettre d’utiliser ce genre de choses. Voici-ci-dessus des photos des jouets sexuels utilisés à Rome dans les bordels, ainsi qu’en Egypte, et Grèce ainsi qu’au Japon.

Il faut savoir qu’en Egypte plus précisément, les pratiques sexuelles déviantes dont je vous ai parlé tout le long de cette étude avait un but spirituel.

Selon la fausse doctrine des dieux égyptiens, à travers chaque pratique sexuelle était né un de leurs dieux. C’est-à-dire que pour chaque pratique avait pour but de commémorer la naissance d’un de leurs dieux.

Car oui évidemment dans leur fausse doctrine, un dieu ne peut pas naitre de manière naturelle comme un être humain, donc il faut pratiquer des choses contre nature pour faire naitre le divin.

Oui sœurs et frères, le fait de pratiquer ce genre de choses, c’est donner vie à de nombreux démons, ou tout simplement inviter des démons, des esprits dans nos vies.

  • La masturbation était un acte pour appeler le divin à descendre sur terre, cela revenait à avoir un rapport sexuel avec un dieu invisible. Chaque année. Le pharaon devait se masturber dans le Nil pour permettre au royaume de demeurer fertile.
  • L’autofellation était une manière de faire naitre un dieu dans le corps de la personne concerné.
  • La zoophilie était une pratique très répandue en Egypte afin de commémorer la naissance de leur dieu hybride mi-homme mi-animaux (démons). Ils couchaient donc avec des porcs, des vaches, des chiens, des aigles…
Ce tableau montre une orgie zoophile

Cette sculpture commémore l’acte zoophile dans une communauté paienne

Lévitique 20 :15-16 « Un homme qui s’accouplerait avec un animal doit être mis à mort, et l’animal, vous le tuerez ; et une femme qui s’approcherait de quelque animal pour qu’il s’accouple avec elle, tu la tueras ainsi que l’animal : ils doivent être mis à mort, leur supplice est mérité ». On voit là bien une interdiction de rigueur de la part d’Elohim

  • La Sodomie était perçue comme un acte de domination sur l’autre pour témoigner du pouvoir de l’un sur l’autre et ce quelque ’en soit le sexe ou l’âge.

Romain 1 :24 « C’est pourquoi aussi, Dieu les a livrés, dans les convoitises de leurs cœurs, à une impureté telle qu’ils ont déshonorée eux-mêmes leurs propres corps »

Romain 1 :26-28 « C’est pourquoi Dieu les a livrés à des passions honteuses ; car les femmes parmi eux ont changé l’usage naturel en un autre qui est contre nature. De même aussi, les hommes, laissant l’usage naturel de la femme, ont été embrasés dans leur convoitise les uns pour les autres, commettant homme avec homme des choses infâmes, et recevant en eux-mêmes la récompense qui était due à leur égarement. Et, comme ils ne se sont pas souciés de connaître Dieu, Dieu les a livrés à un esprit dépravé, en sorte qu’ils commettent des choses indignes. »

La nécrophilie, permettait selon eux d’honorer l’âme des défunts avant la montée de leur âme.

La fellation était une manière symbolique d’honorer le phallus d’Osiris qui avait été coupé, et de lui redonner vie. Il était important de se souiller avec la semence sur toutes les parties du corps. A chaque fellation leur dieu anubis était témoin de l’acte et donc rallongeait les jours de leur vie.

Les viols divins étaient selon eux très important bien que souvent réprouvés au grand jour. Ils se finissaient toujours en orgies, sachant que les orgies étaient obligatoires pour plaire à leur dieu. Plus il y avait de semence et plus les dieux étaient nourris. Le viol était d’une manière perçut comme un symbole d’attirance.

Genèse chapitre 34 Verset 1-2 « Or, Dina, la fille que Léa avait enfantée à Jacob, sortit pour faire connaissance avec les filles du pays. Elle fut remarquée de Sichem, fils de Hamor le Hévéène, gouverneur du pays ; il l’enleva et s’approcha d’elle en lui faisant violence. » Sichem, ville de Samarie, le viol était une action banalisée car chez les païens, le corps de chacun est à chacun.

