Le Shabbat, un Commandement et une Bénédiction pour le Peuple de Dieu

Le terme shabbat est un mot hébreu qui désigne le nom du septième jour de la semaine soit le samedi. Conformément à son étymologie provenant du verbe ‘’shavat’’ qui signifie “cesser », il est désigné comme étant le jour de la cessation du travail, du repos et surtout de la consécration à Elohim. 

Le shabbat est une ordonnance présente dans l’ensemble de la Torah, et par « l’ensemble de la Torah », il est ici question de « l’ancien testament et nouveau testament » qui ne font en réalité qu’un, ils sont complémentaires et indissociable l’un de l’autre. Cette donnée est importante à assimiler pour comprendre cette étude qui a bout but d’exposer l’importance du shabbat étant un décret de notre Elohim. En appuyant le fait que Yeshua nous enseigne parfaitement comment le vivre à la lumière de la Parole et non dans l’ombre des traditions pharisiennes, saducéennes, ou païennes

I. Le shabbat, un commandement DIVIN

  1. Origine

Genèse Chapitre 2 Verset 2-3 « Dieu mit fin, le septième jour, à l’œuvre faite par lui ; et il se reposa, le septième jour, de toute l’œuvre qu’il avait faite. Dieu bénit le septième jour et le proclama saint, parce qu’en ce jour il se reposa de l’œuvre entière qu’il avait produite et organisée. ».

La définition du mot reposer est l’absence de mouvement, l’immobilité, le fait pour quelqu’un de cesser son activité. D’un sens encore plus littéraire, le repos se définit comme une période, un jour, pendant lesquels quelqu’un se repose de son travail. Ou encore l’état de quelqu’un qui demeure sans inquiétude, ni préoccupation, dont rien ne trouble la tranquillité, sentiment de quiétude. Suite à cela, nous pouvons comprendre que Dieu en ce septième jour a décidé de cesser toute activité, avec néanmoins un but à cela.

Une bénédiction est une grâce, une faveur que Dieu accorde. Du latin ecclésiastique benedictio, de bene qui signifie « bien » et dicere qui signifie « dire », cela appelle dans ce verset la bienveillance de Dieu à l’égard de ce jour auquel il accorde un caractère sacré.

Nous voyons que Dieu proclame ce jour saint, saint qui vient du mot latin sanctus qui signifie « sacrer ». Est déclaré sacré dans la Parole tout ce dont nous devons avoir un respect absolu et que nous ne pouvons pas corrompre par rapport à la haute valeur que lui donne notre Elohim.

Dieu établit ce jour comme saint afin que nous, ses enfants, lui rendions hommage, c’est-à-dire exprimer notre respect notre reconnaissance, notre admiration à l’égard de l’œuvre originel mais aussi les œuvres qu’ils accomplit dans nos vies tout au long de la semaine, car nous savons que nous sommes instruments de Dieu et que Yeshua est celui qui œuvre en nous. Ce jour a pour origine le commencement du monde crée pour nous par notre Elohim afin que nous lui rendions toute la gloire.

  • Un jour sans travaux, sans activités, sans « je »

Exode Chapitre 20 Verset 7-10 « Pense au jour du Sabbat pour le sanctifier. Durant six jours tu travailleras et tu t’occuperas de toutes tes affaires, mais le septième jour est la trêve de l’Eternel ton Dieu : tu n’y feras aucun travail, toi, ton fils ni ta fille, ton esclave mâle ou femelle, ton bétail, ni l’étranger qui est dans tes murs. Car en six jours l’Éternel a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils referment et il s’est reposé le septième jour ; c’est pourquoi l’Éternel a béni le jour du Sabbat et la sanctifié ».  

Sanctifier le shabbat, cela veut dire attribuer à ce jour toute l’attention requise et le placer au-dessus des autres jours en l’y différenciant par notre comportement, nos œuvres, nos pensées qui doivent être vides de toutes préoccupations du quotidien comme le travail, la situation financière, les activités du quotidien, etc.…Dieu nous laisse expressément six jours pour vaquer à nos occupations une grandes parties des journées, néanmoins il nous ordonne de lui accorder toute notre attention physique comme spirituelle lors du shabbat. Même dans le cas, ou nous avons des employés ou des animaux de ferme, nous ne devons pas les faire travailler afin qu’eux aussi est cette liberté (car Dieu ne force pas) de pouvoir se consacrer à lui. De plus le terme « étranger » symbolise bien le fait que celui ou celle qui désire sanctifier ce jour comme Elohim nous le demande en a tout à fait le droit et que cela n’est pas un décret propre aux israélites, mais à toute individu. Retenons aussi que c’est Dieu lui-même qui a bénit ce jour pour l’Homme et non l’Homme qui le bénit pour Dieu.

Exode Chapitre 16 Verset 4-5

« L’Éternel dit à Moïse : « Je vais faire pleuvoir pour vous une nourriture céleste, le peuple ira en ramasser chaque jour sa provision et j’éprouverai de la sorte s’il obéit à ma doctrine ou non. Le sixième jour, lorsqu’ils accommoderont ce qu’ils auront apporté, il se trouvera le double de leur récolte de chaque jour. »

Nous savons qu’à cet instant dans la Parole, les israélites sont dans le désert et que Dieu pourvoit à leur nourriture en leur attribuant la quantité nécessaire pour chacun. Il leur attribue une double portion le sixième jour afin qu’il puisse préparer d’avance leur repas pour ne pas faire d’œuvres lors du shabbat, c’est-à-dire la cuisine. Cette anticipation de la part de notre Seigneur montre l’organisation qu’il préconise pour le shabbat qui est réellement un jour de fête, de joie en l’honneur du Créateur donc nous ne pouvons pas être distrait par d’autres activités.

Exode Chapitre 16 Verset 22-26

« Mais il advint, au sixième jour, qu’ils recueillirent une provision double, deux Omer par personne ; tous les phylarques de la communauté vinrent l’annoncer à Moïse. Il leur répondit : « C’est ce qu’a dit le Seigneur : Demain est le sabbat solennel, le saint chômage en l’honneur de l’Éternel ! Ce que vous avez à cuire, cuisez-le, à faire bouillir, faites-le bouillir aujourd’hui et toute la provision restante, gardez-la en réserve pour demain. »Ils la réservèrent pour le lendemain, comme l’avait ordonné Moïse et elle ne se gâta point et il ne s’y mit point de vers. Moïse dit : « Mangez-la aujourd’hui, car c’est aujourd’hui sabbat en l’honneur de l’Éternel, aujourd’hui vous n’en trouveriez point aux champs. Six jours de suite vous en recueillerez ; mais le septième jour, jour de chômage, il n’y en aura point. »

Moise exprime la pensée du Seigneur par rapport au shabbat et nous en donne des informations importantes. Dieu n’aime pas le paresseux et celui  qui ne travaille pas à la sueur de son front, cependant il nous demande d’être inactif pendant ce jour  concernant le travail et tous autres types d’activités, non pas pour nous glorifier nous même mais en l’honneur de l’Eternel.

Exode Chapitre 16 Verset 27-30

« Or, le septième jour, quelques-uns du peuple allèrent à la récolte, mais ils ne trouvèrent rien. L’Éternel dit à Moïse : « Jusqu’à quand vous refuserez-vous à garder mes préceptes et mes enseignements ? Considérez que l’Éternel vous a gratifiés du sabbat ! c’est pourquoi il vous donne, au sixième jour, la provision de deux jours. Que chacun demeure où il est, que nul ne sorte de son habitation le septième jour. » Et le peuple chôma le septième jour. »

Là même, il y a eu certaines personnes qui ont dérogé à cette cessation d’activité et de travail, car il n’arrivait pas à détourner leur cœur de cette préoccupation première charnelle qui est de vivre selon ses désirs. Comprenez bien, que même étant sortis ils n’ont rien trouvé car symboliquement le refus de suivre la Parole de Dieu, c’est le refus de vivre, or c’est lui qui pourvoit en tout point. Second point, nous voyons que le fait de ne pas honorer le shabbat, cala équivaut à refuser du temps avec Dieu, son enseignement donc sa présence.

Le terme « gratifier » du latin gratificari, de gratus signifie agréable. Dieu nous donne agréablement ce jour de repos pour que nous soyons disponibles exclusivement pour lui. Il nous donne ce commandement qui n’est rien d’autre qu’un consigne de notre Père par amour pour vivre un temps d’amour exclusif avec lui et nos familles, nos amis et les malades, les veuves, les orphelins, les sans-abris.

Exode Chapitre 31 Verset 12-17

« L’Éternel parla ainsi à Moïse : « Et toi, parle aux enfants d’Israël en ces termes : Toutefois, observez mes sabbats car c’est un symbole de moi à vous dans toutes vos générations, pour qu’on sache que c’est Moi, l’Éternel qui vous sanctifie. Gardez donc le sabbat, car c’est chose sainte pour vous ! Qui le violera sera puni de mort ; toute personne même qui fera un travail en ce jour, sera retranchée du milieu de son peuple. Six jours on se livrera au travail ; mais le septième jour il y aura repos, repos complet consacré au Seigneur. Quiconque fera un travail le jour du sabbat sera puni de mort. Les enfants d’Israël seront donc fidèles au sabbat, en l’observant dans toutes leurs générations comme un pacte immuable. Entre moi et les enfants d’Israël c’est un symbole perpétuel, attestant qu’en six jours, l’Éternel a fait les cieux et la terre, et que, le septième jour, il a mis fin à l’œuvre et s’est reposé. »

Premier point à mettre au clair, En tant qu’enfant de Dieu nous faisons partie du peuple d’Israël (rescapés de la tribu de Judah qui ont reconnu Yeshua et la tribu d’Ephraïm qui regroupent les nations). 

Dans ce passage, Dieu nous met face à une vérité délicieuse, il est celui qui nous sanctifie et cela éternellement par le sang de Yeshua dans nos veines. Il nous demande ensuite de garder le shabbat comme il nous demande de garder notre cœur dans la Parole, montrant la valeur de ce jour à ses yeux. Car si le shabbat a perdu son importance à nos yeux à cause de l’influence de l’adversaire dans nos vies spirituelles, le shabbat a une importance aux yeux de Dieu mais aussi à son cœur.

Lorsqu’il est parlé de la mort, nous savons que sans le sang de Yeshua, la mort spirituelle devait être attestée par la mort physique de celui qui commettait le délit. Néanmoins notre corps étant mort sur la croix avec Yeshua, il n’y a plus de mort physique nécessaire car il est mort pour Nous pour nos fautes passées, présentes et futures. Cependant la mort spirituelle est toujours aux aguets car le péché tend à nous dévorer. Lorsque nous refusons de pratiquer le shabbat, nous allons vers un suicide spirituel lent et fourbe, car si Dieu a préconisé ce jour pour nous, c’est qu’il est vital pour l’affermissement de notre foi, de notre espérance. Surtout ce jour doit se vivre comme Dieu le désire et non comme notre cœur souhaite le vivre. Dieu parle d’un repos complet, ce qui nous fait comprendre qu’il n’y a pas de place en ce jour pour des activités sportives (car le corps est en travail) ou des activités mondaines. Ce jour nous permet de nous consacrer à Dieu, à la lecture, au partage de repas avec la famille, les amis, les plus pauvres pour parler de Dieu, mais aussi pour la visite des malades, le don de nourriture. Quand nous sommes fidèles au shabbat nous demeurons fidèles à Dieu car nous ne remettons pas en question l’organisation de ce jour saint pour nos propres plaisirs.

Exode Chapitre 34 Verset 21

« Six jours tu travailleras et le septième jour tu chômeras ; labourage et moisson seront interrompus. ». Tout travail manuel ou même bureaucrate, est proscrit en ce jour, car nous pouvons accomplir ces travaux pendant les six jours qu’il nous accorde.

Exode Chapitre 35 Verset 1-3

« Moïse convoqua toute la communauté des enfants d’Israël et leur dit : « Voici les choses que l’Éternel a ordonné d’observer. Pendant six jours on travaillera, mais au septième vous aurez une solennité sainte, un chômage absolu en l’honneur de l’Éternel ; quiconque travaillera en ce jour sera mis à mort. Vous ne ferez point de feu dans aucune de vos demeures en ce jour de repos. » Un chômage absolu, c’est un arrêt de travail, une période d’inactivité pendant toute la durée du jour saint. Notez bien que faire un feu à l’époque était un travail car cela demandait du temps pour le faire prendre et du travail manuel. Il fallait donc anticiper et garder le feu pour le jour suivant de manière à ne pas devoir en faire un le jour saint afin de l’utiliser en guise de lampe ou de chauffage.

Exode Chapitre 23 Verset 12

« Six jours durant tu t’occuperas de tes travaux, mais au septième jour tu chômeras ; afin que ton bœuf et ton âne se reposent, que puissent respirer le fils de ton esclave et l’étranger. »

Deutéronome Chapitre 5 Verset 11-14

« Observe le jour du Sabbat pour le sanctifier, comme te l’a prescrit l’Éternel, ton Dieu. Durant six jours tu travailleras et t’occuperas de toutes tes affaires ; mais le septième jour est la trêve de l’Éternel, ton Dieu : tu n’y feras aucun travail, toi, ton fils ni ta fille, ton esclave mâle ou femelle, ton bœuf, ton âne, ni tes autres bêtes, non plus que l’étranger qui est dans tes murs ; car ton serviteur et ta servante doivent se reposer comme toi.  Et tu te souviendras que tu fus esclave au pays d’Egypte, et que l’Éternel, ton Dieu, t’en a fait sortir d’une main puissante et d’un bras étendu ; c’est pourquoi l’Éternel, ton Dieu, t’a prescrit d’observer te jour du Sabbat.

Le jour du shabbat est donc le jour que Dieu a établit pour que toutes créatures ou individu de ce monde se repose de ses travaux. Contrairement au dimanche qui fut déclaré comme jour de repos par la société païenne de l’époque.

Lévitique Chapitre 23 Verset 1-44 

« L’Éternel parla ainsi à Moïse : « Parle aux enfants d’Israël et dis-leur les solennités de l’Éternel, que vous devez célébrer comme convocations saintes. Les voici, mes solennités : pendant six jours on se livrera au travail, mais le septième jour il y aura repos, repos solennel pour une sainte convocation : vous ne ferez aucun travail. Ce sera le Sabbat de l’Éternel, dans toutes vos habitations…Une convocation est un appel à caractère impératif, c’est-à-dire un ordre, pour célébrer ce jour saint en l’honneur d’Elohim.

Nombres 15 Verset 32-34

« Pendant leur séjour au désert, les enfants d’Israël trouvèrent un homme ramassant du bois le jour du Sabbat. » Lors de jour, un homme a préféré œuvrer pour son feu que de tout simplement s’organiser, et anticiper la veille pour ne pas avoir à œuvrer. C’est comme si le jour de son mariage, au moment d’échanger les alliances, la femme quittait la salle pour aller se préparer, se maquiller. Cela n’a pas de sens et est dénué de logique.

Deutéronome Chapitre 4 Verset 6-9

« Observez-les et pratiquez-les ! Ce sera là votre sagesse et votre intelligence aux yeux des peuples, car lorsqu’ils auront connaissance de toutes ces lois, ils diront : « Elle ne peut être que sage et intelligente, cette grande nation ! » En effet, où est le peuple assez grand pour avoir des divinités accessibles, comme l’Éternel, notre Dieu, l’est pour nous toutes les fois que nous l’invoquons ? Et où est le peuple assez grand pour posséder des lois et des statuts aussi bien ordonnés que toute cette doctrine que je vous présente aujourd’hui ? Mais aussi garde-toi, et évite avec soin, pour ton salut, d’oublier les événements dont tes yeux furent témoins, de les laisser échapper de ta pensée, à aucun moment de ton existence ! Fais-les connaître à tes enfants et aux enfants de tes enfants !

Ce passage est profond en vérité et doux an amour, car là nous est dit que les commandements de Dieu sont parfaitement ordonnés et organisés pour que Dieu soit avec nous à travers chacune de nos œuvres car quand nous vivons la Parole, c’est Yeshua qui vit en nous. Les nations païennes doivent voir en le peuple de Dieu une organisation, une rigueur, des valeurs, des principes et des préceptes qui témoigne de la grandeur de notre seigneur et sauveur Yeshua. Chaque évènement de la Parole est associé à la venue, à la mort et à la résurrection de notre Sauveur Yeshua, c’est pour cela qu’il n’est pas bon de dissocier la torah en deux parties opposées alors qu’elles sont en complémentarité l’un de l’autre.

Vivre selon les commandements de Dieu, y compris pratiquer le shabbat qui est un commandement c’est montrer au monde notre soumission à la Parole de Dieu car si nous enfants de Dieu ne respectons pas sa Parole, si nous ne lui donnons pas toute sa valeur en la pratiquant, comment les païens en saisiront-ils la valeur  à leur tour ?

Deutéronome Chapitre 5 Verset 1

« Moïse fit appel à tout Israël, et leur dit : « Ecoute, Israël, les lois et les statuts que je vous fais entendre aujourd’hui ; étudiez-les et appliquez-vous à les suivre.

Deutéronome Chapitre 5 Verset 28

« Ayez donc soin d’observer ce que l’Éternel, votre Dieu, vous a ordonné ; ne vous en écartez ni à droite ni à gauche.

Deutéronome Chapitre 6 Verset 4-7

« Ecoute, Israël : l’Éternel est notre Dieu, l’Éternel est un ! Tu aimeras l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme et de tout ton pouvoir. Ces devoirs que je t’impose aujourd’hui seront gravés dans ton cœur. Tu les inculqueras à tes enfants et tu t’en entretiendras, soit dans ta maison, soit en voyage, en te couchant et en te levant. »

Deutéronome Chapitre 7 Verset 6

« Car tu es un peuple consacré à l’Éternel, ton Dieu : il t’a choisi, l’Éternel, ton Dieu, pour lui être un peuple spécial entre tous les peuples qui sont sur la face de la terre. »

Deutéronome Chapitre 10 Verset 12-13

« Et maintenant, ô Israël ! Ce que l’Éternel, ton Dieu, te demande uniquement, c’est de révérer l’Éternel, ton Dieu, de suivre en toutes ses voies, de l’aimer, de le servir de tout ton cœur et de toute ton âme, en observant les préceptes et les lois du Seigneur, que je t’impose aujourd’hui, pour devenir heureux. »

Deutéronome Chapitre 10 Verset 16

« Supprimez donc l’impureté de votre cœur, et cessez de roidir votre cou. » 

Deutéronome Chapitre 11 Verset 1

« Tu aimeras donc l’Éternel, ton Dieu, et tu observeras ses lois, ses statuts, ses préceptes, en tout temps. »

Ces versets expriment la même voie, celle qui nous dit que par amour pour notre sauveur et seigneur Yeshua, nous observerons et pratiquerons la Parole, car la Parole est vivante et nous devons la vivre. Nous devons la vivre selon les ordonnances d’Elohim, sans chercher à cuisiner ses décrets à notre propre sauce pour ne pas aller à l’encontre de nos envies et des envies du monde. Pour cela nous devons étudier puis appliquer, car pratiquer le shabbat sans conviction de le vivre pour le consacrer à Elohim, c’est une insulte silencieuse. Non, nous devons saisir le gout de miel qui se cache sous ce jour saint, en laissant Dieu disposer notre cœur pour marcher selon ses voies. Ce jour saint est fait pour le peuple de Dieu et nous sommes enfants de Dieu donc nous lui sommes consacrés tout comme ce jour fut crée pour lui être consacrée. Regarder la finesse des choses, Dieu nous impose ces commandements, ses décrets, ses ordonnances pour que nous soyons heureux, car il connait mieux que nous ce qui est bon pour nous. Vivre le shabbat à notre manière c’est peut-être bon, mais vivre le shabbat à la manière dont El Shaddai nous l’a prescrit c’est le véritable MIEUX. Le shabbat n’a pas de date de péremption, ne dispose pas de motif d’annulation ni de modification.

Deutéronome Chapitre 30 Verset 10-15

« pourvu que tu écoutes la voix de l’Éternel, ton Dieu, en gardant ses préceptes et ses lois, tracés dans ce livre de la doctrine ; que tu reviennes à l’Éternel, ton Dieu, de tout ton cœur et de toute ton âme. Car cette loi que je t’impose en ce jour, elle n’est ni trop ardue pour toi, ni placée trop loin. Elle n’est pas dans le ciel, pour que tu dises : « Qui montera pour nous au ciel et nous l’ira quérir, et nous la fera entendre afin que nous l’observions ? » Elle n’est pas non plus au-delà de l’océan, pour que tu dises : « Qui traversera pour nous l’océan et nous l’ira quérir, et nous la fera entendre afin que nous l’observions ? » ».

Josué Chapitre 1 Verset 8-9

« Ce livre de la Doctrine ne doit pas quitter ta bouche, tu le méditeras jour et nuit afin d’en observer avec soin tout le contenu ; car alors seulement tu prospéreras dans tes voies, alors seulement tu seras heureux. Oui, je te le recommande : sois fort et résolu, sans peur et sans faiblesse ! Car l’Eternel, ton Dieu, sera avec toi dans toutes tes voies. » »

 Avant la venue de Yeshua, il était impossible de vivre pleinement la loi, mais grâce à Yeshua qui l’a accompli dans sa perfection la plus totale, il nous donne cette force divine de vivre pleinement notre foi par des œuvres inspirées par la Parole de Dieu. Ces 10 commandements ne sont plus inaccessibles car ils sont gravés dans notre cœur, ce qui ne laisse plus place à l’incrédulité et à la peur. Yeshua nous donne accès à cette loi pour la vivre à travers sa perfection.  Il n’y a rien de difficile pour nous dorénavant car ce n’est plus nous qui vivons mais Christ qui vit en nous.

Ruth Chapitre 1 Verset 16-17

« Mais Ruth répliqua : « N’insiste pas près de moi, pour que je te quitte et m’éloigne de toi ; car partout où tu iras, j’irai ; où tu demeureras, je veux demeurer ; ton peuple sera mon peuple et ton Dieu sera mon Dieu ; là où tu mourras, je veux mourir aussi et y être enterrée. Que l’Eternel m’en fasse autant et plus, si jamais je me sépare de toi autrement que par la mort ! » »

Ce passage, décrit notre relation avec Yeshua, Yeshua qui est notre époux. Il a servi son père, en pratiquant les ordonnances de son celui-ci et en corrigeant les hommes qui mettaient à mal ces mêmes ordonnances, Il pratiquait toutes les convocations saintes y comprit le shabbat, et ce d’une manière parfaite. Nous en tant qu’épouse, en tant que disciple, en tant que peuple de notre Elohim, nous devons demeurer et vivre de la même manière que notre sauveur et seigneur Yeshua en nous reniant nous-mêmes. Petite différence la mort ne peut plus nous séparer de notre époux car il l’a terrassé.

  • Un jour de rigueur et de joie

Néhémie Chapitre 8 Verset 7-12

« Yêchoua, Bâni, Chèrèbia, Yamîn, Akkoub, Chabbetaï, Hodia, Maasèya, Kelita, Azaria, Yozabad, Hanân, Pelaïa et les [autres] Lévites expliquaient la Thora au peuple, tandis qu’il se tenait à sa place. Ils faisaient la lecture du livre, de la loi de Moïse, d’une manière distincte et en indiquaient le sens, de sorte que l’on comprit le texte. Néhémie, à savoir le gouverneur, ainsi qu’Ezra, le prêtre et scribe, et les Lévites qui instruisaient le peuple, dit au peuple tout entier : « Ce jour est consacré à l’Eternel, votre Dieu ; ne manifestez pas de deuil et ne pleurez point ! » Car tout le peuple pleurait en entendant les paroles de la Thora. Il ajouta : « Allez, mangez des mets succulents, buvez des breuvages doux et envoyez-en des portions à ceux qui n’ont rien d’apprêté, car ce jour est consacré à notre Seigneur. Ne vous attristez donc pas, car la joie en l’Eternel est votre force. » Cependant, les Lévites calmaient le peuple en disant : « Faites silence, car ce jour est saint : ne vous attristez donc pas ! » Tout le peuple s’en alla ainsi pour manger, boire, envoyer des présents et organiser de grandes réjouissances, car il s’était pénétré des paroles qu’on lui avait adressées. »

Le shabbat est un jour pendant lequel il est important d’écouter la parole, d’étudier un passage de la Parole afin de pouvoir prendre le temps de nourrir notre âme avec la portion hebdomadaire vitale pour notre foi, car il est vrai que la semaine lorsque nous sommes subjugués par le travail, les activités du quotidien, l’étude de la torah est moins développée. Cela démontre qu’en ce jour Dieu désire que nous nous rapprochions de lui en cherchant à connaitre davantage sa Parole.

De plus, le shabbat comme on le voit dans le passage, est un moment de partage plus approfondi par le temps de repos qu’il nous est accordé par Elohim. La charité n’a pas de jour précis bien-sûr, mais là il est à comprendre que le shabbat s’il est consacré à Dieu est consacré au bien être de notre prochain par l’amour que nous pouvons lui porter en l’invitant à notre table de shabbat pour parler, converser et louer Dieu.

Bien souvent, nous utilisons les fêtes païennes comme prétexte pour se réunir en famille, cependant Dieu avait déjà tout prévus, afin qu’en ce jour qui lui est consacré, nous prenions le temps de nous réunir en son nom pour glorifier en son nom et pour lui rendre grâce pour les œuvres qu’il accomplit dans la vie de chacun. Le shabbat permet à la famille de passer du temps ensemble avec pour inviter d’honneur notre sauveur et seigneur Yeshua, car c’est un jour de fête en l’honneur de l’Eternel. La soirée de Shabbat peut se dérouler avec les bénédictions, le repas de shabbat le vendredi soir au couché du soleil, le partage de la parole à table en témoignant de ce que Dieu nous a apprit dans la semaine, des jeux ou des quizz sur la Parole, et le samedi, un repas de nouveau, des rires, des jeux, des siestes et des louanges.  Lors du shabbat, l’on ne doit pas parler du lendemain, du travail, des travaux à faire, ou de toutes autres préoccupations, on consacre son corps et son esprit à El Shaddai. TOUT EST AU REPOS.

Néhémie Chapitre 10 Verset 30-32

« se joignirent à leurs frères, les personnages notables, et s’engagèrent par un serment solennel à suivre la loi de Dieu, qui avait été donnée par l’organe de Moïse, serviteur de Dieu, à observer et à pratiquer tous les commandements de l’Eternel, notre Seigneur, ses statuts et ses ordonnances ;(…) et, au cas où les populations du pays viendraient débiter des marchandises et des denrées quelconques le jour du sabbat, à ne rien leur acheter ni ce jour ni les autres jours consacrés; à laisser, la septième année, chômer [la terre] et périmer toute créance. »

Lors du shabbat ou toutes autres célébrations en l’honneur de l’Eternel, nous ne devons pas toucher, ni utiliser physiquement ou virtuellement de l’argent (sauf dans le cas ou l’on doit acheter des médicaments ou pour aider la santé de quelqu’un). Pourquoi ? Tout simplement parce qu’en ce jour nous ne devons pas penser au lendemain, nous ne devons pas agir pour nous mais pour Dieu. Quand l’argent passe de main en main, ou de banque en banque, ou de caisse en caisse, cet argent travaille pour l’un comme pour l’autre, cependant nous ne devons pas travailler. Et en achetant chez un autre, c’est comme si nous poussions l’autre à travailler pendant que nous sommes au repos, ce qui est contraire à l’ordonnance prescrite par Dieu.  S’il est question de la dime tout comme Paul, le dimanche sera un très bon jour pour l’offrir. Cela nous apprend à nous organiser de manière à tout faire au préalable pour avoir un esprit focus sur l’Eternel et non sur des flux monétaires. De plus c’est une façon d’apprendre à vivre une journée sans se préoccuper de l’argent.

Néhémie Chapitre 13 Verset 15-17

« A la même époque, je vis en Juda des gens qui foulaient des pressoirs le jour du sabbat et qui transportaient, à dos d’âne, des charges de blé et aussi du vin, des raisins, des figues et toute autre denrée pour les introduire à Jérusalem le jour du sabbat ; et je les admonestai le jour où ils procédaient à la vente de ces comestibles. Les Tyriens s’étaient établis dans la ville, qui apportaient du poisson et d’autres marchandises et qui les débitaient, le sabbat, aux Judéens dans Jérusalem même. Je fis des reproches aux nobles de Juda et leur dis : « Comment pouvez-vous commettre une si mauvaise action, de profaner le sabbat ?

Néhémie Chapitre 13 Verset 19

« Dès que les portes de Jérusalem commençaient à s’assombrir, la veille du sabbat, je donnai ordre d’en fermer les battants et de ne les rouvrir que le sabbat une fois passé. Je postai aussi quelques-uns de mes gens près des portes pour empêcher qu’aucune charge ne fût introduite le jour du sabbat.

Voyez que restez ferme lors d’un shabbat pour ne pas vaquer à nos activités n’est pas chose facile, car sinon elle ne serait pas rappelée dans les commandements. Le samedi dans notre société est un jour de bénéfice pour les sociétés du monde entier, quelque soit le secteur. C’est là que s’impose à notre cœur le choix de satisfaire nos désirs ou la volonté de Dieu. Si nous sommes employeurs ou auto-entrepreneurs, il est important de fermer vos structures physiques ou virtuelles (magasin, site E-commerce, bureaux) lors du shabbat, car Dieu est le grand patron et lui seul se charge du bénéfice qu’il vous donnera et non le monde. Cela s’appelle faire confiance à Dieu dans la gestion de vos travaux. Et si vous êtes employés, n’ayez pas peur de refuser un travail qui vous demande d’être présente le vendredi soir jusqu’au samedi soir, car vous ne devez pas vous conformer au monde mais à la Parole de Dieu. Dieu pourvoira afin que votre employeur accepte ou qu’un autre accepte, n’oubliez pas que votre employeur est établi par Dieu. Et dans le cas ou vous êtes déjà employés le vendredi soir et samedi, ne culpabilisez pas mais priez afin que l’Eternel vous permette de pouvoir vous délivrer de ce joug de la société et ainsi vous permettre de lui consacrer ce jour. Notez bien aussi, qu’en ce jour saint, ce n’est pas le moment pour porter des charges telles que des sacs de bétons, des grosses plantes ou autres.

Comprenez que si Dieu a cessé toute activité ce jour-là, son peuple doit faire de même car nous lui sommes consacrés.

Psaume 19 Verset 8-12

« La doctrine de l’Eternel est parfaite : elle réconforte l’âme. Le témoignage de l’Eternel est véridique : il donne la sagesse au simple. Les préceptes de l’Eternel sont droits : ils réjouissent le cœur. Le commandement de l’Eternel est lumineux ; il éclaire les yeux. La crainte de l’Eternel est pure : elle subsiste à jamais. Les jugements de l’Eternel sont vérité : ils sont parfaits tous ensemble ; plus désirables que l’or, que beaucoup d’or fin, plus doux que le miel, que le suc des rayons. Aussi ton serviteur les respecte-t-il avec soin : les observer est d’un haut prix. »

Nous devons prendre conscience que la doctrine de notre Elohim est sainte, et parfaite. Le shabbat est un commandement divin, ce qui veut dire qu’il a pour but de nous rapprocher d’Elohim. Honorer ce jour saint en le dédiant exclusivement à Elohim, a plusieurs buts et ce passage nous l’explique. Tout d’abord le shabbat, est un jour mis à part pour Dieu au cours duquel notre Créateur va nous réconforter par rapport à toutes les œuvres accomplit dans la semaine, puis il nous remplit d’une joie particulière, celle de ne plus avoir à se préoccuper de nos responsabilités quotidiennes (travail, foyers, gestion) en ayant le regard fixé sur lui sans interruptions extérieures. Ensuite, en ce jour de repos, il nous apporte cette connaissance, une nourriture nécessaire et vitale à notre âme pour clôturer la semaine et pour en commencer une autre. Et enfin, il nous prépare à notre Eternité avec lui, car ce qui se passe sur Terre est l’ombre des choses à venir, c’est-à-dire qu’il met notre âme en condition pour l’avenir à ses côtés, car retenons bien que si nous n’arrivons pas à lui accorder une journée uniquement pour lui, comment pouvons nous dire que nous voulons passer l’Eternité à ses cotes.

Esaïe Chapitre 66 Verset 22-24

« Oui ! Comme ces cieux nouveaux et comme cette terre nouvelle que je ferai naître dureront devant moi, dit l’Eternel, ainsi subsisteront votre race et votre nom. Et il arrivera constamment, à chaque néoménie, à chaque sabbat, que toute chair viendra se prosterner devant moi, dit l’Eternel. Et on sortira pour contempler les cadavres de ces hommes qui se révoltèrent contre moi, car le ver qui les ronge ne mourra point, ni le feu qui les consume ne s’éteindra ; et ils seront ainsi un objet d’horreur pour toute créature.

Esaïe Chapitre 5 Verset 24

« Aussi, de même qu’une langue de feu dévore le chaume, de même que l’herbe sèche disparaît dans la flamme, ainsi leur racine sera réduite en pourriture, et leur fleur sera emportée comme la poussière car ils ont repoussé la loi de l’Eternel-Cebaot et méprisé la parole du Saint d’Israël. »

Esaïe Chapitre 8 Verset 13

« C’est l’Eternel-Cebaot que vous devez sanctifier ; qu’il soit l’objet de vos craintes et de vos appréhensions. »

Lorsque nous luttons, ou refusons de pratiquer ce jour saint pour le motif suivant : nous ne sommes plus sous la loi mais sous la grâce. Vous êtes vous-mêmes contradictoire. Lorsque qu’un prisonnier est gracié par un juge, il est libre de pouvoir vivre sa vie à l’extérieur sans avoir aucune condamnation écrite sur son casier. Néanmoins pensez-vous que cela veut dire que les lois du tribunal ne sont plus bonnes ni en vigueur ? Il devra toujours respecter la loi car grâce à sa grâce il doit honorer ce juge qui lui-même représente la loi. Yeshua représente la Parole vivante donc la loi de l’Eternel. Nous ne devons cesser de rejeter un jour que Dieu a choisi pour qu’on lui rendre grâce, pour à notre tour choisir un jour, parce qu’en réalité le problème viendra du fait que nous remettons en question ce jour saint sous prétexte qu’il ne soit pas en accord avec notre petit confort du weekend. N’oublions pas que nous devons craindre l’Eternel.

  • Un exercice à la sagesse

Esaïe Chapitre 9 Verset 5-6

« C’est qu’un enfant nous est né, un fils nous est accordé : la souveraineté repose sur son épaule, et on l’a appelé Conseiller merveilleux, Héros divin, Père de la conquête, Prince de la Paix. Son rôle est d’agrandir l’empire, d’assurer une paix sans fin au trône de David et à sa dynastie, qui aura pour base et appui le droit et la justice, dès maintenant et à jamais. Le zèle de l’Eternel fera cela.

Esaïe Chapitre 11 Verset 1-3

« Or, un rameau sortira de la souche de Jessé, un rejeton poussera de ses racines. Et sur lui reposera l’esprit du Seigneur : esprit de sagesse et d’intelligence, esprit de conseil et de force, esprit de science et de crainte de Dieu. Animé ainsi de la crainte de Dieu, il ne jugera point selon ce que ses yeux croiront voir, il ne décidera pas selon ce que ses oreilles auront entendu. »

Yeshua est originaire de la tribu de Judah, donc d’Israël qui est un ensemble de 12 tribus. Ces passages doivent nous rappeler que Yeshua est notre Elohim en chair et en sang et qu’il est là pour accomplir la Parole du Père et non pour en être un rebelle. Il est la perfection.

Esaïe Chapitre 51 Verset 7-8

« Ecoutez-moi, vous qui connaissez la justice, peuple qui portes ma loi dans ton cœur ! Ne craignez pas les insultes des hommes et ne soyez point effrayés de leurs outrages ; car ils seront comme un vêtement que mangent les mites, comme la laine que dévore la teigne, tandis que ma justice dure à jamais et mon salut d’âge en âge. »

Esaïe Chapitre 54 Verset 5-8

« Oui, ton époux ce sera ton Créateur, qui a nom l’Eternel-Cebaot, ton sauveur sera le Saint d’Israël, qui s’appelle le Dieu de toute la terre. Car comme une femme abandonnée et au cœur affligé, l’Eternel t’a rappelée ; la compagne de la jeunesse peut-elle être un objet de dédain ? Ainsi parle le Seigneur. »

Bien souvent nous sommes nombreux à dire haut et fort que nous sommes l’époux du Christ. Néanmoins nous agissons comme une femme rebelle à son époux qui refuse de se soumettre à sa volonté alors qu’il est notre tête. Notre époux est celui qui a crée le shabbat pour l’honorer et nous refusons de l’honorer. Est-ce un comportement digne d’une épouse qui dit être amoureuse ? Etant épouse de Christ, il vit en nous, il est la loi, donc la loi est dans notre cœur, ce qui ne nous permet plus d’ignorer la vérité. Cessons d’être une épouse rebelle mais ayons la sagesse d’obéir à notre époux.

Esaïe Chapitre 56 Verset 1-5

« Ainsi parle l’Eternel : « Observez la justice et faites le bien ; car mon secours est près de venir et mon salut de se manifester. Heureux l’homme qui fait cela, et le fils d’Adam qui s’y tient fortement ! Heureux qui respecte le Sabbat et ne le profane point, et qui garde sa main de toute action mauvaise ! Et qu’il ne dise pas, le fils de l’étranger qui s’est rallié à l’Eternel : « Certes, le Seigneur m’exclura de son peuple ! » Et qu’il ne dise pas, l’eunuque : « Hélas ! Je ne suis qu’un arbre desséché ! Car ainsi s’exprime l’Eternel : « Aux eunuques qui observent mes sabbats, qui se complaisent à ce que j’aime, qui s’attachent à mon alliance, à eux, j’accorderai, dans ma maison et dans mes murs, un monument, un titre qui vaudra mieux que des fils et des filles ; je leur accorderai un nom éternel, qui ne périra point.

Esaïe Chapitre 56 Verset 6-8

« Et les fils de l’étranger, qui s’agrègent à l’Eternel, se vouant à son culte, aimant son nom et devenant pour lui des serviteurs; tous ceux qui observent le sabbat et ne le profanent point, qui persévèrent dans mon alliance,je les amènerai sur ma sainte montagne, je les comblerai de joie dans ma maison de prières, leurs holocaustes et autres sacrifices seront les bienvenus sur mon autel; car ma maison sera dénommée Maison des prières pour toutes les nations. » Parole du Seigneur, de l’Eternel, qui rassemble les dispersés d’Israël : « Il en est d’autres que je recueillerai en même temps que seront recueillis les siens. » »

Ici, Dieu a pris le temps de répondre à nos interrogations des milliers d’années avant aujourd’hui. Le shabbat est souvent perçu comme étant une vieille œuvre dénuée de sens par la venue de Yeshua. Mais au contraire, ce jour prend tout son sens dans nos cœurs grâce à Yeshua. Yeshua a donné vie à ce qui n’était que lettres mortes. Ces versets expriment d’une manière limpide que le shabbat est pour le fils d’Adam donc il s’agit là de toutes personnes issues de n’importes quelles nations. Puis le fait que soit stipuler qu’il faille s’y tenir fortement montre que pratiquer le shabbat n’est pas un acte facile car la chair refuse d’être face à son créateur mais nous savons que grâce à Yeshua, notre chair ne peut plus nous dominer. Là encore, je le redis, c’est Yeshua qui peut permettre uniquement de pratiquer le shabbat quand il vit en nous. De plus on voit bien que l’étranger ne peut pas trouver l’excuse « Je ne pas israélites de sang, donc je n’ai pas à faire cela. » Nous ne sommes peut-être pas israélites de sang mais nous sommes israélites par l’esprit, et par naissance divine donc nous faisons parti du peuple de Dieu, ce qui nous permet de pouvoir vivre le shabbat, avec le devoir de ne pas le violer par amour pour Elohim.

Esaïe Chapitre 58 Verset 2

« Jour par jour ils s’adressent à moi et manifestent le désir de connaître mes voies ; à la façon d’un peuple pratiquant la justice, qui n’aurait jamais trahi la loi de son Dieu, ils me demandent des règles de justice, ils sollicitent la présence de Dieu.

Voyez comme Dieu est notre Père d’amour avec un cœur moelleux. En tant qu’Israelites venu des nations, nous ne connaissons pas les lois de Dieu car elles n’ont pas été nos racines dans le passé. Nos racines dans le passé étaient Babylone ainsi que toutes les valeurs et fausses doctrines qui s’y concentrent. Mais en tant que disciple de Yeshua, notre cœur se révèle curieux, car notre âme a soif de connaitre Dieu et d’être en sa présence. De ce fait il est important pour nous de comprendre, d’étudier, de prier pour saisir l’importance que ce jour a dans le cœur de notre Elohim. Car même si notre chair ne comprend pas, notre âme elle en saisit le sens, car elle est née pour se consacrer à lui. Lorsque le shabbat nous consacrons ce jour, essayons de le pratiquer chaque semaine avec plus de foi, de persévérance, nous sommes en train de préparer notre âme a passé l’Eternité avec notre Elohim.

Esaïe Chapitre 59 Verset 13-14

« Si tu cesses de fouler aux pieds le sabbat, de vaquer à tes affaires en ce jour qui m’est consacré, si tu considères le sabbat comme un délice, la sainte journée de l’Eternel comme digne de respect, si tu le tiens en honneur en t’abstenant de suivre tes voies ordinaires, de t’occuper de tes intérêts et d’en faire le sujet de tes entretiens, alors tu te délecteras dans le Seigneur et je te ferai dominer sur les hauteurs de la terre et jouir -de l’héritage de ton aïeul Jacob… C’est la bouche de l’Eternel qui l’a dit. »

Ce verset selon moi exprime ce que Dieu attend de nous lors du shabbat et il énonce les sacrifices que nous devons faire afin de l’honorer, car il sait que pour nous, pratiquer le shabbat selon sa volonté est une chose difficile pour notre chair rebelle. Lorsque nous foulons aux pied un objet ou quelque chose, c’est souvent par ce que nous n’y prêtons pas attention et que nous n’en décelons pas l’importance. Quand un de nos bijoux tombe par terre, nous marchons à tâtons pour ne pas abimer cet objet de valeur à nos yeux. Ici, il est question d’un jour qui a de la valeur aux yeux de Dieu, donc qui doit en avoir pour nous aussi. Nous devons prendre soin de regarder le shabbat avec les yeux de Christ et non avec dédain, rébellion ou religiosité. Autre point qu’il nous est énoncé est celui de renoncer à ce que l’on aime ou ce que l’on fait d’habitude (d’ailleurs, cela nous rappelle Yeshua qui nous demande de renoncer à nous-mêmes pour le suivre). Bien oui, effectivement par amour, un parent va prendre un jour de congé pour aller voir le spectacle de ses enfants, par amour des amies vont décaler des rendez-vous professionnels pour un évènement important pour leurs amies, par amour une sœur va annuler son séjour en vacances car son frère ne se sent pas bien suite un burt out au travail. Oui quand on aime on s’abstient de ce que l’on aime pour aimer l’autre davantage. Voila ce que Dieu nous demande de faire, de lui dédier ce jour à lui et à notre prochain. Toutefois il est précisé que cette action de vivre le shabbat doit se faire dans les racines du cœur et non dans la religiosité car sinon cela revient à être hypocrite devant la face de Dieu. C’est pour cela que l’esprit de sagesse est requis pour que notre cœur porte son amour vers ce jour saint et se détourne de toutes préoccupations pécuniaires car oui l’argent et l’amusement sont actuellement les deux éléments qui empêchent nos cœurs à obéir en se trouvant des prétextes sans fondements. Dernier point dans ce passage, qui met en avant une chose qui arrive bien souvent lors des repas de familles, ce sont les conversations mondaines sur le travail, les collègues, les finances, les projets, les problèmes, le voisinage ect… sauf que pendant le shabbat ce types de conversations doit être exclu pour éviter de donner à ce jour les empreintes des autres jours. C’est une façon de nous guider à mettre Dieu au centre de toutes les conversations à travers des échanges sur la Parole, sur des témoignages, des études bibliques, des chants mais aussi des silences.   