  • Le voyeurisme était coutume, souvent les pharaons, les prêtres, les rois, reines, aimaient assister aux actes sexuels sans y participer pour voir ce que voient leurs dieux.
  • Le fétichisme qui représentait une obsession pour une parti du corps qui elle-même était symbole d’une partie du corps d’une de leur divinité.
  • Le Sado Masochiste, l’urophilie, la scatophilie, ou encore la coprophagie étaient-elles-aussi des pratiques pour honorer la naissance de leurs dieux.
  • Le sexe en sang, c’est-à-dire avoir des rapports sexuels avec une femme en pleine menstruations servaient à donner de l’énergie aux dieux.

Lévitique 15 :7 « Si l’on touche au corps de celui qui a le flux, on lavera ses vêtements, on se baignera dans l’eau et l’on sera souillé jusqu’au soir. »

Lévitique 15 :19 « Lorsqu’une femme éprouvera le flux (son flux, c’est le sang qui s’échappe de son corps), elle restera sept jours dans son isolement, et quiconque la touchera sera souillé jusqu’au soir. ».

Lévitique 18 :19 « Lorsqu’une femme est ‘isolée par son impureté, n’approche point d’elle pour découvrir sa nudité. »

Lévitique 20 :18 « Si un homme cohabite avec une femme qui souffre du flux, et découvre sa nudité, il a mis à nu la source de son sang, et elle-même a dévoilé cette source ; ils seront retranchés, tous deux, du sein de leur peuple. »

 Ces 4 versets montrent que nous ne devons pas avoir de rapports sexuels avec une femme en période car cela nourrit certaines entités.  Dieu ne nous donne pas des commandements au hasard. Il y a des raisons hygiéniques et spirituelles.

Les cultures antiques fondaient leur quotidien sur la sexualité, et par la volonté de leurs dieux, dissociait l’acte sexuel, de la reproduction.

Chaque culture païenne justifiait ses pratiques par la volonté de leur dieux (démons) pour assouvir leurs pulsions animales. Tout comme aujourd’hui habitants de Babylone, nous justifions notre sexualité dépravée pour notre propre plaisir car notre ego se considère comme un dieu qui doit s’assouvir par ce que bon lui semble. Nous allons même à mettre ses pratiques comme vitale pour la solidité du couple, ce qui est un véritable mensonge de l’adversaire. La seule sexualité que nous devons vivre est celle que Dieu nous demande de vivre car elle est celle qui ne tache pas le lit conjugal avec les souillures du monde.

Les Egyptiens par leur fanatisme faisaient régulièrement des temps d’abstinences pour les jours durant lesquelles leurs dieux avaient des relations sexuelles. Cela pouvait aller jusqu’à une quarantaine de jour, voir plus selon leurs festivités. Tout comme un couple en Christ devrait s’abstenir de sexualité lors des shabbat (car jour consacré à Elohim) ou lors des fêtes bibliques.

Dieu nous révèle et nous avertit à travers sa Parole, que nous ne devons pas imiter les pratiques de Babylone. Il est évident que cela touche aussi la sexualité. Dieu a créé la sexualité et l’adversaire veut corrompre tout ce qui vient de Dieu

Lévitique 18 : 3-4 « Les pratiques du pays d’Egypte, où vous avez demeuré, ne les imitez pas, les pratiques du pays de Canaan où je vous conduis, ne les imitez pas et ne vous conformez point à leurs lois. C’est à mes statuts que vous devez obéir, ce sont mes lois que vous respecterez dans votre conduite : c’est moi, l’Éternel, qui suis votre Dieu »

Lévitique 18 :26 « Pour vous, respectez mes lois et mes statuts, et ne commettez aucune de ces horreurs. Vous indigènes, ni l’étranger qui séjournerait parmi vous »

Lévitique 18 :30 « Soyez donc fidèles à mon observance, en ne suivant aucune de ces lois infâmes qu’on a suivies avant vous, et ne vous souillez point par leur pratique : je suis l’Éternel, votre Dieu ! »

Lévitique 20 :23 « N’adoptez point les lois de la nation que je chasse à cause de vous ; car ils ont fait toutes ces choses, et je les ai pris en aversion, »

Lévitique 20 : 26 « Soyez saints pour moi, car je suis saint, moi l’Éternel, et je vous ai séparés d’avec les peuples pour que vous soyez à moi. ». Nous devons marcher dans la sanctification grâce à la justification dont nous a fait part Yeshua. Nous sommes graciés par le sang de notre sauveur Yeshua et nous devons alors MARCHER dans la sanctification, nous rendre chaque jour de plus en plus saint grâce à Yeshua.