Lamentations Chapitre 2 Verset 6

« Le Seigneur s’est comporté comme un ennemi, il a bouleversé Israël, il a bouleversé tous ses palais, détruit ses forteresses ; il a multiplié chez la fille de Juda plaintes et lamentations. Il a dévasté son pavillon comme on fait d’un jardin, ruiné son lieu de rendez-vous ; l’Eternel a fait tomber dans l’oubli fêtes et sabbat et rejeté, dans sa furieuse colère, roi et prêtre. »

Osée Chapitre 2 Verset 13-16

« Je mettrai fin à toutes ses joies, à ses fêtes, ses néoménies, ses sabbats, à toutes ses solennités. Je dévasterai ses vignes et ses figuiers, « gages d’amour, disait-elle, que m’ont donné mes adorateurs » ; et j’en ferai un bois que ravagera la bête sauvage. Je lui ferai expier ces jours où elle encensait les Baals, où, parée de ses joyaux et de ses atours, elle courait après ses amants et moi, elle m’oubliait ! dit l’Eternel. C’est pourquoi je veux la regagner, en la conduisant dans la solitude, et là je parlerai à son cœur.

Osée Chapitre 11 Verset 7

“Oui, mon peuple se complaît dans sa rébellion contre moi. On a beau les inviter à regarder en haut, ensemble ils refusent de s’élever. »

Notre désobéissance, notre cœur impur a valu aux fêtes de l’Eternel et aux shabbat d’être ignoré par Dieu. Non pas parce que ce n’était plus aux gouts du jour, mais parce que le cœur de ceux qui le pratiquaient étaient rempli d’hypocrisie, d’orgueil, d’avarice, d’immoralité, d’idolâtrie qui profanaient ce jour saint. C’est là qu’il faut comprendre que le shabbat n’est pas la clé du salut car seul Yeshua est notre Salut devant l’Eternel. Le shabbat est l’une des manifestions physiques et spirituelles de notre foi en notre sauveur et seigneur Yeshua. C’est-à-dire que nous ne faisons pas le shabbat de manière à se dire « je fais le shabbat pour avoir une bonne place dans le royaume » Non, le shabbat est une manifestation de notre amour pour Christ qui nous pousse à vouloir vivre dans l’obéissance et dans l’observation des commandements. Le shabbat est une fête, un jour saint consacrée à Elohim. Notre cœur doit être disposé à vivre ce jour pour les bonnes raisons, aimer et plaire à Elohim, tout comme une épouse veut plaire à son époux. On ne veut pas plaire à Dieu pour gagner son amour, car il nous l’a déjà donné avec Yeshua, mais pour lui montrer notre amour.

Ezéchiel Chapitre 20 Verset 10-13

« Je les tirai donc du pays d’Egypte et je les amenai au désert. Je leur donnai mes lois et leur fis connaître mes règlements, que l’homme doit accomplir pour assurer sa vie. Je leur donnai aussi mes sabbats, qui devaient être un symbole entre moi et eux, pour qu’on sût que c’est moi, l’Eternel, qui les sanctifie. Mais la maison d’Israël s’est révoltée contre moi dans le désert ; ils n’ont pas suivi mes lois, ils ont méprisé mes règlements, que l’homme doit accomplir pour vivre, ils ont profané à l’excès mes sabbats, et je songeai à épancher mon courroux sur eux dans le désert pour les anéantir. »

Ezéchiel Chapitre 20 Verset 15-16

« Aussi bien, je jurai contre eux au désert, de ne pas les amener au pays que je leur destinais, ruisselant de lait et de miel, qui est un joyau entre tous les pays, parce qu’ils avaient méprisé mes règlements, refusé de suivre mes lois et profané mes sabbats, leur cœur n’étant épris que de leurs viles idoles. »

Le désert représente l’endroit ou nous sommes en tant que disciples de Yeshua. Yeshua nous a sorti d’Egypte, afin que nous vivions à la lumière de la Parole, car la parole de Dieu est la vie, ce qui explique pourquoi nous ne pouvons pas juste la lire comme certains pharisiens ou saducéens mais nous devons la vivre au quotidien.  Pendant leur temps dans le désert, les israélites de sang ainsi que « les étrangers » ont refusé de suivre les règles et ont violé les shabbat pour suivre leurs propres pulsions. Parallèlement nous qui avons l’arme de destruction du mal avec nous, Yeshua, nous agissons de la même manière. Nous sommes dans le désert spirituel, donc en guerre spirituel contre l’adversaire et son armée mais nous refusons de suivre les lois de notre Dieu. Donc nous nous tirons des balles dans le pied pour le dire de manière imagée. Cela doit nous alerter sur le fait que nous pensons être et agir différemment par rapport à ceux du passé, ce qui fait que nous ne jugeons leur erreur à chaque lecture de la Parole sans prendre conscience que nous faisons les mêmes erreurs qu’eux : être rebelle dans la foi.

Ezéchiel Chapitre 20 Verset 18-21

« Et je dis à leurs enfants dans le désert : « Ne suivez point les errements de vos pères, n’observez pas leurs coutumes et ne vous souillez point par leurs idoles. Je suis l’Eternel, votre Dieu, suivez mes lois, observez mes règlements et exécutez-les.Sanctifiez mes sabbats ; qu’ils soient un symbole entre moi et vous, pour qu’on sache que je suis l’Eternel, votre Dieu. Et les enfants se sont révoltés contre moi ils n’ont pas suivi mes lois, ils n’ont pas respecté, pour les accomplir, mes règlements que l’homme doit accomplir pour vivre ; ils ont profané mes sabbats, et je songeai à épancher mon courroux sur eux, à assouvir sur eux ma colère dans le désert. »

Ezéchiel Chapitre 20 Verset 23-25

« Mais j’ai aussi juré contre eux dans le désert, de les disperser parmi les nations et de les disséminer dans les pays, parce qu’ils n’ont pas accompli mes règlements, et qu’ils ont méprisé mes lois, profané mes sabbats, et que leurs yeux ont été épris des idoles de leurs pères. Mais en revanche, moi je leur ai donné des lois malheureuses et des règlements non susceptibles de les faire vivre. »

Ces versets illustrent mes propos d’avant, en mettant en lumière l’influence de monde, des cultures, de la société, de la famille mais aussi de certaines églises. Yeshua nous permet d’avoir un Rabbi, un maitre de l’enseignement chaque jour avec nous afin de nous répondre à nos questions et nous accorder un esprit de discernement. Comme moi-même auparavant, le dimanche est le jour de culte d’adoration dans le christianisme, et je tiens à préciser « jour d’adoration » car il s’agit bien d’un jour d’adoration mais pas de « repos ni ce cessation ». Le jour d’adoration n’est pas mal par le fait d’adorer Dieu le dimanche, car nous pouvons l’adorer chaque jour de la semaine, néanmoins rappelez-vous qu’avant d’honorer un jour d’adoration institué par Constantin dans une certaine période politique, nous devons honorer en premier les ordonnances de Notre Seigneur. Nous reviendrons sur ce point à caractère historique et politique dans la troisième et dernière partie de l’étude.

Nombreux sont les pays, les églises qui sont fondées et qui fonctionne sous des règles aux gouts d’absinthe, avec des lois qui n’ont aucun intérêt et des règlements qui se contredisent les uns les autres, en s’écartant complètement de la vérité biblique.

Ezéchiel Chapitre 36 Verset 25-27

« et j’épancherai sur vous des eaux pures afin que vous deveniez purs ; de toutes vos souillures et de toutes vos abominations, je vous purifierai. Je vous donnerai un cœur nouveau et je vous inspirerai un esprit nouveau ; j’enlèverai le cœur de pierre de votre sein et je vous donnerai un cœur de chair.Je mettrai en vous mon esprit et je ferai en sorte que vous suiviez mes statuts et que vous observiez et pratiquiez mes lois. »

Ezéchiel Chapitre 44 Verset 23-24

« Ils enseigneront à mon peuple à discerner le sacré du profane, ils lui feront connaître la distinction de l’impur et du pur.Dans les litiges, ce sont eux qui exerceront la justice, et ils prononceront d’après mes lois ; ils observeront mes doctrines et mes statuts pour toutes mes solennités et ils sanctifieront mes sabbats.

Il s’agit dans ces versets, du baptême d’eau et du Saint-Esprit qui nous permet de naitre de nouveau et d’être disciple de Yeshua, serviteur d’El Shaddai, une identité éternelle. Nous constatons que le fait de devenir enfant de Dieu est toujours associé à suivre les statuts de notre Elohim ainsi que pratiquer ses lois. Être enfant de Dieu, ce n’est pas juste dire « Je suis enfant de Dieu, j’aime Dieu, aime Dieu et voilà », au contraire être enfant de Dieu c’est avoir un amour pour les commandements de Dieu parce qu’on voit à quel point ils font du bien à notre âme et notre cœur, on ne cherche plus à déroger à nos devoirs. Car en tant que serviteurs nous avons des devoirs et des responsabilités. Vous savez un ouvrier il ne travaille pas pour être engagé, il travaille quand il est engagé, ce qui est notre cas, nous sommes ouvriers de Christ donc nous avons des devoirs et des responsabilités qui sont les commandements de notre Elohim.

Quant aux enseignants, aux pasteurs, aux chefs de communautés, ils doivent être des imitateurs de Christ, des pratiquants de la Parole de Dieu afin de guider l’ensemble de la communauté à vivre la Parole. Pour cela ils doivent discerner le bien du mal, ce qui vient de Dieu ou ce qui vient de la chair pour ne pas induire l’autre en erreur. Sauf que de nos jours, même et ce beaucoup dans nos églises, une fausse doctrine est véhiculée par ce qu’elle est facile, parce qu’elle est populaire, elle se nomme la Foi anorexique ou la Foi boulimique ? Parce que c’est une foi qui est malade, qui refuse de se nourrir des commandements de Dieu en dissociant la Grace (l’eau) et les Commandements (la nourritures). Dites-moi comment quelqu’un peut vivre sur du long terme avec de l’eau sans se nourrir ? Et ce même spirituellement. Ou une foi qui va se goinfrer pendant des heures et des heures de la Parole sans la vivre et donc va la vomir après chaque repas. Comprenez l’image décrite et vous verrez que malheureusement cette foi n’est qu’un mirage dans le désert et qu’elle ne vous permettra pas de prendre les coups spirituels à venir.

  • Un commandement pour le peuple de Dieu

Ezéchiel Chapitre 37 Verset 15-28

« La parole de l’Eternel me fut adressée en ces termes « Or toi, fils de l’homme, prends une pièce de bois et écris dessus : « Pour Juda et pour les enfants d’Israël, ses associés. Puis, prends une autre pièce de bois et écris dessus : Pour Joseph, souche d’Ephraïm, et toute la maison d’Israël, ses associés. Rapproche ces pièces l’une de l’autre, pour n’avoir qu’une pièce unique ; et elles seront réunies dans ta main. Et lorsque les enfants de ton peuple te parleront ainsi : « Ne nous révéleras-tu pas ce que tu entends par là ? « Réponds-leur Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici, je vais prendre l’arbre de Joseph qui est dans la main d’Ephraïm, et les tiges d’Israël, ses associées ; je les lui adjoindrai avec l’arbre de Juda, et j’en ferai un arbre unique, et ils ne feront qu’un dans ma main.Or, les pièces de bois sur lesquelles tu auras écrit seront dans ta main, [visibles] à leurs yeux, puis dis-leur : Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici, je vais prendre les enfants d’Israël d’entre les nations où ils sont allés, je les rassemblerai de toutes parts et je les conduirai sur leur territoire.Je les constituerai en nation unie dans le pays, sur les montagnes d’Israël ; un seul roi sera le roi d’eux tous : ils ne formeront plus une nation double et ils ne seront plus, plus jamais, fractionnés en deux royaumes. Ils ne se souilleront plus par leurs idoles abjectes, par leurs turpitudes, par tous leurs forfaits ; je les tirerai de toutes les demeures où ils ont péché, et je les purifierai : alors ils seront pour moi un peuple et moi, je serai pour eux un Dieu.Mon serviteur David régnera sur eux, il n’y aura qu’un pasteur pour eux tous ; ils suivront mes lois, ils garderont mes statuts et s’y conformeront. Ils habiteront le pays que j’ai donné à mon serviteur Jacob, qu’ont habité vos pères; ils y demeureront, eux et leurs enfants et leurs petits-enfants pour toujours, et David, mon serviteur, sera leur prince pour toujours. Je contracterai avec eux une alliance de paix, une alliance éternelle leur sera accordée, je les rétablirai. Je les rendrai grands, et je mettrai mon sanctuaire au milieu d’eux pour toujours. Ma résidence sera près d’eux ; je serai leur Dieu, et eux seront mon peuple. Et les nations sauront que moi, l’Eternel, je sanctifie Israël, puisque mon Sanctuaire sera au milieu d’eux pour toujours. »

En tant que peuple de Dieu nous ne formons qu’un, le peuple du Dieu d’Israël. La tribu de Joseph, plus précisément celle d’Ephraïm représente les israélites qui furent complètement éparpillés parmi les nations du monde. De ce fait seul Dieu connait la traçabilité biologique mais aussi spirituelle de ses enfants, ce qui permet à Yeshua de récupérer une à une ses brebis sans en oublier aucune. Cette information est importante pour que nous puissions comprendre que nous sommes le peuple d’Israël car nous sommes greffés sur celui-ci. Ce qui est logique par la suite c’est de comprendre que nous devons tous pratiquer la Parole de Dieu. L’unique différence est qu’en tant qu’Israelites d’Ephraïm, bercés par les lois des nations, l’assimilation, le changement de vie se fera différemment, avec plus d’étude guidée par le Saint esprit pour enlever les racines de Babylone en changeant nos habitudes avec le shabbat et ses règles, les règles de pudeur, l’alimentation ect… tout comme les israélites de sang eux aussi doivent assimiler une vie sous la grâce sans chercher à gagner leur place au près d’Elohim par des œuvres sans foi en Yeshua. Donc il y a bien un travail qui se fait sous différents aspects mais le but est le même, celui de vivre par notre foi en Yeshua en marchant dans l’obéissance de la Parole pour la Partager à notre tour.

Ezéchiel Chapitre 47 Verset 21-23

« Vous partagerez ce pays entre vous, selon les tribus d’Israël. Et vous aurez à l’attribuer en héritage à vous et aux étrangers séjournant parmi vous, qui auront engendré des enfants parmi vous. Ils seront pour vous- comme l’indigène parmi les enfants d’Israël ; avec vous ils participeront à l’héritage au milieu des tribus d’Israël. Et ce sera dans la tribu même où l’étranger sera domicilié que vous lui donnerez sa part d’héritage, dit le Seigneur Dieu. »

Pour expliquer ce passage, prenons l’exemple, d’une personne originaire de Chine qui va vivre en Suède, cette personne accepte de vivre selon les lois et les règles du pays, elle l’aura par la suite après paperasse la nationalité suédoise, bien qu’elle fût étrangère par son origine. Cela pour répondre à ceux qui dirait « pourquoi dire que nous sommes Israël, si Dieu fait une différence entre les deux » Tout simplement parce que là nous avons un début de réponse qui exprime que physiquement le peuple d’Israël sera composé d’Israël mais aussi de rescapés des nations du monde qui deviendront par assimilation de Yeshua Israelites eux-mêmes, Et la fin de réponse nous l’auront par la suite quand il est nous est dit qu’il n’y aura plus ni juif ni grec. Dieu est tellement fort que pour éviter que certaines personnes qui revendiquerait le fait d’avoir une place plus légitime dans le peuple de Dieu parce qu’ils sont israélites de sang, il met en évidence le fait que l’étranger, qui accepte YHWH comme son Dieu (donc Yeshua pour sauveur), a un héritage tout comme lui dans le royaume de Dieu. De manière à éviter tout conflit spirituel par rapport à notre héritage dans le Royaume de Dieu. Dieu nous fait part là de son testament afin qu’aucune personne ne puisse tente de remettre en question sa volonté. Nous savons bien comment les histoires d’héritages dans les familles peuvent conduire à des injustices, or Dieu est JUSTICE.

Zacharie Chapitre 10 Verset 4

« Contre les pasteurs ma colère s’est allumée, je sévirai contre les boucs [conducteurs du troupeau], car l’Eternel-Cebaot a passé en revue son troupeau, la maison de Juda, et la considère comme son coursier d’honneur dans la bataille. C’est de là que provient la pierre d’angle, de là la cheville ouvrière, de là l’arc de combat ; de là sortent les vainqueurs tous ensemble.Ils seront comme des héros piétinants, dans la mêlée, la boue des chemins ; ils soutiendront la lutte, car l’Eternel est avec eux : ceux qui montent des chevaux seront couverts de confusion. Je donnerai la victoire à la maison de Juda, je prêterai main-forte à la maison de Joseph ; je les rétablirai après les avoir pris en pitié: ils seront comme si jamais je ne les avais délaissés, car je suis l’Eternel, leur Dieu, et je les exaucerai. Ephraïm sera tel qu’un vaillant guerrier, son cœur sera joyeux comme sous l’action du vin. Ses fils le verront et se réjouiront, leur cœur exultera en l’Eternel. Je leur ferai entendre le signal et les rassemblerai, parce que je les aurai rachetés. Ils seront nombreux comme jadis ils furent nombreux.Quand je les aurai semés parmi les nations, dans les pays lointains, ils se souviendront de moi ; ils y vivront avec leurs enfants, puis ils reviendront.

Ce dernier passage avant de conclure la partie 1 de cette étude, nous expose qui est celui qui nous offre la victoire, la pierre angulaire, Yeshua notre Seigneur et Sauveur, Tout cela en portant en lumière l’unité qui doit régner au sein de la communauté du Peuple de Dieu à travers la foi en Christ manifestée par la pratique des ordonnances d’Elohim. Yeshua est celui qui nous a rassemblé, racheté. Afin que nous ne soyons plus divisés par péchés mais réunit par la grâce de sa sainteté. Le fait de ne devenir qu’un peuple, celui du Dieu d’Israël doit nous faire prendre conscience qu’il est temps de cesser de diviser par notre désobéissance et esprit de rébellion. Le shabbat fut donné aux fils d’Adam, puis rejeté par une majorité d’entre eux, excepté Israël qui l’a honoré sur un temps (comme avec Néhémie, Joshua etc.…) puis plus particulièrement la tribu de Judah qui a prolongé son amour pour le shabbat mais qui néanmoins par la suite l’en a vidé de sa saveur. Alors vous me direz la boucle est bouclée car grâce à Yeshua, le shabbat est offert de nouveau à tous les fils d’Adam devenu enfants de Dieu. Le Shabbat est un commandement qui est en réalité un cadeau de Dieu à l’Homme, une bénédiction. Nous allons ouvrir sur la seconde partie dans laquelle nous allons analyser les contre arguments dans la Brit ‘Hadasha soit le dit nouveau testament ayant terminer avec la partie 1 qui analysait le Tanakh soit le dit « ancien » testament.

II. Le Shabbat, une bénédiction

Comme nous l’avons vu en première partie, Dieu a bénit le shabbat, c’est-à-dire qu’il en a dit du bien, il l’a rendu ce jour saint pour sanctifier sa sainteté. D’autre part, le shabbat est le 4ème commandement positif parmi les 10 commandements, ce qui nous rend compte que c’est quelque chose qui découle du saint esprit et qui ne peut pas être vécut sans l’intervention du Saint Esprit. Maintenant, nous allons étudier en quoi le shabbat est plus qu’un commandement mais belle et bien une bénédiction qui découle d’un jour que les églises actuelles tentent de rendre « ancien » « révolu ».

Matthieu Chapitre 5 Verset 16-20

« Que votre lumière luise ainsi devant les hommes, afin qu’ils voient vos bonnes œuvres, et qu’ils glorifient votre Père qui est dans les cieux. Ne pensez pas que je sois venu abolir la loi ou les prophètes ; je ne suis point venu abolir, mais accomplir. Car en vérité je vous le dis, jusqu’à ce que le ciel et la terre aient passé, il ne passera pas de la loi un seul iota, ni un seul trait de lettre, jusqu’à ce que tout ait été accompli. Celui donc qui aura violé l’un de ces plus petits commandements, et qui aura ainsi enseigné les hommes, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux ; mais celui qui les aura observés et enseignés, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. Car je vous dis que si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux. »

Retenez bien que dans ce passage, Yeshua est claire sur le fait qu’il est venu accomplir la loi afin qu’en vivant à travers nous, nous ayons la force de pouvoir l’accomplir à notre tour. Car les pharisiens et les scribes, ne vivaient pas la loi et parce qu’ils n’arrivaient pas à la vivre ils ont rajouté des règles rabbiniques qui ne viennent pas de la Parole de Dieu pour justifier leurs écarts et leur désobéissance.

  1. L’instruction pour Nourriture

Matthieu Chapitre 4 Verset 4

« Mais lui, répondant, dit : Il est écrit : Ce n’est pas de pain seulement que l’homme vivra, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » La Parole de Dieu est la nourriture de notre âme, ce qui la rend vitale à notre vie en tant que disciple de Yeshua. Le fait d’être libre du quotidien, nous permet d’avoir une journée complète pour dévorer, engloutir la Parole de Dieu et ce sous plusieurs supports (lecture, écoute, discussion, prière, adoration.

Matthieu Chapitre 4 Verset 23

« Et il parcourait toute la Galilée, enseignant dans leurs synagogues, et prêchant l’Evangile du royaume, et guérissant toute maladie et toute langueur parmi le peuple. » Nous constatons que Yeshua enseignait la Parole dans les synagogues, ce qui se faisait le lors du shabbat car c’était le jour pour l’enseignement biblique, idéale quand nous savons qu’en ce jour chaque être est disponible et se doit d’être disponible pour Dieu.L’enseignement ou la lecture explicative de certains passages de la torah, permet à chaque disciple d’avoir sa portion quotidienne.

Marc Chapitre 12 Verset 32-34

« Et le scribe lui dit : Bien, Maître, tu as dit selon la vérité, qu’il est l’Unique, et qu’il n’y en a point d’autre que lui ; et que l’aimer de tout son cœur et de toute son intelligence et de toute sa force, et aimer le prochain comme soi-même, c’est plus que tous les holocaustes et les sacrifices.Et Jésus, voyant qu’il avait répondu avec sagesse, lui dit : Tu n’es pas loin du royaume de Dieu. Et personne n’osait plus l’interroger. » Yeshua nous exprime deux éléments piliers du shabbat ici par ce passage. Ce jour est la manifestation même de notre amour exclusive pour l’Eternel mais aussi pour notre prochain et ce, de par les guérisons que Yeshua fera lors du shabbat, il démontre pleinement le fait qu’il maitrise le shabbat car il est en le créateur donc qu’il ne peut pas aller à l’encontre de ses propres lois.

Matthieu Chapitre 7 Verset 12

« Toutes les choses donc que vous voulez que les hommes vous fassent, faites-le aussi vous-mêmes, car c’est la loi et les prophètes. ». Ce petit verset, est un rappel pour notre chair que suivre Yeshua, c’est suivre la loi, car il l’a suivi car il est lui-même la loi.

Matthieu Chapitre 7 Verset 21-24

« Ce n’est pas quiconque me dit : Seigneur, Seigneur, qui entrera dans le royaume des cieux ; mais celui qui fait la volonté de mon Père qui est dans les cieux. Plusieurs me diront en ce jour-là : Seigneur, Seigneur, n’est-ce pas en ton nom que nous avons prophétisé ? et en ton nom que nous avons chassé des démons ? et en ton nom que nous avons fait plusieurs miracles ? Et alors je leur dirai ouvertement : Je ne vous ai jamais connus. Retirez-vous de moi, vous qui faites l’iniquité. Quiconque donc entend ces paroles que je dis, et les met en pratique, sera comparé à un homme prudent, qui a bâti sa maison sur le roc. » Faire la volonté du Père signifie ne pas faire notre volonté, ni tenter d’enjoliver les angles de notre volonté pour faire croire qu’elle s’aligne avec celle de Dieu. Faire la volonté d’Elohim, cela signifie que bien souvent, notre chair se rebellera au premier abord mais que le St esprit nous guidera à dominer sur celle-ci. Comment dominer ? En mettant en pratique la volonté de Dieu qui sont ses commandements, ses décrets, ses ordonnances. Nous devons cesser de vouloir remettre en question les paroles de Dieu, tout simplement parce qu’elles ne nous conviennent pas.

Matthieu Chapitre 9 Verset 35

« Et Jésus parcourait toutes les villes et les villages, enseignant dans leurs synagogues, et prêchant l’Evangile du royaume et guérissant toute maladie et toute langueur [parmi le peuple]. »

Marc Chapitre 1 Verset 21-22 

« Et ils viennent à Capernaüm ; et aussitôt étant entré dans la synagogue, le jour du sabbat, il enseignait.Et ils étaient frappés de sa doctrine, car il les enseignait comme ayant autorité, et non pas comme les scribes.

Luc Chapitre 4 Verset 16

« Et il vint à Nazareth, où il avait été élevé, et il entra, selon sa coutume, le jour du sabbat, dans la synagogue, et il se leva pour lire. »

L’instruction est importante, car comment pouvoir construire notre maison de prière (notre esprit et notre corps) pour Dieu, si nous n’avons pas les plans de construction. La pierre angulaire c’est Yeshua et c’est l’élément premier et essentiel, puis nous devons bâtir et sur du solide en plus ! Notre rocher c’est Dieu et sa Parole est un véritable ciment, pour conforter les fondations de notre foi. De ce fait, Dieu désirant le meilleur pour nous afin que nous puissions le connaitre davantage et par la suite marcher dans la sanctification en notre seigneur et sauveur YESHUA, il a établi un jour pour cela, le shabbat. Il nous l’impose pour notre bien, car il savait que notre chair serait rebelle à ce jour, et qu’il était donc important que ce jour saint soit une ordonnance et non une option à note vie, pour que nous puissions nous ressourcer auprès de sa sainteté. Il vaut mieux un Homme qui étudie un passage de la parole chaque shabbat, que celui-ci qui l’étudie tous les jours pendant un mois et qui s’arrête par manque de persévérance. Le fait de savoir que tout membre de la communauté en Christ a le même devoir, le même moment de délice, de s’instruire, nous donne d’autant plus de courage surtout quand nous savons qu’étudier en semaine n’est pas chose facile.

  • Le shabbat, un jour pour multiplier les actes d’amour

Matthieu Chapitre 12 Verset 1-8

« En ce temps-là, Jésus passa par les blés un jour de sabbat ; or ses disciples eurent faim ; et ils se mirent à arracher des épis et à manger. Or les pharisiens, voyant cela, lui dirent : Voici, tes disciples font ce qu’il n’est pas permis de faire le jour du sabbat. Mais il leur dit : N’avez-vous pas lu ce que fit David quand il eut faim, lui et ceux qui étaient avec lui : comment il entra dans la maison de Dieu, et mangea les pains de proposition, qu’il ne lui était pas permis de manger, non plus qu’à ceux qui étaient avec lui, mais aux seuls sacrificateurs ? N’avez-vous pas lu dans la loi que les jours de sabbat les sacrificateurs violent le sabbat dans le temple, et ne sont point coupables ? Or je vous dis qu’il y a ici quelque chose de plus grand que le temple. Et si vous saviez ce que signifie : Je veux la miséricorde et non le sacrifice, vous n’auriez pas condamné ceux qui ne sont point coupables. Car le fils de l’homme est maître du sabbat. »

Yeshua pratiquait le shabbat selon la Parole de Père contrairement au Pharisiens, sadducéens qui eux pratiquaient le shabbat selon leur compréhension charnelle, aux tendances égoïstes et vicieuses. Dans ce passage, Yeshua remet les choses clairement au clair : le fait que le shabbat est un jour saint donc un jour remplit d’une atmosphère d’amour comme les autres mais encore plus celui-ci étant donné que les hommes sont amenés à être réunit. Par cela, lorsque les disciples ont eu faim, il était normal que les disciples mangent et ce sous le regard et l’approbation de Christ car le bien être de chaque individu est nécessaire pour que celui-ci vit, en joie le shabbat. Ce que les pharisiens ont pointé du doigts c’est l’acte de « travail » en arrachant les épis, or Yeshua ferme leur cœur accusateur en appuyant le fait que David lui-même par des circonstances a montré que le bienêtre physique d’un enfant de Dieu passa avant la loi, car la loi ne peut s’accomplir que par un individu, car la loi a besoin de l’individu pour être accomplit. L’amour est ce qui guide les pas d’un disciple et ce pendant le shabbat TOUT AUTANT.

Matthieu Chapitre 12 Verset 9-14

« Et étant parti de là, il vint dans leur synagogue. Et voici, il s’y trouvait un homme qui avait une main sèche. Et ils l’interrogèrent disant : Est-il permis de guérir dans les jours de sabbat ? C’était afin de pouvoir l’accuser. Mais lui leur dit : Quel sera l’homme d’entre vous qui aura une seule brebis, et qui, si elle tombe dans une fosse le jour du sabbat, ne la saisira et ne l’en retirera pas ? Or, combien un homme ne vaut-il pas plus qu’une brebis ? Il est donc permis de faire du bien les jours de sabbat. »

Beaucoup parmi ceux des branches diverses du pharisianisme ou sadducéens, ont terni le shabbat en endurcissant leur cœur par des actes dépourvus d’amour, comme ne pas sauver des animaux du bétails lors du shabbat, ou encore ne pas apporter d’aide alimentaire ou encore sanitaire aux plus pauvres qui n’ont pas les moyens de vivre le shabbat. Pourtant en première partie de l’étude, on voit que le shabbat vécut par les prophètes mettaient en avant cette notion de partage pour le diner, en amenant des plats à ceux qui n’en avaient pas, etc.…Yeshua remet les pendules à l’heure en expliquant que ce jour saint est fait pour nous consacrer à Dieu, donc nous consacrer aussi davantage à notre prochain, car ayant du temps libre ainsi que des pensées saines, notre cœur sera encore plus réceptif à notre prochain. (Note Bien : Je ne dis pas que le autres jours sont exemptés de charité mais qu’en ce jour de shabbat au cours duquel Dieu nous rend libre de toutes fonctions du quotidien, il y a un plus large panel pour faire du bien autour de soi de par notre disponibilité).

Marc Chapitre 1 Verset 29

« Et aussitôt, étant sortis de la synagogue, ils allèrent avec Jacques et Jean dans la maison de Simon et d’André. Or, la belle-mère de Simon était couchée, malade de la fièvre, et aussitôt ils lui parlent d’elle. Et s’étant approché, il la fit lever, l’ayant prise par la main ; et la fièvre la quitta, et elle les servait. »

Marc Chapitre 3 Verset 1-6

« Et il entra de nouveau dans une synagogue, et il y avait là un homme qui avait la main desséchée. Et ils l’observaient pour voir si, le jour du sabbat, il le guérirait, afin de l’accuser. Et il dit à l’homme qui avait la main sèche : Lève-toi et viens ici au milieu. Puis il leur dit : Est-il permis, le jour du sabbat, de faire du bien ou de faire du mal ? de sauver une vie ou de tuer ? Mais eux se taisaient. » La loi est régie par l’amour et ne peut en aucun cas être contre un acte d’amour en accord avec les valeurs de l’Eternel.

Jean Chapitre 5 Verset 7-11

« Jésus, le voyant couché, et connaissant qu’il était malade déjà depuis longtemps, lui dit : Veux-tu être guéri ? Le malade lui répondit : Seigneur, je n’ai personne pour me jeter dans le réservoir quand l’eau est troublée ; et pendant que je vais, un autre y descend avant moi. Jésus lui dit : Lève-toi, prends ton lit, et marche. Et aussitôt l’homme fut guéri ; et il prit son lit, et il marchait. Or, ce jour-là était un jour de sabbat.Les Juifs disaient donc à celui qui avait été guéri : C’est le sabbat et il ne t’est pas permis d’emporter ton lit. Mais lui leur répondit : Celui qui m’a guéri, c’est lui qui m’a dit : Emporte ton lit et marche. »

Ce passage est réellement beau car Yeshua montre aux pharisiens les erreurs qu’ils commettent lors du shabbat. La Parole exprime le fait qu’il soit interdit de porter des charges lourdes lors du shabbat, en incluant dedans toutes charges qui soient pour de la manufacture, sport, etc.… Néanmoins leur compréhension de cette règle est dénuée de sens et de logique, car selon leur règle, il serait limite interdit de porter son propre enfant ou des membres de sa famille si ceux-ci sont malades.  En demandant à l’Homme de porter son lit, Yeshua exprime aux pharisiens une réalité forte : votre shabbat n’est le shabbat de mon Père. Car le fait de porter son lit n’est pas une violation de la loi car ce n’est pas à but lucratif, ou sportif, qu’il le porte mais c’est belet bien une démonstration, un témoignage de la guérison faite par Yeshua, donc un acte consacré à Elohim.

  • Une bénédiction pour tous dans le nom de Yeshua

Matthieu Chapitre 8 Verset 10-

« Et le centenier, répondant, dit : Seigneur, je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit ; mais dis seulement une parole, et mon serviteur sera guéri. Car aussi bien moi, je suis un homme placé sous autorité, ayant sous moi des soldats, et je dis à l’un : Va, et il va ; et à l’autre : Viens, et il vient ; et à mon esclave : Fais cela, et il le fait. Jésus l’ayant entendu fut étonné, et dit à ceux qui le suivaient : En vérité, je vous le dis, même en Israël je n’ai pas trouvé une si grande foi. Aussi je vous dis que plusieurs viendront d’Orient et d’Occident, et seront à table avec Abraham et Isaac et Jacob dans le royaume des cieux ; »

Luc Chapitre 7 Verset 2-5

« Or, un centenier avait un serviteur malade qui s’en allait mourir, et qui lui était cher. Et ayant entendu parler de Jésus, il envoya vers lui des anciens des Juifs, pour le prier de venir et de sauver son serviteur. Eux donc étant venus vers Jésus, le priaient instamment, disant : Il est digne que tu lui accordes cela ;car il aime notre nation, et c’est lui qui nous a bâti la synagogue.

Jean Chapitre 11 Verset 51-52

« Or il ne dit pas cela de lui-même : mais, étant souverain sacrificateur cette année-là, il prophétisa que Jésus devait mourir pour la nation ; et non seulement pour la nation, mais aussi afin qu’il rassemblât en un seul corps les enfants de Dieu dispersés »

Le peuple de Dieu est le fruit de Yeshua, une récolte dont la semence provient d’Israël et des nations du monde. Un même arbre dont nous sommes les branches, Israël le tronc, et Yeshua la racine.  Ces deux passages soulignent le fait que premièrement dans le ciel nous serons réunit sans différences ethniques avec les patriarches et Elohim, et secondement nous nous devons d’aimer la nation d’Israël, car Yeshua est Israël et il nous a adopté. Souvent nous faisons cet amalgame de regarder la nation actuelle d’Israël comme étant l’épouse de Dieu, or nous nous trompons, car seul des rescapés de la tribu de Jacob sont Israël par le fait qu’ils reconnaissent Yeshua. Comprenez que ceux qui font parti d’Israël sont ceux qui reconnaissent Yeshua, et ceux qui le rejette sont eux même rejeter d’Israël sans en prendre conscience. Quand nous acceptons de suivre Yeshua, nous acceptons de vivre de la même manière que lui, et ce n’est pas parce que nous sommes en 2020 que nous pouvons utiliser l’excuse « nous ne sommes plus à la même époque » car notre comportement, notre manière de vivre ne doit pas être influencer par Babylone, bien que pour l’instant nous y résidions.

Matthieu Chapitre 12 Verset 46-49

Comme il parlait encore aux foules, voici sa mère et ses frères se tenaient dehors, cherchant à lui parler. Et quelqu’un lui dit : Voilà, ta mère et tes frères se tiennent dehors, cherchant à te parler. Mais lui, répondant, dit à celui qui lui parlait : Qui est ma mère, et qui sont mes frères ? Et étendant sa main sur ses disciples, il dit : Voici ma mère et mes frères. Car quiconque fera la volonté de mon Père qui est dans les cieux, celui-là est mon frère, et ma sœur, et ma mère. »

Quel beau verset nous avons ici ! Yeshua nous dit clairement que dès lors que nous pratiquons la Parole de Dieu donc les commandements pour manifester notre foi en Christ et notre amour à l’égard du père, nous sommes frères et sœurs de Yeshua. Ce qui démontre bien qu’en tant que grand frère qui suit lui-même la volonté du Père sans la remettre en question, nous devons suivre les pas de Yeshua, sans tenter de changer quoique ce soit. Yeshua nous le répète encore dans ces versets que notre foi doit se manifester par notre obéissance aux commandements, tout comme lui à manifester son obéissance sur la croix.

Le shabbat est un commandement que respecte Yeshua tout le long de son séjour sur terre, et il fait bien plus encore, il corrige l’Homme concernant sa manière de vivre ce jour, en le pratiquant à la manière voulu par Elohim. Yeshua obéit et ne cessera jamais de le faire.

Jean Chapitre 1 Verset 12-14

« Mais à tous ceux qui l’ont reçu, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu ; à ceux qui croient en son nom, lesquels ne sont point nés du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. Et la Parole est devenue chair, et elle a habité parmi nous (et nous avons contemplé sa gloire, une gloire telle qu’est celle du Fils unique, venu du Père) pleine de grâce et de vérité.

Sans cesse, nous nous cachons derrière l’excuse « je ne suis pas israélite » pour ne pas pratiquer les lois de la Parole, toutefois nous allons prendre les promesses d’Israël pour nous lorsque nous allons lire la Parole. Arrêtons notre hypocrisie, et notre esprit intéressé ! Nous sommes nés de Dieu, de par sa volonté, par notre nouvelle naissance en Yeshua notre sauveur, ce qui nous rend israélites par la foi, donc nous devons vivre notre foi comme Dieu le désire pour son peuple Israël. Il nous a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu pour vivre comme des enfants de Dieu. C’est une bénédiction que de pouvoir pratiquer ces commandements aujourd’hui, qui auparavant nous ont été refusés à cause de notre esprit Rebel, c’est une bénédiction de pouvoir appartenir au peuple d’Israël et d’être l’épouse de Christ.

Matthieu Chapitre 12 Verset 18

« Voici mon serviteur, que j’ai élu, mon bien-aimé, en qui mon âme a pris plaisir. Je mettrai mon Esprit sur lui, et il annoncera le jugement aux nations. »

Le jugement est par définition une Action de juger quelqu’un, une affaire, dans le respect des lois et règlements en vigueur. Droit de dire ce qui est légalement juste ou injuste, condamnable ou non, ce qui est le droit. Yeshua est venu pour nous apporter le salut au travers son sacrifice, nous donner accès au Père par son sang, afin que le Consolateur vienne suite à sa résurrection et nous donne des cœurs d’adorateurs dont la loi demeure inscrite sur chacune des parcelles de nos cellules. Yeshua nous enseigne donc à vivre d’une manière différente de celle des nations païennes afin que nous soyons consacrés à Elohim par notre cœur en le manifestant à travers des œuvres qui lui rendent gloire. Le shabbat est un jour qu’IL a choisit pour que nous lui rendions gloire. Ne remettons pas en question son choix. Car nous n’aurions pas aimé qu’il remette en question la grâce qu’il nous a accordé.

Matthieu Chapitre 18 Verset 23

« Vous donc, écoutez la parabole du semeur. Quiconque entend la parole du royaume, et ne la comprend pas, le malin vient, et ravit ce qui a été semé dans son cœur ; c’est celui qui a reçu la semence le long du chemin. Et celui qui a reçu la semence dans des endroits rocailleux, c’est celui qui entendant la parole, et la recevant aussitôt avec joie, n’a cependant point de racine en lui-même, mais n’est que pour un temps ; et lorsque l’affliction ou la persécution survient à cause de la parole, il y trouve aussitôt une occasion de chuter. Et celui qui a reçu la semence parmi les épines, c’est celui qui entend la parole ; mais les soucis du siècle et la séduction des richesses étouffent la parole ; et elle devient infructueuse. Et celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend et comprend la parole, qui, par conséquent, porte du fruit, et un grain en produit cent, l’autre soixante, l’autre trente. »

Le shabbat est un commandement qui effraie en réalité nombreux de nous car il est la manifestation physique du premier commandement, soit adorer l’Eternel de tout notre cœur. En respectant la volonté de l’Eternel, en suivant les prescriptions pour ce jour, nous nous alignons à la volonté de Dieu. La grâce ne retire en rien les commandements de Dieu, car la grâce est la manifestation de l’amour de Dieu à notre égard, tandis que notre mise en pratique des commandements divins est la manifestation de notre foi en Yeshua donc de notre amour. L’époux manifeste son amour à son épouse, tout comme doit le faire l’épouse. Être disciple de Yeshua, ce n’est pas tout simplement lire, chanter et danser, c’est VIVRE en accord avec les décrets de Dieu, ce qui s’appelle l’obéissance. Suivre les commandements ne veut pas dire ne pas tomber sur le chemin, mais cela veut dire que Christ est notre appui pour pouvoir nous relever et essayer encore et encore. Le fait que certaines communautés prêchent l’annulation de certains commandements ne doit pas étouffer la vérité que Christ a mit dans votre cœur. Pensez-vous vraiment que Dieu, qui le Dieu que nous devons adorer, aurait « abolit » un jour durant lequel nous devons lui être exclusivement consacré ? Si vous êtes mariés, allez vous faire exprès de vouloir travailler le seul jour durant lequel votre conjoint est en congés, en sachant que vous auriez pu être réunit ? Si vous devez aller voir parents et qu’ils vont spécifier de venir un jour précis pour diner, allez vous venir un autre soir pour diner ? Cela serait des manques de respect, voir des manques de considérations de l’autre en face de nous. Quand nous refusons de pratiquer le shabbat, nous ne respectons pas la volonté de Dieu. Autre exemple, vous organisé un diner pour 20h et vous constatez que certains de vos amis arrivent le lendemain, et ils vous disent « non mais tant que nous venons te rendre visite c’est le principal », vous seriez tristes car votre attente a rendu ce jour spécial contrairement au lendemain. Dieu a rendu ce jour spécial en le consacrant saint, et à chaque fois que nous ne nous présentons pas, c’est comme si nous laissions Dieu en plan alors qu’il nous attend. Le shabbat est un fruit, une bénédiction de Dieu à notre égard, et pourtant nous refusons cette bénédiction.

Matthieu Chapitre 13 Verset 52

« Et il leur dit : C’est pourquoi tout scribe qui a été instruit pour le royaume des cieux est semblable à un maître de maison qui tire de son trésor des choses nouvelles et des choses anciennes. »

Le dit « ancien testament » n’est pas abolit, au contraire il s’accomplit dans le nouveau testament, qui donne un coup de peinture blanche sur un mur qui était certes de couleur blanche mais écaillée. Quelqu’un qui ne connait pas, qui ne comprend pas l’ancien testament, ni en quoi les commandements sont difficiles, ne peut pas prétendre comprendre en quoi Yeshua est VITALE ! Notre foi en Yeshua prend naissance de cette promesse du messie qui se trouve dans l’ancien testament et qui prend forme en chair et en sang. Chaque verset du nouveau testament a pour racine l’ancienne testament, et nous savons qu’un arbre sans racine meurt, un homme sans Yeshua meurt, Yeshua est la racine de la Parole depuis le commencement. Il n’est pas nécessaire de dévaloriser l’ancien testament pour valoriser le nouveau testament, cela n’a pas de sens. La valeur du sacrifice de Yeshua prend est une racine qui provient de l’Ancien et qui a donné un souffle nouveau à l’arbre. Nous ne devons pas rabaisser le Père pour aimer le fils mais aimer le fils revient à aimer le Père, ainsi nous ne devons pas négliger ou refuser les commandements pour vivre sous la grâce, au contraire nous devons vivre sous la grâce en manifestant notre obéissance à l’égard des commandements de Dieu. L’un ne va pas sans l’autre. Une foi stérile ne porte pas de fruit.

Matthieu Chapitre 19 Verset 8

« Il leur dit : C’est à cause de la dureté de votre cœur que Moïse vous a permis de répudier vos femmes ; mais il n’en était pas ainsi dès le commencement. »

Encore une foi, nous voyons que Yeshua revient au commencement car le commencement était bon tout comme le shabbat qui fut établit au commencement de l’humanité est bon. Yeshua a rétablit ce qui est bon, y comprit le shabbat avec toute sa valeur d’amour. 

Matthieu Chapitre 19 Verset 18-20

« Mais il lui dit : Pourquoi m’interroges-tu sur ce qui est bon ? Un seul est le bon. Mais si tu veux entrer dans la vie, garde les commandements. Il lui dit : Lesquels ? Et Jésus lui répondit : Tu ne tueras point ; tu ne commettras point adultère ; tu ne déroberas point ; tu ne diras point de faux témoignage ; honore père et mère ; et tu aimeras ton prochain comme toi-même. Le jeune homme lui dit : J’ai observé toutes ces choses ; que me manque-t-il encore ? »

Beaucoup diront que dans ce passage, Yeshua ne parle pas du shabbat, or il ne parle pas non plus du fait de ne pas convoiter pourtant cela fait parti des commandements, tout comme celui de pas s’adonner à l’idolâtrie. Iriez-vous alors dire que nous pouvons convoiter car selon vous parce qu’il ne l’a pas dit, c’est autorisé ? Nous savons que la personne qui pose la question à Yeshua pratiquait le shabbat ainsi que Yeshua lui-même, pourquoi ? Parce que le shabbat est bon, pourquoi ? Parce qu’il vient de Dieu. 