Deutéronome 29 : 17-18 « Or, il pourrait se trouver parmi vous un homme ou une femme, une famille, une tribu, dont l’esprit, infidèle aujourd’hui déjà à l’Éternel, notre Dieu, se déterminerait à servir les dieux de ces nations ; il pourrait exister parmi vous quelque racine d’où naîtraient des fruits vénéneux et amers. C’est-à-dire qu’après avoir entendu les termes de cette imprécation, cet homme se donnerait de l’assurance dans le secret de son cœur, en disant : « Je resterai heureux, tout en me livrant à la passion de mon cœur ; » et alors la passion assouvie entraînerait celle qui a soif. »

Ce dernier verset est puissant car il montre un aspect que nous avons en chacun de nous. Devant les autres et même devant Dieu nous allons prôner une vie de sainteté mais dans notre cœur nous allons murmurer à l’oreille de nos désirs cachés. Mais sachons bien que Yeshua vit dans notre cœur et voit tout. Ne soyons pas hypocrites.

CONCLUSION : QUELLE EST LA SEXUALITÉ A VIVRE EN TANT QUE COUPLE EN YESHUA

Pour donner suite à l’étude que je viens de vous partager concernant la sexualité interdite, il est normal de se demander quelle est la sexualité que nous devons vivre lorsque nous somme un couple marié, disciples de Yeshua.

Premièrement, nous devons accepter que Dieu soit le créateur de la sexualité, et qu’il s’agit d’une chose saine et belle quand elle est pratiquée selon la sainteté d’Elohim et non la perversité de Babylone.

Nous avons été habitués à vivre une sexualité démunie de son sens et de son caractère divin. Mais l’acte sexuel entre un mari et sa femme, c’est l’union physique mais au-delà c’est bel et bien une union spirituelle. A travers la sexualité peut en sortir des énergies négatives ou des énergies positives qui contribuent à l’élévation spirituelle.

D’après vous, pourquoi les satanistes mettent un point d’honneur sur les actes sexuels dépravés lors de leur rituel ? Tout simplement car bien que nous ne voyions pas ce qui se passe pendant un acte sexuel, il peut se passer des choses invisibles extraordinaires comme des choses abominables.

Calendrier Officiel du Mouvement Sataniste

Le lit conjugal ne doit pas être souillé, le lit d’un disciple de Yeshua ne peut pas ressembler au lit d’un païen. Mais encore là, nombreux sont ceux qui diront, que sans certaines pratique la sexualité est ennuyante… Vous vous trompez, car Dieu connait toutes choses.

Nous lisons dans, Genèse chapitre 26 Verset 8-9 « Or, il y demeurait depuis longtemps lorsque Abimélec, roi des Philistins, regardant par la fenêtre, vit Isaac caresser Rébecca sa femme. Abimélec manda Isaac et dit : « Assurément, c’est ta femme; » Une caresse est un attouchement de nature affective ou sensuelle sur quelqu’un ou sur un animal, qui est généralement réalisé avec la main ou les lèvres. Comprenez bien que les caresses regroupent une pluralité d’éléments et d’actions, ce qui est largement suffisant pour éveiller les sens de l’un comme de l’autre. Il suffit de vivre sa sexualité sans les résidus du monde pour voir dans la simplicité, les détails, la profondeur extraordinaire de l’acte sexuel.

Genèse chapitre 29 Verset 18 « Jacob avait conçu de l’amour pour Rachel. Il dit : « Je te servirai sept ans pour Rachel, ta plus jeune fille. » De l’amour sans sexualité sur une période peut être complètement réalisable. Nous savons que lorsque qu’un couple disciple de Yeshua est marié, il doit y avoir des temps d’abstinence pour la prière, le jeune, les shabbat, les fêtes bibliques, les menstruations de la femme, ect… afin de consacrer du temps à l’Eternel, c’est essentiel pour grandir spirituellement dans le couple.

Genèse chapitre 29 Verset 21 « Jacob dit à Laban : « Donne-moi ma femme, car mon temps est accompli et je veux m’unir à elle. » Néanmoins, Le désir pour notre époux, ou épouse est normal et essentiel car cela amène une fusion des corps et des âmes pour y refléter l’amour dans le ciel. C’est au contraire une bonne chose de désirer l’être aimé à un tel point, que cela pousse l’un et l’autre à se respecter sexuellement davantage.