Matthieu Chapitre 22 Verset 34-40

« Mais les pharisiens ayant appris qu’il avait fermé la bouche aux sadducéens, s’assemblèrent dans un même lieu. Et l’un d’entre eux, un légiste, lui demanda, pour l’éprouver : Maître, quel est le grand commandement dans la loi ? Il lui dit : Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, et de toute ton âme, et de toute ta pensée. C’est là le grand et le premier commandement. Un second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépend la loi entière, ainsi que les prophètes. »

Premier point, les deux commandements cités par Yeshua, regroupent les deux fonctions manifestées par le shabbat en un acte physique ordonné par Elohim. Le but du shabbat est celui de nous permettre de nous consacrer à Elohim pour l’adorer de tout notre cœur, notre âme, et notre pensée sans préoccupations aucunes du quotidien. Comment nous rejeter le jour choisit par Dieu qui nous donne la possibilité vivre un jour complet pour Dieu sans distractions aucunes ?

Second point, Yeshua exprime l’appartenance des commandements, à la loi divine que prêchaient les prophètes. Ce qui nous permet de savoir l’amour et le respect que Yeshua porte envers la Parole de son Père, et nous guide alors à en faire de même.

Matthieu Chapitre 23 Verset 13-15

« Mais malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous dévorez les maisons des veuves sous prétexte de faire de longues prières ; c’est pourquoi vous subirez un jugement plus rigoureux. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous fermez devant les hommes le royaume des cieux ; car vous-mêmes, vous n’y entrez point, et vous n’y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer. Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous parcourez la mer et la terre pour faire un seul prosélyte, et quand il l’est devenu, vous le rendez fils de la géhenne deux fois plus que vous. »

Les pharisiens et les scribes, étaient des hommes de lettres. Ils pratiquaient la torah toutefois selon leur compréhension et non la volonté de Dieu. Tout comme nous, lorsque nous refusons de pratiquer les commandements dont le shabbat, nous vivons une foi selon notre compréhension et non selon la volonté de Dieu., faisant de nous aussi des hypocrites. De plus, le fait de rejeter et de pousser notre prochain à rejeter ce jour saint aux yeux de Dieu, est un double homicide spirituel disons. Ce n’est pas parce que quelqu’un ou une communauté se refuse de vivre cette bénédiction du shabbat que nous devons la refuser. Le salut est personnel, n’est-ce pas ? La bénédiction aussi.

Matthieu Chapitre 24 Verset 20-21

« Priez pour que votre fuite n’arrive pas en hiver, ni en un jour de sabbat. Car il y aura alors une grande tribulation, telle qu’il n’y en a point eu depuis le commencement du monde jusqu’à maintenant et qu’il n’y en aura jamais »

Pourquoi une fuite lors du shabbat serait désagréable, plus qu’un autre jour ? Tout d’abord, il faut savoir que lors du shabbat les déplacements sont à éviter s’ils ne sont pas nécessaires sauf pour autrui dans le besoin. De ce fait ce jour saint, consacré à Dieu, est un jour sans préoccupation extérieur, un jour de joie et d’allégresse. Le fait de devoir fuir en ce jour, c’est comme devoir quitter une soirée précipitamment alors que vous vous amusiez avec votre famille, en train de manger du gâteau. Imaginez d’un coup, entendre une explosion à l’extérieur, et devoir fuir ; un sentiment de frustration de quitter le bon pour le moins bon.

 Le jour du shabbat est tellement un délice pour l’âme que juste l’idée de devoir l’interrompre est une souffrance pour le cœur, tout comme fuir en hiver serait une souffrance pour le corps. Cela prouve à quel point, l’onction du shabbat est grande pour l’âme et un baume pour le cœur.

Matthieu Chapitre 26 Verset 17-19

« Or, le premier jour des pains sans levain, les disciples s’approchèrent de Jésus, en disant : Où veux-tu que nous te préparions le repas de la Pâque ? Et il dit : Allez dans la ville chez un tel, et dites-lui : Le Maître dit : Mon temps est proche ; c’est chez toi que je fais la Pâque avec mes disciples. Et les disciples firent comme Jésus leur avait ordonné et ils préparèrent la Pâque. »

Jean Chapitre 5 Verset 1

« Après ces choses, il y avait une fête des Juifs ; et Jésus monta à Jérusalem. »

Jean Chapitre 7 Verset 1-9

« Et après ces choses, Jésus parcourait la Galilée ; car il ne voulait pas séjourner dans la Judée, parce que les Juifs cherchaient à le faire mourir.Mais la fête des Juifs, la fête des Tabernacles, était proche. Ses frères lui dirent donc : Pars d’ici, et va en Judée, afin que tes disciples voient aussi les œuvres que tu fais. Car nul homme ne fait rien en secret, quand il cherche à être lui-même en évidence. Si tu fais ces choses, manifeste-toi toi-même au monde. Car ses frères mêmes ne croyaient pas en lui. Jésus leur dit donc : Mon temps n’est pas encore venu ; mais votre temps est toujours prêt. Le monde ne peut vous haïr ; mais moi, il me hait, parce que je rends de lui ce témoignage que ses œuvres sont mauvaises. Vous, montez à la fête ; moi, je ne monte pas à cette fête, parce que mon temps n’est pas encore accompli.Leur ayant dit cela, il demeura en Galilée. Mais quand ses frères furent montés à la fête, alors il monta, lui aussi, non pas publiquement, mais comme en secret. »

Jean Chapitre 7 Verset 14-

« Or, comme on était déjà au milieu de la fête, Jésus monta au temple, et il enseignait. Et les Juifs s’étonnaient, disant : comment celui-ci connaît-il les Ecritures, n’ayant point étudié ? Jésus leur répondit : Mon enseignement n’est pas de moi, mais de Celui qui m’a envoyé. Si quelqu’un veut faire sa volonté, il reconnaîtra si mon enseignement est de Dieu, ou si je parle de mon chef. »

Jean Chapitre 10 Verset 22-23

« Or on célébrait à Jérusalem la fête de la dédicace ; c’était l’hiver. Et Jésus se promenait dans le temple, sous le portique de Salomon. »

Jean chapitre 12 Verset 20

« Or il y avait quelques Grecs, de ceux qui étaient montés pour adorer à la fête ; »

Chaque célébration en provenance de la torah soit les 7 fêtes sont des sabbats, tout comme le shabbat hebdomadaire. C’est-à-dire des jours chômés, au cours desquels l’on ne travaille pas. Les règles concernant la cuisine par contre varie (autre étude à venir). Nous constatons dans les passages ci-dessus que Yeshua pratiquait le shabbat hebdomadaire ainsi que les fêtes établit par le père ainsi que la fête de dédicace soit Hanukkah qui elle est une commémoration. Alors que sa vie était en danger, Yeshua prenait le temps de vivre pleinement ses jours de célébrations car ce sont des ordonnances d’el Shaddai. Notez qu’il y a toujours un enseignement qui se fait lors de ces jours, car ces jours établit par Dieu sont spirituellement pour nous apporter une double portion de nourriture céleste.

Luc Chapitre 10 Verset 38-42

Or il arriva, comme ils étaient en chemin, qu’il entra dans un bourg, et une femme nommée Marthe le reçut dans sa maison. Et elle avait une sœur nommée Marie, qui aussi, s’étant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole. Mais Marthe était distraite par beaucoup de soins du service. Or elle vint et dit à Jésus : Seigneur, ne te mets-tu point en peine de ce que ma sœur m’a laissée seule pour servir ? Dis-lui donc de m’aider.Mais Jésus répondant lui dit : Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour beaucoup de choses ; mais une seule chose est nécessaire. Or, Marie a choisi la bonne part, qui ne lui sera point ôtée. »

Un jour consacré à Dieu, loin des préoccupations, des taches, des divertissements ou distractions du quotidien, voici ce qu’est le shabbat. Pourtant ne rien faire, ne pas vaquer à désirs, nos activités quotidiennes n’est pas chose facile, car nous sommes conditionnés par notre chair à vivre au rythme de nos envies, de nos devoirs terrestres. Or dans ce verset Yeshua met une chose en lumière : quelle est la priorité pour notre cœur ? Agir comme Marthe l’a fait n’est pas mauvais en soit mais le moment choisit pour le faire est mauvais. Elohim nous donne six jours pour vaquer à nos activités, à notre travail, cependant il nous ordonne de nous consacrer à lui pendant une journée, en sachant que nos temps d’adoration et de consécrations sont la bonne part qui ne sous sera point retirée. Si le shabbat est un commandement c’est qu’il n’est pas facile de lâchez prise avec le monde terrestre mais Dieu nous ordonne de le faire afin que nous ne soyons pas submergées par les choses de ce monde mais que notre esprit soit revigoré par lui.

Jean Chapitre 4 Verset 34

« Jésus leur dit : Ma nourriture est de faire la volonté de Celui qui m’a envoyé et d’achever son œuvre. »

Jean Chapitre 6 Verset 27

« Travaillez, non pour la nourriture qui périt, mais pour celle qui subsiste en vie éternelle, et que le Fils de l’homme vous donnera ; car c’est lui que le Père, Dieu, a marqué de son sceau. »

En tant que disciple, nous devons imiter notre maitre dans son comportement, dans ses pensées, dans sa manière de parler, d’interagir avec son prochain, pour rendre gloire à Dieu tout comme notre maitre rend gloire à Elohim. Yeshua à travers nous, rend gloire à Elohim, et chaque œuvre en accord avec les commandements de Dieu sont un pas de plus vers l’obéissance. Lors du shabbat nous avons pour nourriture la Parole de Dieu exclusivement en partageant un temps avec lieu sans encombre, et nous savons que la Parole de Dieu est une nourriture qui ne périt point.

Jean Chapitre 5 Verset 39-40

« Vous scrutez les Ecritures, parce que vous pensez avoir en elles la vie éternelle ; et ce sont elles qui rendent témoignage de moi ; et vous ne voulez point venir à moi pour avoir la vie ! » La vie éternelle se trouve en Yeshua notre Seigneur, alors nous devons mener une vie qui s’appuie sur la sienne, retraçant donc le moindre de ses pas et vivre de cette manière la Parole à chaque instant.

Jean Chapitre 1 Verset 16-18

« Et, de sa plénitude, nous avons tous reçu, et grâce pour grâce. Car la loi a été donnée par Moïse ; la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. Personne ne vit jamais Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui nous l’a fait connaître. »

Jean Chapitre 5 Verset 45-47             

« Ne pensez point que ce soit moi qui vous accuserai devant le Père ; celui qui vous accuse, c’est Moïse, en qui vous avez mis votre espérance. Car si vous croyiez Moïse, vous me croiriez aussi ; car il a écrit de moi. Mais si vous ne croyez pas ses écrits, comment croirez-vous mes paroles ? »

La loi de Moise fut inscrite sur la pierre, reflet du cœur de l’Homme en pierre qui fut brisé tout comme la table de pierre, car la loi est ennemie de la chair car elle l’accuse. La loi qui elle est bonne met l’Homme face à ses penchants qui eux sont mauvais. Yeshua étant Dieu en chair et en sang, est venu avec la Loi inscrite sur son cœur de chair, il s’est sacrifié et nous offre à chacun son cœur de chair qui brise notre cœur de pierre afin que nous puissions avoir la loi en nous pour la vivre pour lui. La loi ne change pas, mais c’est le support qui change ! Le cœur de pierre de l’Homme sans Yeshua ne pouvait pas supporter la sainteté de la loi et se brisait donc en la présence d cette même loi. Seul un cœur pur pouvait supporter la sainteté de cette loi, celui de Yeshua, qui par amour pour nous s’est sacrifié pour nous offrir des cœurs recouverts de son sang qui peuvent supporter cette loi et essayer de l’honorer chaque jour un peu plus garce au Consolateur. C’est pour cela que croire aux écrits de Moise et aux autres prophètes, c’est croire en Yeshua, car ces mêmes écrits l’annonçaient. Or si nous refusons de croire en ces écrits comment pouvons nous prétendre croire en celui qui n’aurait pas été annoncé ?

Jean Chapitre 6 Verset 29

« Jésus répondit et leur dit : C’est ici l’œuvre de Dieu, que vous croyiez en Celui qu’il a envoyé. »

Jean Chapitre 6 Verset 32-35

« Jésus leur dit donc : En vérité, en vérité, je vous le dis : Ce n’est pas Moïse qui vous a donné le pain venu du ciel ; mais c’est mon Père qui vous donne le vrai pain venu du ciel ;car le pain de Dieu est celui qui descend du ciel, et qui donne la vie au monde. Ils lui dirent donc : Seigneur, donne-nous toujours ce pain-là. Jésus leur dit : C’est moi qui suis le pain de la vie : celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »

Jean Chapitre 6 Verset 47-51

« En vérité, en vérité, je vous le dis : Celui qui croit en moi a la vie éternelle. C’est moi qui suis le pain de la vie. Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts. C’est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point. Moi je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel ; si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et aussi le pain que je donnerai c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. »

Jean Chapitre 8 Verset 29

« Et celui qui m’a envoyé est avec moi ; il ne m’a point laissé seul, parce que je fais toujours ce qui lui est agréable. »

Tout d’abord, à noter que Ces paroles furent dites lors du sabbat dans la synagogue. La loi de Moise est le corps et la foi en Christ est l’âme qui anime ce corps. Un corps sans âme n’est qu’un tas de nerfs et d’os qui ne peuvent rien faire. Yeshua est le cœur de notre foi qui permet à celui-ci de battre pour Dieu. Yeshua est ce pain qui demeure continuellement en nous et qui conduit notre corps à œuvrer pour Dieu par l’obéissance. La loi ne donne pas la vie, c’est Yeshua qui est la vie. La loi doit être une manifestation de cette nouvelle vie en Christ.

Jean Chapitre 7 Verset 19-24

« Moïse ne vous a-t-il pas donné la loi ? et nul de vous n’observe la loi. Pourquoi cherchez-vous à me faire mourir ? La foule répondit : Tu as un démon ! Qui est-ce qui cherche à te faire mourir ? Jésus répondit et leur dit : J’ai fait une œuvre, et vous êtes tous étonnés. C’est pour cela que Moïse vous a donné la circoncision (non pas qu’elle vienne de Moïse, mais elle vient des pères), et que le jour du sabbat vous circoncisez un homme. Si un homme reçoit la circoncision le jour du sabbat, afin que la loi de Moïse ne soit pas violée, pourquoi vous irritez-vous contre moi de ce que j’ai guéri un homme tout entier le jour du sabbat ? Ne jugez point selon l’apparence, mais jugez selon la justice. » La loi est la Justice de Dieu, ce qui signifie qu’elle est régie par des commandements complémentaires les uns aux autres pour éviter toute violation. Ne pas guérir son prochain lors du shabbat, aurait été une infraction vis-à-vis des commandements qui demandent d’aimer Dieu et son prochain, donc la guérison lors du shabbat n’est pas une interdiction car le fait de ne pas le faire serait une violation du shabbat et de tous les commandements.

Jean Chapitre 8 Verset 31

« Jésus, disait donc aux Juifs qui avaient cru en lui : Si vous demeurez dans ma parole, vous êtes véritablement mes disciples ; et vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »

Lorsque l’on donne notre vie à Christ, le Saint Esprit nous apprend à aimer les commandements de Dieu, car notre cœur désire plaire à Dieu, non pas pour gagner des points (tous les points ont déjà été gagnés pour nous par Yeshua) mais tout simplement par amour, par dévotion. Comprendre la valeur spirituelle et l‘amour derrière chaque commandement nous permet de saisir cette vérité : Dieu ne veut pas nous emprisonner par ses commandements mais veux nous rendre cette liberté qui nous avait été volée, celle de vivre pour l’aimer.

Jean Chapitre 8 Verset 34-40

« Jésus leur répondit : En vérité, en vérité, je vous dis que quiconque fait le péché, est esclave du péché. Or, l’esclave ne demeure pas toujours dans la maison ; le fils y demeure toujours. Si donc le Fils vous rend libres, vous serez réellement libres. Je sais que vous êtes la postérité d’Abraham ; mais vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole ne pénètre pas en vous. Ce que j’ai vu chez mon Père, je le dis ; vous donc aussi, ce que vous avez entendu de votre père, vous le faites. Ils répondirent et lui dirent : Notre père, c’est Abraham. Jésus leur dit : Si vous étiez enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’AbrahamMais maintenant, vous cherchez à me faire mourir, moi, un homme qui vous ai annoncé la vérité que j’ai entendue de Dieu : cela, Abraham ne l’a point fait. »

L’adversaire et toutes les principautés démoniaques de ce monde, y compris le péché, veulent nous faire croire qu’ils peuvent nous apporter la liberté. Cependant comment des esclaves de leur propre perdition pourraient affranchir d’autres esclaves ?

Jean Chapitre 8 Verset 40-51

« Vous faites les œuvres de votre père. Ils lui dirent : Nous ne sommes pas des enfants illégitimes ; nous n’avons qu’un seul Père, Dieu. Jésus leur dit : Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez ; car c’est de Dieu que je suis issu et que je viens ; car aussi je ne suis pas venu de moi-même, mais c’est lui qui m’a envoyé. Pourquoi ne reconnaissez-vous pas mon langage ? Parce que vous ne pouvez écouter ma parole. Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a point de vérité en lui. Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur, et le père du mensonge. Celui qui est de Dieu, écoute les paroles de Dieu ; c’est pour cela que vous n’écoutez pas, parce que vous n’êtes point de Dieu. Les Juifs répondirent et lui dirent : N’avons-nous pas raison de dire que tu es un Samaritain, et que tu as un démon ? Jésus répondit : Je n’ai point un démon ; mais j’honore mon Père, et vous, vous me déshonorez. Mais moi je ne cherche point ma gloire ; il en est un qui la cherche, et qui juge. En vérité, en vérité, je vous le dis : Si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort. »

Autre point expliquée dans ce passage, Lorsque nous allons à l’encontre des commandements, nous allons dans le sens de l’adversaire, donc est enfant d’Abraham celui qui fait la volonté d’el Shaddai.

Jean Chapitre 14 Verset 34-35

« Je vous donne un commandement nouveau : que vous vous aimiez les uns les autres ; que, comme je vous ai aimés, vous vous aimiez aussi les uns les autres.A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

Jean Chapitre 14 Verset 12

« En vérité, en vérité, je vous le dis : Celui qui croit en moi fera, lui aussi, les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes que celles-ci, parce que je vais au Père, »

Jean Chapitre 14 Verset 15

« Si vous m’aimez, gardez mes commandements. »

Jean Chapitre 14 Verset 21

« Celui qui a mes commandements et qui les garde, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père, et moi je l’aimerai et je me manifesterai à lui. »

Jean Chapitre 14 Verset 23

« Jésus répondit et lui dit : Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole ; et mon Père l’aimera, et nous viendrons à lui, et nous ferons chez lui notre demeure. »

Jean Chapitre 15 Verset 1-8

« C’est moi qui suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. Tout sarment qui ne porte pas de fruit en moi, il le retranche ; et tout sarment qui porte du fruit, il le nettoie, afin qu’il porte plus de fruit. Déjà vous êtes nets, à cause de la parole que je vous ai annoncée. Demeurez en moi, et moi en vous. Comme le sarment ne peut porter du fruit de lui-même, s’il ne demeure uni au cep, de même vous ne le pouvez non plus, si vous ne demeurez en moi. Moi, je suis le cep, vous, vous êtes les sarments ; celui qui demeure en moi, et moi en lui, celui-là porte beaucoup de fruit ; car hors de moi vous ne pouvez rien faire. Si quelqu’un ne demeure pas en moi, il est jeté dehors, comme le sarment, et il sèche ; et on ramasse ces sarments, et on les jette au feu, et ils brûlent. Si vous demeurez en moi et que mes paroles demeurent en vous, demandez tout ce que vous voudrez, et cela vous sera accordé. En ceci mon Père est glorifié, que vous portiez beaucoup de fruit, et vous deviendrez mes disciples. Comme le Père m’a aimé, moi je vous ai aussi aimés ; demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour ; de même que j’ai gardé les commandements de mon Père, et que je demeure dans son amour. Je vous ai dit ces choses, afin que ma joie soit en vous, et que votre joie soit accomplie. C’est ici mon commandement, que vous vous aimiez les uns les autres, comme je vous ai aimés. »

Jean Chapitre 15 Verset 24-25

« Si je n’eusse pas fait au milieu d’eux les œuvres qu’aucun autre n’a faites, ils n’auraient pas de péché ; mais maintenant ils ont vu, et ils ont haï et moi et mon Père ; mais c’est afin que soit accomplie la parole qui est écrite dans leur loi : Ils m’ont haï sans cause. »

Nous devons garder les commandements de Yeshua, en sachant que ces mêmes commandements qu’il garde sont els commandements du Père. La logique est donc simple vis-à-vis du shabbat qui est un commandement divin.

Notre amour envers Christ doit se manifester par des œuvres en accord avec la volonté de Dieu, et non des œuvres de chair, car comme dirait-on « L’enfer est pavé de bonnes intentions ». Yeshua appuie cette notion de mise en pratique des commandements car il savait que nous serions tentés d’accepter la Parole sans devoir la vivre.

III. Le shabbat, une œuvre qui manifeste notre foi et qui ne la justifie pas

Dans cette troisième partie, nous allons exposer les arguments utilisés pour rejeter le shabbat et tout ce qu’il contient. Souvent définit comme une œuvre stérile, nous allons voir que les œuvres sont des fruits de la foi, car sinon notre foi demeure stérile.

Actes Chapitre 15 Verset 19-29

 C’est pourquoi j’estime qu’il ne faut point inquiéter ceux des Gentils qui se convertissent à Dieu ; Mais leur écrire de s’abstenir des souillures des idoles, de la fornication, des animaux étouffés et du sang. Car depuis plusieurs siècles, il y a dans chaque ville, des gens qui prêchent Moïse dans les synagogues, où on le lit tous les jours de sabbat. Alors, les apôtres et les anciens avec toute l’Église jugèrent à propos d’envoyer à Antioche des hommes choisis parmi eux, avec Paul et Barnabas, savoir, Jude, surnommé Barnabas, et Silas, hommes considérés parmi les frères ; En écrivant ceci par leur intermédiaire : Les apôtres, les anciens et les frères, à nos frères d’Antioche, de Syrie et de Cilicie, d’entre les Gentils, salut. Comme nous avons appris que quelques personnes venues de chez nous, vous ont troublés par leurs discours, et ébranlent vos âmes, en disant qu’il faut être circoncis et garder la loi; ce que nous ne leur avons point ordonné; Il nous a paru bon, d’un commun accord, de vous envoyer des hommes choisis, avec nos bien-aimés Barnabas et Paul, Hommes qui ont exposé leur vie pour le nom de notre Seigneur Jésus-Christ. Nous vous envoyons donc Jude et Silas, qui vous annonceront de bouche les mêmes choses. Car il a paru bon au Saint-Esprit et à nous, de ne point vous imposer d’autres charges que les nécessaires ; Savoir, que vous vous absteniez de ce qui a été sacrifié aux idoles, du sang, des animaux étouffés, et de la fornication ; desquelles choses vous ferez bien de vous garder. Adieu.

Comme vu précédemment, en tant qu’israélites d’Ephraïm, nous venons des nations du monde et avons été élevés par Babylone y compris ses coutumes. En tant que disciples de Yeshua, nous allons devoir apprendre à vivre d’une toute nouvelle manière, de ce fait nous devons progresser pas à pas, tel un bébé à qui l’on ne donnerait pas du cassoulet à quelques semaines. Ces versets dévoilent l’injustice qui était faite à l’égard des gentils qui avaient donné leurs vies à Christ, de la part de quelques juifs convertis qui avaient cette obsession de changer à leur manière la vie des autres. Sauf qu’il est évident que toutes œuvres doivent prendre racine du cœur de la personne concernée et non de la racine du cœur de quelqu’un d’autre. De plus il est question dans ce passage, des commandements branches (interdiction de fornication, immoralité, gourmandise, etc.…), c’est-à-dire les commandements qui sont engendrés par les 10 Commandements. En tous les cas-là, il s’agit de mettre en avant le fait que le cheminement spirituel est un processus qui vient de l’intérieur puis continue à l’extérieur, et doit se faire par étape pour ne pas effrayer l’esprit qui vient tout simplement de renaitre.

Acte Chapitre 16 Verset 13-15

« Le jour du sabbat nous allâmes hors de la ville, près d’une rivière, où l’on avait accoutumé de faire la prière ; et nous étant assis, nous parlions aux femmes qui y étaient assemblées. Et une certaine femme, nommée Lydie, de la ville de Thyatire, marchande de pourpre, qui craignait Dieu, écoutait ; et le Seigneur lui ouvrit le cœur, pour faire attention aux choses que Paul disait. Et quand elle eut été baptisée avec sa famille, elle nous fit cette prière : Si vous m’avez jugée fidèle au Seigneur, entrez dans ma maison, et y demeurez ; et elle nous y obligea. »

Le jour du shabbat est un jour consacré à Dieu qui laisse place aux rassemblements, au partage de la Parole et à la détente du cœur ainsi que de l’esprit.

Acte chapitre 16 Verset 16-21

« Or, comme nous allions à la prière, une servante qui avait un esprit de Python, et qui procurait un grand profit à ses maîtres en devinant, nous rencontra. Ayant suivi Paul et nous, elle s’écria en disant : Ces hommes sont des serviteurs du Dieu très haut, qui vous annoncent la voie du salut. Elle fit cela pendant plusieurs jours ; mais Paul, en étant importuné, se retourna, et dit à l’esprit : Je te commande au nom de Jésus-Christ, de sortir de cette fille. Et il en sortit au même instant. Mais ses maîtres, voyant qu’ils avaient perdu l’espérance de leur gain, se saisirent de Paul et de Silas, et les traînèrent sur la place publique, devant les magistrats. Et les ayant menés aux préteurs, ils leur dirent : Ces hommes troublent notre ville ; Ce sont des Juifs, et ils enseignent une manière de vivre qu’il ne nous est pas permis de recevoir, ni de suivre, à nous qui sommes Romains. »

Il y a donc bien une distinction visible de par la manière de vivre d’un disciple de Yeshua et d’un païen, ce qui conforte le shabbat étant un jour pour les disciples de Yeshua qui les différencie des autres peuples.

Actes Chapitre 17 Verset 1-4

« Paul et Silas, ayant passé par Amphipolis et par Apollonia, vinrent à Thessalonique, où était la synagogue des Juifs. Et Paul, selon sa coutume, entra vers eux, et pendant trois jours de sabbat, les entretint des Écritures, Démontrant et faisant voir qu’il avait fallu que le Christ souffrît, et qu’il ressuscitât des morts ; et disant : Ce Christ, c’est Jésus que je vous annonce. Et quelques-uns d’entre eux furent persuadés, et se joignirent à Paul et à Silas, avec une grande multitude de Grecs pieux, et plusieurs femmes de qualité. »

Acte Chapitre 17 Verset 10-12

« Et aussitôt les frères firent partir de nuit, pour Bérée, Paul et Silas, qui étant arrivés, entrèrent dans la synagogue des Juifs. Ceux-ci eurent des sentiments plus nobles que ceux de Thessalonique, et ils reçurent la Parole avec beaucoup de promptitude, examinant tous les jours les Écritures, pour voir si ce qu’on leur disait était exact. Plusieurs donc d’entre eux crurent, ainsi que des femmes grecques de qualité, et des hommes en assez grand nombre. »

Acte Chapitre 18 Verset 4

« 4 Or il discourait dans la synagogue, tous les jours de sabbat, et il persuadait les Juifs et les Grecs. »

Il est bon de se rappeler que le shabbat est devenu une coutume de la tribu de Judah car sur les autres tribus, ils étaient les seuls à le pratiquer, bien que leur manière ne fût pas la bonne. Yeshua a rectifié cela, en montrant par sa vie, comment vivre ce jour et le pratiquer. Comme nous pouvons lire, le shabbat est un jour de rassemblement pour entendre l’enseignement que l’on ne peut pas entendre la semaine, et ce que ce soit pour les juifs ou grecs (païens). Rajoutons à cela le fait que chacun allait examiner personnellement les propos de chaque enseignement afin de ne pas être ballotés à tous vents de doctrines. Les païens venaient écouter l’enseignement lors du shabbat, alors que normalement leur jour de « repos » était le dimanche pour adorer leurs faux dieux. Ils renonçaient donc à leur culture pour se rapprocher de la Parole du véritable Dieu.

Acte Chapitre 20 Verset 6

« Pour nous, après les jours des pains sans levain, nous nous embarquâmes à Philippes, et en cinq jours nous les rejoignîmes à Troas, où nous demeurâmes sept jours. Et le premier jour de la semaine, les disciples étant assemblés pour rompre le pain, Paul discourait avec eux, devant partir le lendemain, et il prolongea son discours jusqu’à minuit. »

Avoir un rassemblement le dimanche qui est le 1er jour de la semaine était commun en ce temps là pour les disciples de Yeshua, mais cela n’était le shabbat, car la valeur du shabbat prend naissance du fait que ce soit un jour choisit, sanctifié par Dieu pour Dieu. Les rassemblements pour partager la Parole, n’est nullement interdit les autres jours, ce qui est mauvais, c’est le fait d’honorer les jours d’adorations que l’on a choisit mais pas refuser d’honorer le jour que l’Eternel a choisi.

Acte Chapitre 20 Verset 16

« Car Paul avait résolu de passer Éphèse, pour ne pas perdre de temps en Asie, parce qu’il se hâtait d’être à Jérusalem, si cela était possible, le jour de la Pentecôte. » Tout comme Yeshua, les apôtres pratiquaient les célébrations ordonnées par Elohim.

Acte Chapitre 18 Verset 12-16

« Or, Galion étant proconsul d’Achaïe, les Juifs s’élevèrent d’un commun accord contre Paul, et l’amenèrent au tribunal, En disant : Celui-ci persuade aux hommes de servir Dieu d’une manière contraire à la Loi. Et comme Paul allait ouvrir la bouche, Galion dit aux Juifs : S’il s’agissait, ô Juifs, de quelque injustice ou de quelque crime, je vous écouterais, autant qu’il serait raisonnable ; Mais s’il s’agit de disputes relatives à une doctrine, et à des noms, et à votre loi, vous y aviserez vous-mêmes, car je ne veux point être juge de ces choses.

Acte Chapitre 21 Verset 27-28

« Comme les sept jours vont être remplis, les Iehoudîm d’Asie le voient dans le sanctuaire.

Ils ameutent toute la foule et jettent les mains sur lui. Ils crient : « Hommes d’Israël, au secours ! Voici un homme qui enseigne à tous, partout, contre ce peuple, contre la Tora, contre ce lieu ! Il a même fait entrer des Hellènes dans le sanctuaire, il a contaminé ce lieu consacré ! »

Acte Chapitre 24 Verset 5-6

« Nous trouvons que cet homme est une peste, un perturbateur de tous les Iehoudîm de l’univers : il est le meneur de la secte des Nazoréens, il a même tenté de profaner le sanctuaire. »

Souvent il est dit que Paul marchait selon la loi des scribes et des pharisiens, or nous constatons que ces mêmes personnes l’accusaient de ne pas respecter la loi de Moise. La vérité, est simple, Paul bien au contraire par sa foi en Yeshua vivait pleinement la loi de la torah, ce que les pharisiens ne pouvaient pas comprendre, vu qu’ils étaient eux-mêmes en train de l’enfreindre. Quand il accusait Paul d’enfreindre la loi de Moise, ils voulaient plutôt dire que Paul ne respectait pas les lois qui leur étaient propres.

Acte Chapitre 18 Verset 18

« Cependant Paul étant encore resté à Corinthe assez longtemps, prit congé des frères, et s’embarqua pour la Syrie avec Priscille et Aquilas; il se fit auparavant couper les cheveux à Cenchrées, à cause d’un vœu qu’il avait fait. »

Acte Chapitre 21 Verset 18-25

« Après ces jours, nous faisons nos préparatifs et nous montons à Ieroushalaîm.  Des adeptes de Césarée viennent aussi avec nous. Ils nous amènent nuiter dans la maison d’un certain Mnason, de Chypre, un ancien adepte. Quand nous arrivons à Ieroushalaîm, les frères nous accueillent avec allégresse. Le lendemain, Paulos entre avec nous chez Ia‘acob. Arrivent tous les anciens.  Il les salue et leur raconte en détail tout ce qu’Elohîms a fait aux goîm par son service. Ils l’entendent, glorifient Elohîms et lui disent : « Tu vois, frère, combien de myriades sont, parmi les Iehoudîm, ceux qui adhèrent. Tous sont pleins de zèle pour la Tora. Or, ils ont entendu dire de toi que tu enseignes à tous les Iehoudîm dispersés parmi les goîm à apostasier Moshé, en leur disant de ne pas circoncire leurs enfants et de ne pas marcher selon les coutumes. Qu’en est-il donc ? Ils vont sûrement entendre que tu es arrivé. Fais donc ce que nous te disons. Voici, quatre hommes avec nous, liés par des vœux de nazirs.  Prends-les, purifie-toi avec eux et paie pour qu’ils se fassent tondre la tête. Tous reconnaîtront que ce qu’ils ont entendu dire de toi n’est rien, mais que tu marches en gardant, toi aussi, la Tora. À propos des goîm qui adhèrent, nous avons écrit ce dont nous avions jugé bon qu’ils se gardent : des viandes sacrifiées aux idoles, du sang, de la viande étouffée et de la puterie. » Alors Paulos prend les hommes, et, purifié avec eux, le lendemain, il entre au sanctuaire et annonce que les jours de leur purification seront remplis après que l’offrande de chacun d’eux sera offerte. »

Tout comme beaucoup déjà à l’époque, nombreux sont ceux qui pensaient que Paul prêchait l’annulation de la torah donc des commandements, or par ces deux passages, Paul remet en place la situation en démontrant par le respect de la dissolution de son vœux de nazir qu’il respecte la loi de moise qui est la manifestation de notre obéissance et non justification.

Acte Chapitre 24 Verset 10-21

« Le procurateur lui ayant fait signe de parler, Paulos répond et dit : « Je sais que depuis plusieurs années tu es le juge de cette nation. Voici, je vais me justifier d’un cœur confiant. Tu peux le savoir : il n’y a pas plus de douze jours que je suis monté à Ieroushalaîm pour m’y prosterner. Ils ne m’ont pas trouvé dans le sanctuaire à débattre contre qui que ce soit, ou en train d’ameuter la foule dans les synagogues ni dans la ville. Par surcroît, ils ne peuvent pas te prouver ce dont maintenant ils m’accusent. Toutefois, je reconnais moi-même ceci devant toi: c’est en suivant la route qu’ils disent secte que je sers l’Elohîms de nos pères, en adhérant à tout ce qui est écrit dans la Tora et les inspirés  J’espère en Elohîms, pour qu’advienne ce que ceux-ci attendent eux-mêmes: le relèvement des morts pour les justes et pour les injustes. Aussi je m’évertue, moi aussi, à avoir sans cesse la conscience intègre devant Elohîms et devant les hommes. Après de nombreuses années, je suis arrivé pour apporter à ma nation des aumônes et des offrandes.  C’est là qu’ils m’ont trouvé, à me purifier dans le sanctuaire, sans attroupement ni tumulte. Mais quelques Iehoudîm d’Asie auraient dû se présenter en face de toi et accuser s’ils avaient contre moi le moindre grief. Ou bien que ceux-ci disent quel délit ils ont découvert en moi quand j’ai comparu devant le sanhédrîn, à moins que ce soit pour cette seule parole que j’ai criée en me dressant au milieu d’eux : ‹ C’est à cause du relèvement des morts que, moi, je suis jugé aujourd’hui devant vous. › »

Acte Chapitre 25 Verset 7-8

« Les Iehoudîm descendus de Ieroushalaîm l’encerclent. Ils portent contre lui de nombreuses et graves accusations, mais ils ne sont pas assez forts pour en donner des preuves. Paulos se défend et dit: « Je n’ai fauté en rien contre la Tora des Iehoudîm, contre le sanctuaire ni contre Caesar. »

Acte Chapitre 26 Verset

« À cause de cela, des Iehoudîm se sont emparés de moi dans le sanctuaire, et ils ont cherché à me tuer. Mais Elohîms a été mon secours jusqu’à ce jour. Je me dresse en témoin en face du petit et du grand; je n’ai rien dit d’autre que ce que les inspirés ont annoncé devoir arriver, ainsi que Moshè: le messie devait souffrir et, levé, le premier d’entre les morts, annoncer la lumière au peuple et aux goîm. »

Acte Chapitre 28 Verset 20-23

« Voilà pourquoi je vous ai pressés de venir pour vous voir et vous parler : oui, c’est à cause de l’espérance d’Israël que je suis captif de cette chaîne. » Ils lui disent : « Nous n’avons pas reçu de lettre de Iehouda à ton sujet, et il n’est pas arrivé de frère ici qui ait annoncé ou dit du mal de toi. Cependant nous désirons entendre de toi-même ce que tu penses.

Oui, nous le savons : ce parti suscite partout la dispute. » Ils lui fixent un jour et viennent en grand nombre dans son logement. Il témoigne et leur explique le royaume d’Elohîms.

Il les persuade au sujet de Iéshoua‘par la Tora de Moshé et par les inspirés, du matin au soir. »

Il était impossible aux hommes pharisiens, sadducéens, scribes, d’accuser Paul, car il ne faisait rien contre la torah mais au contraire il prêchait et vivait la Parole de Dieu. Ce qui prouve que la foi en Yeshua n’est en rien incompatible avec les commandements de Dieu, au contraire, la foi en Yeshua est racine de tous commandements et leur donne la vie. Paul partageait la Bonne nouvelle en s’appuyant sur les écritures de la Torah qui prenaient leur sens avec le sacrifice de Yeshua. Nous savons bien que Dieu, ne poussera jamais un de ses enfants à violer un de ses commandements pour en justifier un autre, cela ne serait ni logique ni bon, sauf que Dieu est celui qui est BON au-dessus de tout.  Il lui est reproché le fait de permettre aux gentils convertis de rentrer dans les sanctuaires car cela viole la sainteté du lieu, cependant Paul ne viol pas de règles, car celui qui devient enfant de Dieu est rendu Saint par le sang de Yeshua, ce qui efface toutes différences entre le juif et le grec.

Acte Chapitre 20 Verset 29-30

« Car je sais qu’après mon départ, il s’introduira parmi vous des loups ravissants, qui n’épargneront point le troupeau ; Et qu’il s’élèvera parmi vous des hommes qui annonceront des doctrines pernicieuses, afin d’attirer les disciples après eux.

Ceux qui pratiquent le shabbat sont pointés du doigt, tout comme les disciples de Yeshua furent pointés du doigt en ne se conformant pas à la pensée de pharisiens de l’époque. Des doctrines pernicieuses sont des doctrines qui sont moralement nuisible ou/et mauvaise, qui pousse à s’opposer au bien. Le shabbat est une ordonnance bonne car elle vient de Dieu depuis le commencement, et pourtant nous continuions de le rejeter. Pourquoi rejeter ce que Dieu a déclaré BON ET SAINT ?

Romain Chapitre 2 Verset 10-16

« Gloire, honneur, paix pour tout homme qui fait le bien, pour le Iehoudi d’abord, puis pour l’Hellène. Car, avec Elohîms, pas de partialité. Oui, qui faute sans la Tora périt sans la Tora.

Mais qui faute avec la Tora est jugé selon la Tora. Non, ceux qui écoutent la Tora ne sont pas justes devant Elohîms ; mais ils seront justifiés, ceux qui accomplissent la Tora. Quand des goîm, qui n’ont pas de Tora, font spontanément les paroles de la Tora, n’ayant pas de Tora ils sont à eux-mêmes la Tora.  Ils manifestent l’œuvre de la Tora écrite dans leur cœur. Leur conscience témoigne pour eux, et leurs pensées, les uns envers les autres, les accusant ou les excusant…Ainsi, au jour où Elohîms juge ce que les hommes cachent, selon mon annonce, par le messie Iéshoua‘. »

Ecouter la torah, l’enseignement de Dieu y compris toutes les ordonnances qu’elles comportent n’est pas ce qui nous rend juste aux yeux de Dieu, c’est l’accomplissement de cet enseignement dans notre vie de tous les jours qui est un justificatif qui manifeste notre foi en Yeshua.

Romain Chapitre 2 Verset 20-24

« Car nulle chair n’est juste devant lui par les œuvres de la Tora. La pleine connaissance de la faute naît de la Tora. Et maintenant, sans la Tora, la justice d’Elohîms, dont témoignent et la Tora et les inspirés, s’est manifestée.  Justice d’Elohîms, par l’adhérence à Iéshoua‘ le messie, pour tous ceux qui adhèrent. Non, pas de différence, car ayant tous fauté, ils étaient tous privés de la gloire d’Elohîms, mais ils sont justifiés gratuitement par son chérissement au rachat de Iéshoua‘ le messie. »

Romain Chapitre 7 Verset 7-13

« Que dirons-nous donc ? Que la tora est faute ? Certes non ! Mais je n’ai connu la faute que par la tora. Je ne connaîtrais pas la convoitise, si la tora n’avait dit : « Tu ne convoiteras pas. »  Et la faute, par le moyen de la loi, saisit l’occasion et provoque en moi toute convoitise. Oui, sans tora, la faute est morte. Moi-même, je vivais jadis sans tora. Quand la loi est venue, la faute a pris vie. Et moi je suis mort, et la loi elle-même donnée pour la vie, je l’ai rencontrée pour la mort. Oui, la faute saisit l’occasion : à travers la loi, elle me séduit et me tue par elle. Ainsi donc la tora est sacrée, et la loi sacrée, juste et bonne. Le bien deviendrait-il donc pour moi mort ? Au contraire ! Mais la faute, pour apparaître en tant que faute, par l’entremise du bien, provoque en moi la mort, pour que la faute soit fautive à l’extrême par l’entremise de la loi. »

L’évidence est claire pour chacun de nous, que la torah est ce qui fait prendre connaissance de nos fautes, tout comme par exemple quelqu’un qui conduit, qui roule à plus de 120 km/h en ville et qui ne se rappelant plus de la limitation, va regarder le code de la route pour savoir si oui ou non il est en infraction ; par cela il saura qu’il est en faute par l’existence de ce code de la route car sans ce code de la route, rien ne pourrait lui prouver sa faute. La torah nous met face à nos imperfections les plus profondes, elle ne nous en guérit pas. C’est Yeshua qui nous guérit lorsque nous adhérons, espérons en lui.

Romain Chapitre 2 Verset 25-31

« Elohîms l’a mis en face de nous en absolutoire, par l’adhérence en son sang, pour montrer sa justice, à cause de la remise des fautes passées, dans la patience d’Elohîms, pour la manifestation de sa justice au temps présent, pour être juste lui-même et justifier qui adhère à Iéshoua‘. Où est donc la fierté ? Elle est exclue. Par quelle Tora ? Celle des œuvres ? Non, mais par la Tora de l’adhérence. Aussi, nous estimons que l’homme est justifié par l’adhérence, sans les œuvres de la Tora. Ou alors Elohîms est-il seulement celui des Iehoudîm ? N’est-il pas aussi celui des nations ? Oui, il est aussi celui des nations,

puisque Elohîms est unique, lui qui justifie la circoncision à partir de l’adhérence et le prépuce à travers l’adhérence. Abolissons-nous donc la Tora à travers l’adhérence ?

Au contraire, la Tora, nous la confirmons ! »

Nous sommes justifiés devant le Créateur par notre foi en Yeshua afin que personne ne puisse prétendre valoir mieux que son prochain en comptabilisant le nombre de bonnes œuvres. De cette manière il y a cette notion d’équité pour tous par la grâce. Toutefois il est à précisez que ce verset nous indique bel et bien que la torah (qui est un enseignement qui se vit activement) n’est en rien abolit mais que grâce à Yeshua, elle peut se vivre par le cœur. Exemple, imaginez vous venez de vous mariez, allez-vous arrêter de vouloir plaire, et rendre heureux votre partenaire ?