Ruth 3 :3 « 3 Tu auras soin de te laver, de te parfumer et de revêtir tes plus beaux habits ». La sexualité est un acte qui commence par la sensualité et non « le sexy » d’aujourd’hui. La sensualité est définie par le réveil des sens et cela est une chose saine quand nous nous appuyons sur la Parole. La sexualité est un moment qui doit être vécut en tout intimité et en toute sensualité. La femme, comme l’homme doit préparer chaque acte sexuel comme si c’était le dernier et de ce fait en sortir tout le sens profond. La sexualité commence par la mise en beauté de chacun pour éveiller les sens de l’autre mais pas comme le monde nous l’apprend avec des costumes de bonnes sœurs ou d’infirmière sexy, car en tant que disciple de Yeshua, ta femme n’est pas là pour être quelqu’un d’autre et ton époux non plus. Cela reviendra à ne pas être satisfait de qui vous êtes l’un pour l’autre en vous cachant derrière le prétexte de « raviver la flamme ». Vous voyez la pudeur, c’est là qu’elle est nécessaire. Car quand une femme est pudique au quotidien, son époux découvre sa volupté uniquement et à chaque fois lors des relations intimes, ce qui permet au couple la longévité. Nous avons actuellement souvent négligé cela, causant une lassitude à cause d’un manquement de pudeur.

Cantique 1 :2 « Qu’il me prodigue les baisers de sa bouche ! Car tes caresses sont plus délicieuses que le vin. » Comprenez bien qu’une sexualité sans perversité est une sexualité qui honore Dieu, donc une sexualité qui ne peut que vous enivriez d’amour, car Dieu est créateur de l’amour. Il suffit d’accepter de découvrir l’empreinte de Dieu dans la sexualité.

Cantique 1 :13 « Mon bien-aimé est pour moi un bouquet de myrrhe, qui repose sur mon sein. »

Cantique 2 :3 « Comme un pommier parmi les arbres de la forêt, tel est mon bien-aimé parmi les jeunes gens ; j’ai brûlé du désir de m’asseoir sous son ombrage, et son fruit est doux à mon palais. » Il faut savoir que la langue est considérée comme un fruit que l’on doit cueillir lors d’un baiser dans la langue française. Ici, il n’est pas question de fellation comme beaucoup voudrait. Un baiser avec la langue était souvent comparé à la cueillette d’un abricot, ce qui explique mieux ce verset.

Cantique 4 :10 « Qu’elles sont délicieuses tes caresses, ma sœur, ma fiancée ! Combien plus douces tes caresses que le vin ! ».

Mes sœurs et frères, cette étude remet en question notre manière de vivre la sexualité ou remet en question la manière dont nous la vivrons si Dieu nous amène au mariage.

Moi, la première comme je vous l’ai dit j’ai vécu auparavant une sexualité qui selon moi était normal. De plus au début de ma conversion, je pensais qu’il me suffisait d’être mariée pour pouvoir mener cette même sexualité.

Mais en réalité, un couple en Christ se diffère d’un couple païen par la foi en Christ, par les œuvres que cette foi engendre et par la manière de vivre. La sexualité fait parti de cette manière de vivre. On ne peut pas vivre la même sexualité qu’un couple païen.

Nous devons apprendre à découvrir le corps de notre moitié avec le désir de demeurer dans la sainteté. Et cela n’enlève en rien le bonheur qui découle de cet acte.

Ce sera une manière pour chacun de nous de vivre une sexualité propre et intense. Nous ne devons pas dissocier la sexualité de notre identité en Christ, et nous ne devons pas retirer à la sexualité son caractère de procréation.

Voici quelques autres versets pour nous rappeler qu’en tant que disciple de Yeshua, nous ne pouvons pas demeurer dans l’immoralité sexuelle.

Romain 2 :14-15 « Or, quand les Gentils, qui n’ont point la loi, font naturellement les choses de la loi, n’ayant point la loi, ils se tiennent lieu de loi à eux-mêmes. Ils font voir que ce qui est prescrit par la loi est écrit dans leurs cœurs : leur conscience leur rend témoignage, et leurs pensées les accusent ou les défendent »

Romain 6 :19 « Je parle suivant l’usage des hommes, à cause de l’infirmité de votre chair. En effet, de même que vous avez livré vos membres pour servir à l’impureté et à l’injustice pour l’iniquité, ainsi livrez-les maintenant comme esclaves à la justice pour la sainteté. »

Romain 8 :5 « Car ceux qui vivent selon la chair, s’affectionnent aux choses de la chair ; mais ceux qui vivent selon l’esprit, s’affectionnent aux choses de l’esprit. »

Romain 8 :12-13 « Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. En effet, si vous vivez selon la chair, vous mourrez ; mais si, par l’Esprit, vous faites mourir les ouvres du corps, vous vivrez. »