Romain Chapitre 6 Verset 13-19

« N’offrez pas vos membres à la faute en armes d’injustice ; mais offrez-vous à Elohîms en vivants venus des morts, et vos membres en armes de justice pour Elohîms. Non, la faute ne vous dominera plus, car vous n’êtes plus sous la tora, mais sous le chérissement. Quoi donc, fauterions-nous parce que nous ne sommes pas sous la tora mais sous le chérissement ? Au contraire ! Ne savez-vous pas qu’en vous offrant à quelqu’un en serviteurs d’obéissance vous devenez les serviteurs de celui à qui vous obéissez, soit de la faute, pour la mort, soit de l’obéissance, pour la justice ? Chérissement d’Elohîms ! Vous étiez les serviteurs de la faute, puis vous avez obéi de tout votre cœur à la règle de l’enseignement auquel vous avez été livrés. Libérés de la faute, vous êtes asservis à la justice. Je vous parle comme à des hommes, à cause de la faiblesse de votre chair. Oui, comme jadis vous offriez vos membres en serviteurs à l’impureté, de non-tora en non-tora, offrez maintenant vos membres en serviteurs à la justice pour la consécration. »

Le shabbat est le jour saint de la consécration car nous devons nous y consacrer à Dieu. Ce passage nous révèle que nous devons offrir nos membres, notre corps, notre temple par des œuvres justes qui s’appuient sur l’enseignement d’Elohim pour nous consacrer à lui. Le jour du shabbat a pour fonction une consécration approfondi qui nous permet d’étudier la justice de notre seigneur et sauveur Yeshua.

Romain Chapitre 7 Verset 1-6

« Ou bien l’ignorez-vous, frères ? Oui, je parle à des connaisseurs de la tora : la tora gouverne l’homme pendant le temps qu’il vit. Ainsi, la femme mariée est liée par la tora au mari vivant. Mais, si le mari meurt, elle est déchargée de la tora du mari.  Ainsi, tandis que le mari vit, elle est appelée adultère si elle est à un autre mari. Mais, quand son mari meurt, libérée de la tora, elle n’est pas adultère en étant à un autre mari. Ainsi, mes frères, vous avez été mis à mort à la tora par le corps du messie, pour être à un autre, à celui qui s’est réveillé d’entre les morts, afin que nous portions du fruit pour Elohîms. Oui, quand nous étions dans la chair, les passions des fautes que la tora excite travaillaient nos membres en portant fruit pour la mort. Mais maintenant nous sommes déchargés de la tora, étant morts à ce par quoi nous étions possédés, pour servir désormais selon la nouveauté du souffle, et non plus selon la vétusté de la lettre. »

Comme dit plus haut, la torah sans la foi en Yeshua est un livre accusateur rien de plus, qui nous met face à notre impuissance face à des commandements BON rappelant notre chair Mauvaise. C’est pour cela que nous ne sommes pas l’épouse de la torah, mais nous sommes l’épouse de celui qui en est le créateur et l’a pratiqué PARFAITEMENT. Ce qui signifie que grâce à Yeshua nous pouvons être porteur des fruits de la torah et non plus être des arbres stériles comme nous l’étions avec la torah sans Yeshua.

Séparation avec Dieu       =     Torah     ( en pierre)   =  Homme ( Cœur de Pierre)  =   Mort

                               Support Terrestre

Réconciliation avec Dieu =    Torah     ( Yeshua)  =  Homme ( Cœur de Chair)         =    Vie

                              Support Céleste

Romain Chapitre 7 Verset 14-25

« Nous le savons : la tora est souffle, mais, moi, je suis chair et vendu par la faute. Car, ce que je fais, je ne le sais pas ! Car je ne réalise pas ce que je veux, et, ce que je hais, c’est ce que je fais. Mais, si ce que je ne veux pas, je le fais, j’accepte que la tora est bonne.  Maintenant, ce n’est pas moi-même qui œuvre, mais la faute qui habite en moi. Oui, je le sais, en moi, c’est-à-dire en ma chair, le bien n’habite pas, puisque vouloir le bien m’est présent, mais non pas œuvrer en bien. Car le bien que je veux, je ne le fais pas, mais ce que je ne veux pas, le mal, c’est lui que je réalise. Mais si ce que je ne veux pas, c’est ce que je fais, ce n’est plus moi qui œuvre, mais la faute qui habite en moi.  Je trouve donc en moi cette tora : vouloir faire le bien, parce que le mal est présent. Oui, je me délecte dans la tora d’Elohîms selon l’homme intérieur. Mais je vois en mes membres une tora différente, qui guerroie contre la tora de ma raison et m’asservit à la tora de la faute, celle qui habite mes membres. Moi, homme misérable, qui donc me libérera du corps de cette mort ? Chérissement d’Elohîms par Iéshoua‘ le messie, notre Adôn, Ainsi donc, je sers la tora d’Elohîms par ma raison,

mais par ma chair la tora de la faute. »

Il y a deux enseignements : celui d’Elohim et celui de notre chair (le péché, Babylone, l’adversaire et son armée). Cela nous indique clairement que lorsque nous n’appliquons pas les commandements de Dieu, nous pratiquons donc l’enseignement ennemi de Dieu, or étant donné que nous savons que Yeshua est fils de Dieu, il ne peut pas être ennemi de Dieu.

Donc YHWH = YESHUA = TORAH DE NOTRE ELOHIM, ce qui conforte le fait qu’il nous faille pratiquer et vivre selon les commandements d’Elohim pour ne demeurer être tel des Judas dans la communauté actuelle.

Romain Chapitre 8 Verset 1-17

« Ainsi donc, maintenant, pas de condamnation pour ceux qui sont dans le messie Iéshoua‘. La tora du souffle de vie qui est dans le messie Iéshoua‘ m’a libéré de la tora de faute et de mort. Car ce qui est impossible à la tora, alors que sa force est réduite par la chair, Elohîms l’a fait en envoyant son propre fils, à la ressemblance d’une chair de faute. Aussi, concernant la faute, il a condamné la faute dans la chair, afin que la justification de la tora s’accomplisse en nous qui ne marchons pas selon la chair, mais selon le souffle. Oui, ceux de la chair tendent vers ce qui est de la chair, et ceux du souffle vers ce qui est du souffle. Car la pensée de la chair est la mort, la tendance du souffle, vie et paix. Or la pensée de la chair est hostile à Elohîms ; elle ne se soumet pas à la tora d’Elohîms, et elle ne le peut même pas. Ceux donc qui sont dans la chair ne peuvent pas plaire à Elohîms. Mais vous-mêmes, vous n’êtes pas de la chair, mais du souffle, si du moins le souffle d’Elohîms vous habite. Qui n’a pas le souffle du messie n’est pas de lui. Mais si le messie est en vous, le corps est mort par la faute, et le souffle est vie par la justice. Or, si le souffle de celui qui a réveillé Iéshoua‘ d’entre les morts vous habite, celui qui a réveillé d’entre les morts le messie Iéshoua‘ vivifiera aussi vos corps mortels par son souffle qui vous habite. Aussi, frères, nous sommes débiteurs, mais non de la chair pour vivre de la chair. Oui, si vous vivez de chair, vous mourrez ; mais si, par le souffle, vous mettez à mort les pratiques du corps, vous vivrez. Oui, tous ceux que le souffle d’Elohîms conduit sont fils d’Elohîms. Car vous n’avez pas reçu un souffle de servitude pour retourner à la peur, mais vous avez reçu un souffle de filiation, en lequel nous crions : « Abba, Père ! » Le souffle lui-même témoigne à notre souffle que nous sommes enfants d’Elohîms. Enfants, donc héritiers, héritiers d’Elohîms, et cohéritiers du messie, du moins si nous souffrons, pour être aussi glorifiés avec lui. »

Ici on voudrait penser qu’il est dit dans ce passage que la torah enseignée par les prophètes n’est plus bonne. Cependant ce n’est pas le cas et c’est très subtil, voir un peu comique : là dans ces versets, c’est comme si la torah disait à ceux qui vivent une torah sans la foi en Yeshua «  nananananair toi tu fais pas bien tu meurs, toi tu fais pas bien tu meurs , toi fais pas bien aussi tu meurs», sauf qu’avec Yeshua, la torah en pierre s’est retrouvé face à torah de chair, et ne pouvait que dire « je m’incline, il n’y a point de faute en toi, point de violation, point de transgression ». Lorsque nous acceptons Yeshua comme notre Sauveur, il demeure en nous donc la torah de chair s’inscrit sur notre cœur. Ce qui fait que bien que nous fautions toujours jusqu’au jugement, c’est la torah de chair qui vit en nous.  Allons plus loin dans cette analyse, Yeshua n’a point fauté, parce qu’il obéissait à YHWH, donc s’il vit en nous, son esprit nous pousse à obéir à Dieu, même si notre chair est en constant combat contre l’esprit. Assurément, les commandements de Dieu donc le shabbat appartiennent à ce pot de miel d’obéissance.

Romain Chapitre 9 Verset 6-8

« Néanmoins, la parole d’Elohîms n’a certes pas failli, car tous ceux d’Israël ne sont pas Israël. Et ce n’est pas parce qu’ils sont de la semence d’Abraham qu’ils sont tous des fils. « Mais en Is’hac ta semence sera appelée. » C’est dire que les fils de la chair ne sont pas tous fils d’Elohîms, mais que les enfants de la promesse sont comptés, eux, pour semence. »

Ce petit passage vient nous rappeler que nous sommes de la semence d’Abraham, de la semence d’Isaac, de la semence de Jacob, et ce peut-être point par la chair et le sang mais par l’esprit de Dieu, et cela reste une naissance qui nous permet d’être enfant de Dieu légitime donc de pratiquer les commandements et ordonnances avec toute légitimité.

Romain Chapitre 10 Verset 1-13

« Frères, le vœu de mon cœur et ma prière à Elohîms, c’est qu’ils soient sauvés. Oui, j’en témoigne pour eux : ils ont du zèle pour Elohîms, mais non selon la connaissance totale, car ils ne pénètrent pas la justification d’Elohîms, et ils cherchent à établir leur propre justification. Ils ne sont pas soumis à la justification d’Elohîms. La finalité de la tora, c’est le messie, pour la justification de tous ceux qui adhèrent. Moshé a écrit de la justification, celle de la tora : « L’homme qui les fait, vit par eux. » Mais la justification née de l’adhérence parle ainsi : « Ne dis pas en ton cœur : Qui montera au ciel ? » Cela, c’est faire descendre le messie. Où : « Qui descendra dans l’abîme ? » Cela, c’est faire remonter le messie d’entre les morts. Mais que dit-elle ? « La parole est proche de toi, sur ta bouche et dans ton cœur. » Cela, c’est la parole d’adhérence que nous proclamons. Parce que, si tu attestes de ta bouche que Iéshoua‘ est l’Adôn, et si tu adhères en ton cœur à ce qu’Elohîms l’a réveillé d’entre les morts, tu es sauvé. De cœur, c’est l’adhérence pour la justification ; de bouche, c’est l’attestation pour le salut. Car l’Écrit le dit « Quiconque adhère à lui n’est pas confondu. » Non, il n’y a pas de différence entre le Iehoudi et l’Hellène : oui, le même Adôn est pour tous, riche pour tous ceux qui l’appellent. Car « Quiconque appelle le nom de l’Adôn est sauvé. »

Ceux qui pratiquent la torah de notre Elohim et qui refuse d’accepter Yeshua comme le messie, s’appuie sur leurs propres œuvres pour pouvoir obtenir la réconciliation avec Elohim. Sauf que nous savons que jusqu’à notre mort, l’Homme est pêcheur, ce qui le sépare d’Elohim et ne permet pas de réconciliation donc pas de réunification dans les cieux. Cette étude sur le shabbat n’est pas pour prôner le fait que le shabbat est nécessaire pour être justifier car cela reviendra à refuser le sacrifice de Yeshua. Cependant il est trop souvent dit «  je suis sauvé par ma foi » oui, cela est vrai, néanmoins une foi qui nait engendrera par la suite une marche vers la sanctification pour se rapprocher d’Elohim donc l’obéissance à ses commandements. Parce qu’une foi qui n’est pas nourrit par des œuvres à l’image du Créateur, ne pourra que flétrir et mourir.

Romain Chapitre 11 Verset 1-6

« Je dis ainsi : Elohîms aurait-il mis de côté son peuple ? Au contraire ! Moi aussi je suis un fils d’Israël, de la semence d’Abrahâm, de la tribu de Biniamîn. Elohîms n’a pas mis de côté son peuple qu’il a connu d’avance. Ne savez-vous pas ce que l’Écrit dit par Élyahou quand il accuse Israël devant Elohîms : « Adôn, ils ont tué tes inspirés, ils ont renversé tes autels.

Moi, je reste seul ; ils recherchent mon être. » Quelle a été la réponse ? « J’ai réservé pour moi sept mille hommes, qui n’ont pas ployé les genoux devant Ba‘ al. ». Ainsi encore pour le temps présent : il est un reste, choisi par chérissement. Et si c’est par chérissement ce n’est pas d’après les œuvres, car alors le chérissement ne serait plus le chérissement.

Romain Chapitre 11 Verset 16-24

« Or, si les prémices sont consacrées, la pâte l’est aussi. Et si la racine est consacrée, les branches le sont aussi.  Mais si quelques-unes des branches ont été retranchées, si toi, l’olivier sauvage, tu as été greffé sur eux, et si tu es devenu participant à la racine opulente de l’olivier, ne sois pas fier aux dépens des branches. Et si tu fais le fier, sache que tu ne portes pas la racine, mais la racine te porte, toi.  Diras-tu donc : « Les branches ont été retranchées pour que je sois greffé » ?  Bien ! Elles ont été retranchées pour leur non-adhérence, et toi, tu tiens par l’adhérence. Ne t’exalte donc pas ; frémis, plutôt !  Car si Elohîms n’a pas épargné les branches naturelles de l’arbre, il ne t’épargnera pas non plus.  Aussi, vois donc la bonté et la rigueur d’Elohîms : sa rigueur envers ceux qui sont tombés ; sa bonté envers toi, si tu persévères en cette bonté, puisque toi aussi tu peux être retranché. Et ceux-là, s’ils ne persévèrent pas dans leur non-adhérence, seront capables d’être à nouveau greffés. Oui, Elohîms peut les greffer à nouveau. Oui, si toi, par nature olivier sauvage, tu as été coupé et, contre nature, greffé sur un bel olivier, combien plus seront-ils greffés par nature sur leur propre olivier ! »

Dans ce passage, il est bien mis en évidence que nous ne faisons qu’un seul arbre. En tant que nations du monde, nous avons été greffés au peuple d’Israël dont certaines branches d’origines ont été coupées pour leur refus de la foi en notre sauveur et seigneur Yeshua. Elohim a exclu ceux qui ne marchaient pas en accord avec sa Parole et nous savons que Yeshua est la Parole. Mais cela est plus profond, car la Parole de Dieu contient les commandements de Dieu, apportant une certitude à cela : les commandements de Dieu sont suivit par la racine = Yeshua, par les branches naturelles = israélites de sang qui ont accepté Yeshua et bien évidemment les branches greffées.

                                                                            Racine  = Yeshua

Réservé: COMMANDEMENTS DE YHWH

      Branches Naturelles

        =  Israelites de sang

                                                                                                                                 Branches Greffées  

                                                                                                                               =  Israelites d’esprit

Romain Chapitre 12 Verset 1

« Je vous exhorte donc, frères, par les matrices d’Elohîms,

à présenter vos corps en vivant sacrifice, consacré, agréable à Elohîms : tel est votre service raisonnable. »

Le jour du shabbat nous consacrons notre corps et notre esprit à Elohim pendant une journée complète en nous détachant des œuvres du quotidiens, N’est-ce pas ce qu’Elohim nous demande ?

Romain Chapitre 13 Verset 9-10

« Oui : « N’adultère pas, ne tue pas, ne vole pas, ne convoite pas », avec toute autre loi, sont comprises dans cette parole : « Aime ton compagnon comme toi-même. » L’amour ne nuit pas au compagnon. Ainsi la plénitude de la tora, c’est l’amour.

Romain Chapitre 14 Verset 7-8

« car parmi nous nul ne vit pour soi-même, et nul ne meurt pour soi-même. Oui, si nous vivons, nous vivons pour l’Adôn ; si nous mourons, nous mourons pour l’Adôn. »

Dans notre quotidien en tant que disciple de Yeshua nous devons vivre pour servir notre maitre Yeshua, tout en travaillant à la sueur de notre front, tout en prenant soin de nos foyers, tout en préservant nos corps des impudicités du monde. Lors du shabbat, nous avons ce silence que Dieu nous ordonne et surtout nous offre pour que nous puissions vivre une journée avec lui sans perturbations extérieurs. Le shabbat est une œuvre d’Elohim car elle prône l’amour envers notre Dieu et notre prochain.

Romain Chapitre 16 Verset 25-27

« À celui qui peut vous fortifier selon mon annonce et l’appel de Iéshoua‘ le messie, selon le découvrement du mystère gardé au silence du temps des pérennités, mais maintenant manifesté à travers les Écrits des inspirés, selon l’ordre de l’Elohîms de la pérennité, qui l’a fait connaître à toutes les nations, afin de les déterminer à l’obéissance de l’adhérence, à l’Elohîms, l’unique, le sage, à lui la gloire par Iéshoua‘ le messie pour les pérennités des pérennités. Amén. »

La foi est racine de l’obéissance, l’obéissance est le fruit de la foi. Un cœur rebelle aux commandements de Dieu est un cœur qui manque de foi.

1 Corinthiens Chapitre 1 Verset 1-3

« Paulos, par appel envoyé du messie Iéshoua‘ selon le vouloir d’Elohîms, et Sosthène, le frère, à la communauté d’Elohîms, celle de Corinthe, aux consacrés à Iéshoua‘ le messie, appelés consacrés, avec tous ceux qui invoquent le nom de notre Adôn, Iéshoua‘, le messie, en tout lieu, le leur et le nôtre, chérissement à vous et paix d’Elohîms, notre père,

et de Iéshoua‘ notre Adôn, le messie. »

1 Corinthiens Chapitre 1 Verset 10-13

« Je vous implore, frères, par le nom de notre Adôn Iéshoua‘, le messie, de dire tous de même, et qu’il n’y ait pas de divisions parmi vous. Soyez unis dans une même intelligence, une même pensée. Oui, il m’a été montré, vous concernant, mes frères, par ceux de Chloè, qu’il y a parmi vous des disputes. Je dis ceci, parce que chacun de vous dit : « Moi, je suis de Paulos », « Moi, je suis d’Apollôs »,« Moi, je suis de Kèpha ». Moi, je suis du messie. Était-il divisé, le messie ?

1 Corinthiens Chapitre 3 Verset 1-8

« Mais moi, frères, je n’ai pas pu vous parler comme à ceux du souffle, mais comme à ceux de la chair, comme à des petits enfants dans le messie. De fait, je vous ai abreuvés de lait, non d’aliment que vous n’auriez pu supporter. Maintenant encore vous n’en êtes pas capables. Car vous êtes encore de chair. Oui, quand il y a entre vous jalousie et dispute, n’êtes-vous pas de chair ? Ne marchez-vous pas selon l’homme ? Oui, quand vous dites, l’un : « Je suis de Paulos », et l’autre : « Je suis d’Apollôs », n’êtes-vous pas des hommes ? Qui donc est-il, Apollôs, et qui Paulos ? Des serviteurs, par lesquels vous avez adhéré, et chacun selon le don de l’Adôn. J’ai semé, Apollôs a arrosé, mais Elohîms a fait croître.  Ainsi le semeur et l’arroseur ne sont rien, mais celui qui fait croître : Elohîms. Le semeur, l’arroseur, c’est tout un. Chacun reçoit son propre salaire à la mesure de son propre labeur. »

Souvent le shabbat est assimilé à des dénominations qui varient, et c’est un problème. Tout d’abord il n’existe pas de dénominations dans la Parole car si Dieu voulait des dénominations il nous l’aurait dit. En tant qu’enfant de Dieu, nous sommes son peuple donc sa communauté, terme qui est utilisé à plusieurs reprises dans les évangiles afin que nous prenions consciences que nous devrions être une seule communauté, celle d’Elohim.  Nos dénominations sont une division de pensées, or la pensée de Christ est unie. Puis nous lisons bien qu’en tant que membres de la communauté d’Elohim, nous lui sommes consacrés. De ce fait, Pourquoi refuser de lui consacrer ce jour qu’il nous demande de consacrer ? Tout simplement par paresse d’agir différemment au risque d’entraver notre plaisir personnel.

1 Corinthien Chapitre 7 Verset 17-19

« Comme l’Adôn l’a imparti à chacun, comme Elohîms appelle chacun, que chacun marche ainsi : c’est ce que j’ordonne à toutes les communautés. Ayant été circoncis, s’il est appelé, qu’il ne se fasse pas épispasmer. S’il est appelé avec un prépuce, qu’il ne se fasse pas circoncire. La circoncision n’est rien, et rien le prépuce; le tout est de garder les misvot d’Elohîms. »

1 Corinthiens Chapitre 16 Verset 19-24

« Les communautés d’Asie vous saluent. Akylas et Prisca et la communauté qui est dans leur maison vous saluent bien dans l’Adôn. Tous les frères vous saluent. Saluez-vous les uns les autres d’un baiser sacré.   La salutation est de ma propre main, à moi, Paulos. Celui qui n’aime pas l’Adôn Iéshoua‘, le messie, qu’il soit anathème. Marana ta : Maître, viens ! Le chérissement de l’Adôn Iéshoua‘, le messie, avec vous et mon amour avec vous tous dans le messie Iéshoua‘. »

2 Corinthiens Chapitre 1 Verset 1-3

« Paulos, envoyé du messie Iéshoua‘ par la volonté d’Elohîms, et Timotheos, le frère, à la communauté d’Elohîms à Corinthe, ainsi qu’à tous les consacrés, qui sont dans l’Achaïe entière. À vous chérissement et paix de par Elohîms, notre père, et l’Adôn Iéshoua‘, le messie. Elohîms, le père de notre Adôn Iéshoua‘ le messie, le père des matrices, l’Elohîms de tout réconfort, est béni. »

Galates Chapitre 2 Verset 2-4

« J’y suis monté selon le découvrement, et j’ai mis en face d’eux l’annonce que je crie parmi les goîm, mais en privé, devant les plus importants d’entre eux, de peur que je ne coure ou n’aie couru en vain. Mais Titus, qui est avec moi, un Hellène, n’a pas été obligé de se faire circoncire. Cela, à cause de faux frères, des intrus, qui se sont introduits pour épier la liberté que nous avons dans le messie Iéshoua‘et nous asservir. »

Pourquoi le « toutes » devant communautés, tout simplement car à l’époque comme aujourd’hui nous allons spécifier la communauté avec sa géographie, ex : communauté de France, communauté de Guadeloupe, ect…

Misvot en hébreu signifie commandements donc il est nous est bien confirmé que nous devons garder les commandements ; et concernant la circoncision, l’enfant de Dieu qui accepte Yeshua et qui en son cœur sait qu’il est justifié par Yeshua, peut se faire circoncire pour manifester son obéissance mais non comme justificatif pour le salut.