Romain 12 :1-2 « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps en sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, c’est votre culte raisonnable. Et ne vous conformez point au présent siècle, mais soyez transformés par le renouvellement de votre esprit, afin que vous éprouviez que la volonté de Dieu est bonne, agréable et parfaite. »

Romain 13 :12-14 « La nuit est avancée, et le jour approche ; dépouillons-nous donc des œuvres de ténèbres, et revêtons-nous des armes de lumière. Marchons honnêtement comme de jour, et non dans les débauches et dans l’ivrognerie, dans la luxure et dans les impudicités, dans les querelles et dans l’envie ; Mais revêtez-vous du Seigneur Jésus-Christ, et ne flattez point la chair dans ses convoitises. »

1 Corinthien 3 :16-17 « Ne savez-vous pas que vous êtes le temple de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ? Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira ; car le temple de Dieu est saint, et vous êtes ce temple. »

1 Corinthien 6 :7 « Ne savez-vous pas qu’un peu de levain fait lever toute la pâte ? Nettoyez donc le vieux levain, afin que vous deveniez une nouvelle pâte, comme vous êtes sans levain ; car Christ, notre Pâque, a été immolé pour nous. »

1 Corinthien 7 :4-5 « La femme n’est point maîtresse de son propre corps, mais c’est le mari ; de même aussi, le mari n’est point maître de son propre corps, mais c’est la femme. Ne vous privez point l’un de l’autre, si ce n’est d’un consentement mutuel, pour un temps, afin de vaquer au jeûne et à la prière ; et ensuite, retournez ensemble, de peur que Satan ne vous tente par votre incontinence. »

2 Corinthien 5 :17 « Si donc quelqu’un est en Christ, il est une nouvelle créature ; les choses vieilles sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. »

2 Corinthien 7 :1 « Ayant donc, bien-aimés, de telles promesses, purifions-nous de toute souillure de la chair et de l’esprit, achevant notre sanctification dans la crainte de Dieu. » 

2 Corinthien 7 :10-11 « Car la tristesse qui est selon Dieu, produit une repentance à salut, et dont on ne se repent jamais ; au lieu que la tristesse du monde produit la mort. Car voici, cette même tristesse selon Dieu, quel empressement n’a-t-elle pas produit en vous ! Quelles excuses, quelle indignation, quelle crainte, quels désirs, quel zèle, quelle punition ! Vous avez montré à tous égards que vous êtes purs dans cette affaire. »

Galates 5 :13 « Frères, vous avez été appelés à la liberté ; seulement ne prenez pas prétexte de cette liberté pour vivre selon la chair »

Galates 5 :16-17 « Je dis donc : Marchez selon l’Esprit, et n’accomplissez point les désirs de la chair. Car la chair a des désirs contraires à l’Esprit, et l’Esprit en a de contraires à la chair, et ces deux choses sont opposées l’une à l’autre ; de telle sorte que vous ne faites point les choses que vous voudriez »

Galates 5 :19 « Or, les œuvres de la chair sont manifestes, ce sont : l’adultère, la fornication, l’impureté, la dissolution »

Ephésiens 5 :28-31 « C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme, s’aime lui-même. Car personne n’a jamais haï sa propre chair, mais il la nourrit et l’entretient, comme le Seigneur le fait à l’égard de l’Église ; Parce que nous sommes les membres de son corps, étant de sa chair et de ses os. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme ; et les deux ne seront qu’une seule chair. »

Philippiens 2 :14-15 « Afin que vous soyez sans reproche, sans tache, enfants de Dieu, irrépréhensibles au milieu d’une génération dépravée et perverse, au sein de laquelle vous brillez comme des flambeaux dans le monde, y portant la parole de vie » Perversité = Comportement déviants. En psychiatrie, le terme se réfère la plupart du temps à des conduites immorales ou amorales considérées comme déviantes

1 Thessaloniciens 4 :4-5 « Que chacun de vous sache posséder son corps dans la sainteté et dans l’honnêteté, Sans vous livrer à des passions déréglées, comme les Gentils, qui ne connaissent point Dieu. »

1 Thessaloniciens 4 :7-8 « Dieu, en effet, ne nous a point appelés à la souillure, mais à la sainteté. C’est pourquoi, celui qui rejette ceci, ne rejette pas un homme, mais Dieu, qui nous a aussi donné son Saint-Esprit. »

%d blogueurs aiment cette page :