1 Corinthiens Chapitre 9 Verset 18-21

« Quel est donc mon salaire ? C’est qu’en annonçant je présente gratuitement l’annonce,

sans jouir du pouvoir que me confère l’annonce. Oui, libre à l’égard de tous, je me suis moi-même asservi à tous, afin d’en gagner le plus grand nombre. Et je suis devenu pour les Iehoudîm comme un Iehoudi, afin de gagner les Iehoudîm ; pour ceux qui sont sous la tora, comme étant sous la tora­ sans être moi-même sous la tora ­,afin de gagner ceux qui sont sous la tora.  Je suis devenu pour les sans-tora comme sans-tora, n’étant pas sans la tora d’Elohîms, mais sous la tora du messie, afin de gagner les sans-tora. »

Comme expliquée précédemment, il y a une distinction à faire entre le fait de vivre sous la torah, donc sous un enseignement de pierre qui accuse et qui mène à la mort, ou vivre sous la torah d’Elohim en Yeshua qui elle est une torah de chair qui nous fait vivre.

1 Corinthiens Chapitre 12 Verset 1-2

« À propos des dons du souffle, frères, je ne veux pas que vous soyez dans l’ignorance. Vous le savez : quand vous étiez des goîm, vous étiez conduits et entraînés vers des idoles muettes. »

Ce qui nous empêche de vivre le shabbat, c’est bien souvent nous-mêmes. Nous sommes devenus nos propres idoles dans le sens ou notre plaisir passe avant la volonté de Dieu. Le shabbat avec les règles qu’ils comportent, n’est pas agréable pour notre chair, alors que la joie qui en découle est un plat délicieux pour notre âme chaque semaine. Notre chair est muette car elle n’a pas besoin de nous parler pour nous conduire dans la direction opposée de notre maitre et sauveur Yeshua.

1 Corinthiens Chapitre 12 Verset 12-18

« Oui, le corps est un et il a plusieurs membres ; mais tous les membres du corps, qui sont nombreux, forment un seul corps. Ainsi en est-il du messie aussi. Oui, nous avons tous été immergés dans un souffle unique pour former un seul corps, Iehoudîm ou Hellènes, serfs ou hommes libres ; et tous nous avons été abreuvés par un souffle unique. Oui, le corps n’a pas un seul membre, mais plusieurs. Si le pied dit : « Puisque je ne suis pas main, je ne suis pas du corps », il n’en est pas moins, pour cela, du corps. Et si l’oreille dit : « Puisque je ne suis pas œil, je ne suis pas du corps », elle n’en est pas moins, pour cela, du corps. Si tout le corps était œil, où serait l’ouïe ? Et s’il était tout ouïe, où serait l’odorat ? En réalité, Elohîms a placé les membres, chacun dans le corps, comme il l’a voulu. »

Ls shabbat est un jour saint pour réunir chaque membre du corps de la communauté d’Elohim, pour qu’il puisse être consacré chacun corps et esprit à Elohim au même instant et surtout à l’instant décidé par Dieu.

1 Corinthiens Chapitre 16 Verset 1-3

« Quant à la collecte pour les consacrés, faites, vous aussi, comme je l’ai prescrit aux communautés de Galatie.  Chaque premier jour de la semaine, chacun de vous mettra de côté, chez lui, ce qu’il aura pu économiser, pour qu’il n’y ait pas de collecte à ma venue. Quand je pourrai arriver, j’enverrai, munis de lettres ceux que vous aurez approuvés, apporter votre offrande à Ieroushalaîm. »

Lors du shabbat, l’argent ne doit pas être manipulé pour éviter toutes distractions et tout travail, car l’argent est un nerf qui travaille à lui seul dans la société actuelle. De ce fait, nous voyons que le dimanche 1er jour de la semaine était le jour de la collecte pour donner à Dieu les prémices de la semaine et non des miettes en fin de semaine en mode «  ah s’il me reste quelques sous après avoir dépenser tout cela en vêtement, je donnerai »cela s’appelle donner des miettes.

2 Corinthiens Chapitre 3 Verset 2-6

« Notre lettre, c’est vous, écrite dans nos cœurs, pénétrée et lue par tous les hommes : Vous êtes manifestement une lettre du messie procurée par nous et écrite, non pas avec de l’encre, mais par le souffle d’Elohîms, le vivant ; non sur des tables de pierre, mais sur des tables de chair, les cœurs. Une telle confiance, nous l’avons par le messie, devant Elohîms. Non que nous soyons capables de rien estimer comme venant de nous, toute notre capacité ne venant que d’Elohîms, qui nous a rendus capables de servir le pacte neuf, non par la lettre, mais par le souffle, car la lettre tue, mais le souffle vivifie. »

Yeshua qui est la Parole vivante demeure en nous dans notre cœur, alors la Parole est notre cœur, ce qui nous permet de vivre la torah car elle-même est vivante. Yeshua nous a montré par sa vie sur terre, la perfection de la Parole de Dieu au travers son obéissance à cette Parole qui s’avère être lui depuis la racine. Il nous a montré que la Parole de Dieu mérite d’être vécut car elle donne la Vie.

2 Corinthiens Chapitre 3 Verset 12-18

« Ayant un tel espoir, nous usons donc d’une pleine franchise ; mais non pas comme Moshè mettant un voile sur sa face pour que les Benéi Israël ne puissent fixer la fin de l’éphémère…

Mais leurs pensées se sont endurcies. Car jusqu’au jour présent le même voile demeure, à la lecture du pacte antique. Il n’est pas dévoilé, car c’est dans le messie qu’il disparaît. Mais à ce jour encore, quand Moshè est lu, un voile gît sur leur cœur. C’est quand il se tourne vers l’Adôn que le voile est enlevé. Oui, l’Adôn est souffle, et là où est le souffle de l’Adôn, là la liberté. Nous tous, réfléchissant à face découverte la gloire de l’Adôn, nous sommes métamorphosés dans sa même image, de gloire en gloire, comme par l’Adôn, le souffle. »

Lire la Parole de Dieu en s’appuyant sur la lettre en table de pierre s’est comme se recueillir sur la tombe d’un mort en espérant qu’il nous donne la vie alors qu’il ne l’a plus lui-même. Yeshua qui est la torah de chair a vaincu la mort et est auprès du Père, de ce fait lorsque nous lisons la torah de chair, nous lisons la vie, car nous parlons à la vie et à celui qui donne la vie éternelle. Gardons en tête que la torah de la chair est l’enseignement de Yeshua qui s’appuie sur la volonté de YHWH soit une obéissance à sa volonté.

2 Corinthiens Chapitre 4 Verset 16-18

« Donc, nous ne perdons pas cœur ; même si l’homme extérieur se détruit en nous,

l’intérieur, cependant, se renouvelle en nous jour après jour. Car la présente légèreté de notre tourment forge pour nous, d’excès en excès, un poids de gloire éternelle. Ne considérons donc pas le visible, mais l’invisible. Oui, les réalités visibles sont éphémères, mais les invisibles éternelles. »

Le shabbat est une réalité invisible car elle est un jour qui a pour but de rapprocher notre ême de Dieu à l’écart des réalités du quotidien. Cela nous prépare à ce que nous allons vivre pour l’éternité auprès de notre Père.

2 Corinthiens Chapitre 5 Verset 18-20

« Oui, tout vient d’Elohîms qui nous a réconciliés avec lui par le messie et nous a donné le service de la réconciliation : Elohîms était dans le messie, et il s’est réconcilié l’univers avec lui, ne leur imputant pas leurs écarts, mais plaçant en nous la parole de réconciliation. Au nom du messie, nous sommes en ambassade. Par nous, c’est Elohîms qui appelle. Nous implorons au nom du messie : réconciliez-vous avec Elohîms. »

2 Corinthiens Chapitre 7 Verset 1

« Détenant donc de telles promesses, aimés, purifions-nous de toute souillure de la chair et du souffle, en perfectionnant la consécration dans le frémissement d’Elohîms. »

Le shabbat était présent avant la séparation avec Dieu, et se doit donc d’être présent suite à la réconciliation avec Dieu grâce à notre Seigneur et Sauveur Yeshua. Nous nous disons en joie d’être réconcilier avec Elohim et pourtant nous refusons de vivre ce retour au source chaque fin de semaine. Le shabbat est un jour que Dieu a choisit que nous mettions à part pour qu’il puisse nous perfectionner dans sa voie par le nom glorieux de son fils Yeshua.

Galates Chapitre 1 Verset 10

« Maintenant, dois-je, certes, convaincre des hommes, ou bien Elohîms ? Dois-je chercher à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas un serviteur du messie. »

Le shabbat est une habitude spirituelle qui différencie le disciple de Yeshua de manière visible et invisible. Il faut alors préparer son cœur à recevoir la critique, le jugement de l’autre sans pour autant briser sous l’influence extérieure.

Galates Chapitre 2 Verset 11-21

« Mais quand Kèpha est venu à Antioche, je me suis opposé à lui en face, parce qu’il était condamnable.  Avant que ceux de Ia‘acob ne soient venus, il mangeait avec les goîm.

Mais quand ils sont venus, il s’est retiré et séparé, en frémissant de ceux de la circoncision.

 Les autres Iehoudîm se mirent aussi à feindre avec lui, de sorte que Bar-Naba a été entraîné par leur feinte. Mais quand j’ai vu qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l’annonce, j’ai dit à Kèpha en face de tous : « Si toi, qui es un Iehoudi, tu vis comme les goîm et non comme les Iehoudîm, comment peux-tu obliger les goîm à vivre en Iehoudîm ? » Nous, Iehoudîm par nature, et non des goîm fautifs, nous savons que l’homme n’est pas justifié par les œuvres de la tora, mais par l’adhérence au messie Iéshoua‘. Nous, nous avons adhéré au messie Iéshoua‘, pour être justifiés par l’adhérence au messie et non par les œuvres de la tora : oui, par les œuvres de la tora aucune chair ne sera justifiée. Si, cherchant à être justifiés dans le messie, nous sommes aussi trouvés fautifs, alors le messie est-il un servant du mal ? Certes non !  Oui, si je reconstruis ce que j’ai détruit, je me constitue en transgresseur. Oui, par la tora je suis mort à la tora, afin de pouvoir vivre pour Elohîms, avec le messie, j’ai été crucifié, et je ne vis plus moi-même, mais le messie vit en moi. Ce que je vis maintenant dans la chair, je le vis en adhérence à Bèn Elohîms, lui qui m’a aimé et s’est donné lui-même pour moi.  Je ne rejette pas le chérissement d’Elohîms ; mais si la justice vient par la tora, alors le messie est mort pour rien. »

Ce passage est puissant et souvent comprit dans la chair. Paul fait ce que l’on appelle une opposition de pensée, c’est-à-dire qu’il sous-entend à Pierre « si tu agis comme un goîm qui ne connait pas Yeshua en vivant par des œuvres qui tuent, comment veux-tu les convaincre de vivre comme nous israélites justifiés en Yeshua manifestant des œuvres de la torah de chair. » Décortiquons ! Lorsque Pierre se sépare des goîm, il enfreint la torah de chair, la torah de Yeshua, donc il devient par ce geste un goîm = étranger vis-à-vis de la loi de Dieu. C’est pour cela que Paul lui fait comprendre que son acte va à l’encontre de se qu’ils prêchent, donc comment pourraient-ils espérer voir les goîm se comporter comme un israélite de la branche greffée, si lui-même ne se comporte pas comme une branche naturelle.  En clair, Pierre a agi comme s’il était justifié par la torah de pierre alors qu’il est justifié et doit vivre sous la torah de chair en Yeshua.

Galates Chapitre 3 Verset 6-16

« Comme Abrahâm a adhéré à Elohîms, ce qui lui fut compté pour justification, sachez donc que ceux de l’adhérence sont les fils d’Abrahâm. L’Écrit, prévoyant qu’Elohîms peut justifier les nations par l’adhérence, a d’avance annoncé à Abrahâm que « toutes les nations de la terre seront bénies en toi ». Ainsi, ceux de l’adhérence sont bénis avec Abrahâm, adhérant. Car tous ceux des œuvres de la tora sont sous une imprécation. Oui, il est écrit pour cela : « Est honni qui ne persévère pas dans toutes les paroles écrites dans le volume de cette tora pour les appliquer. » Que maintenant par la tora personne n’est justifié en face d’Elohîms, c’est clair, parce que « le juste vit par son adhérence ». Mais la tora ne procède pas de l’adhérence » mais : « celui qui l’accomplit en vit. »  Le messie nous a rachetés de l’imprécation de la tora, en devenant à cause de nous imprécation. Il est écrit : « Honni, le pendu au bois », afin que la bénédiction d’Abrahâm parvienne aux nations par Iéshoua‘ le messie pour que nous recevions la promesse du souffle par l’adhérence. Frères, je parle en homme : personne ne rejette ou ne fait des additions à un pacte humain, une fois signé. Or les promesses ont été énoncées pour Abrahâm et sa semence. Il n’est pas dit : « pour ses semences », comme s’il s’agissait de plusieurs, mais d’une seule : « pour ta semence », qui est le messie. »

Tout comme Abraham a eu foi en Elohim, il a été justifié par sa foi qu’il a manifesté par son obéissance à la volonté d’Elohim. De plus, en tant qu’enfant de Dieu, nous sommes la semence d’Abraham comme l’explique ce passage, ce qui démontre notre unité de foi que nous devons manifester par notre obéissances aux commandements de Dieu.

Galates Chapitre 3 Verset 17-29

« Je dis cela: la tora est née quatre cent trente ans après un pacte ratifié par Elohîms.

Elle ne l’annule pas, ce qui serait abolir la promesse. Oui, si l’héritage vient par la tora, ce n’est plus par la promesse. Mais Elohîms a fait grâce à Abrahâm par la promesse. Alors, pourquoi la tora ? Elle a été ajoutée en raison des transgressions jusqu’à ce que vienne la semence de la promesse. Elle a été commandée par les messagers en main d’un médiateur.

 Or le médiateur n’est pas d’un seul, mais Elohîms est un. Alors, la tora serait-elle contre les promesses d’Elohîms ? Certes non ! Oui, s’il avait été donné une tora capable de faire vivre, alors la justice viendrait réellement de la tora. Mais l’Écrit a tout enfermé sous la faute, pour que, par l’adhérence à Iéshoua‘ le messie, la promesse soit donnée à ceux de l’adhérence. Avant que vienne l’adhérence, nous étions enfermés sous la garde de la tora, jusqu’à ce que l’adhérence soit découverte. Ainsi, la tora a été notre pédagogue vers le messie, pour que, par l’adhérence, nous soyons justifiés. Mais l’adhérence venue, nous ne sommes plus soumis à un pédagogue. Oui, vous êtes tous fils d’Elohîms par l’adhérence au messie Iéshoua‘. Oui, aussi nombreux que vous avez été immergés dans le messie, vous avez revêtu le messie, car il n’est ni Iehoudi ni Hellène, ni esclave ni homme libre, ni mâle ni femelle : oui, vous tous vous êtes un dans le messie Iéshoua‘. Mais si vous êtes du messie, vous êtes donc de la semence d’Abrahâm, héritiers, selon la promesse. »

Nous ne sommes plus sous la torah de pierre, cette torah qui apporte la mort, mais nous vivons sous la torah de Yeshua qui nous apporte la vie et nous conduit à marcher sur les voies de notre Père dans les cieux. Notre enseignant, notre rabbi, notre maitre, notre pédagogue est Yeshua car lui maitrise la loi car il l’est la loi vivante. Ajoutons à cela, que nous devons comprendre que lorsque nous renions les commandements de Dieu y compris le shabbat, nous renions la promesse du Messiah donc nous ne pouvons pas prétendre croire en Yeshua si nous n’attendions pas sa venue par la promesse.

Galates Chapitre 4 Verset 9-12

« Maintenant, pénétrant Elohîms, ou plutôt, étant pénétrés par Elohîms, comment retournez-vous de nouveau à des éléments infirmes et indigents auxquels vous voulez de nouveau encore vous asservir ? Vous observez les jours, les mois, les saisons et les années. Je frémis pour vous d’avoir moi-même travaillé en vain parmi vous. Devenez comme moi, puisque moi aussi je suis comme vous, frère, je vous en implore, vous qui ne m’avez en rien injustement traité. »

 Dans ce passage est abordé l’idolâtrie qui guidait la population de Galate avant leur conversion. En tant que peuple idolâtre, les jours avaient une signification pour adorer chaque jour un Dieu différent, les mois étaient dédiés aux signes du zodiaque pour connaitre son avenir, les saisons étaient guidées par des célébrations pour ouvrir chacune d’entres elles avec la faveur des dieux, ect… Souvent à tort, ce verset est utilisé contre le shabbat, alors que pratiquer le shabbat n’est en rien une idolâtrie vue que c’est un jour consacré à Elohim et lui seul.

Galates Chapitre 5 Verset 1-2

« Soyez donc des imitateurs d’Elohîms, comme des enfants bien-aimés, et marchez dans l’amour, comme le messie nous a aimés et s’est donné lui-même pour nous en offrande et en sacrifice à Elohîms, en odeur agréable. »

Imiter, c’est retranscrire le même comportement que l’autre, c’est reproduire les œuvres de l’autre, c’est en clair marcher dans les pas de Yeshua sans vouloir céder au désir de créer son propre chemin. Yeshua pratiquait le shabbat, et bien que cela ne soit pas une chose que nous avions l’habitude de faire, Yeshua est là pour nous aider à le vivre de la plus belle des manières : la manière voulu par Elohim.

Ephésien Chapitre 1 Verset 5-6

« Il nous a prédestinés à une filiation par Iéshoua‘, le messie, pour lui-même, selon le bon plaisir de son vouloir, à la louange de gloire de son chérissement dont il nous a chéris dans l’aimé. »

Ephésien Chapitre 1 Verset 22-23

« Il a tout mis sous ses pieds, il l’a donné pour tête de tout à la communauté ; laquelle est son corps, la plénitude de celui qui remplit tout en tous. »

Ephésien Chapitre 2 Verset 8-10

« Oui, par chérissement vous êtes sauvés selon l’adhérence. Cela ne vient pas de vous, mais du don d’Elohîms, non pas des œuvres, pour que nul ne fasse le fier. Oui, de lui nous sommes l’ouvrage, créés dans le messie Iéshoua‘ pour des œuvres bonnes, qu’Elohîms a préparées d’avance pour que nous y marchions. »

Yeshua est la tête de notre communauté, notre pédagogue, et notre salut. Il nous justifie auprès du Père et non les œuvres. Pourtant dans le passage nous voyons que notre nouvelle identité en Christ engendrera des œuvres bonnes, et par bonnes nous entendons des œuvres qui soient en accord avec ce que Elohim a préparé d’avance. Et qu’est-ce qu’Elohim a préparé d’avance ? Les commandements comme ligne conductrice de nos œuvres. Sachant que Le camp de l’adversaire dispose de leur ligne conductrice pour leurs œuvres soit tout ce qui est contraire à la volonté de Dieu.

Ephésien Chapitre 2 Verset 11-22

« Souvenez-vous donc, vous, les nations de la chair, vous qui étiez dits prépuce par ladite circoncision de la chair, faite de main d’homme. Vous étiez alors sans messie, étrangers à la cité d’Israël, en dehors des pactes de la promesse, sans espoir et sans Elohîms dans l’univers.  Mais maintenant, dans le messie Iéshoua‘, vous qui étiez loin, vous êtes devenus proches, dans le sang du messie. Oui, il est notre paix, celui qui des deux a fait un, ayant aboli le mur mitoyen de la séparation, la haine, dans sa propre chair ; annulant la tora des misvot en ses ordonnances, pour que des deux soit créé en lui un seul homme nouveau par lui artisan de paix, et qu’il réconcilie les deux en un seul corps pour Elohîms, à travers la croix, tuant la haine en lui, et venant annoncer la paix, à vous, les éloignés, et la paix aux proches, parce que par lui nous avons tous deux accès à un seul souffle, vers le père. Donc, jamais plus étrangers ni métèques, mais concitoyens des hommes consacrés et de la maison d’Elohîms. Vous êtes construits sur le fondement des envoyés et des inspirés, le messie Iéshoua‘ étant lui-même la pierre angulaire, en qui toute la construction s’ajuste et croît en un temple consacré à l’Adôn ; en qui vous êtes construits ensemble, pour être la demeure d’Elohîms, dans le souffle. »

Ephésien Chapitre 3 Verset 5-7

« Aux autres générations, les fils des hommes n’en avaient pas eu la pénétration comme il est maintenant découvert aux hommes consacrés, ses envoyés, inspirés dans le souffle : les nations sont cohéritières, conjointes et coassociées de la promesse dans le messie Iéshoua‘ par l’annonce dont je suis devenu le serviteur selon le don du chérissement d’Elohîms, à moi donné par l’opération de sa puissance. »

Or le fait que dans ces versets, il nous est dit de manière simple que nous appartenons à Israël, nous ne sommes plus étrangers à la cité de Dieu, il y a un verset qui est utilisé pour prêcher l’annulation des commandements y compris le shabbat.  Quant il est dit « annulant la torah des misvot en ses ordonnances » il est sujet ici de la torah de pierre qui comme on le répète est une torah accusatrice donc de mort. Mais cela ne parle pas des commandements de Dieu qui sont inscrits le cœur de Yeshua et maintenant en nous, car annuler les commandements reviendraient à annuler les promesses à notre égard.

Ephésien Chapitre 3 Verset 17-21

« Par l’adhérence, il fait habiter le messie en vos cœurs, enracinés et fondés dans l’amour. Vous aurez ainsi la force de comprendre, avec tous les consacrés, ce qu’est la largeur, la longueur, la hauteur et la profondeur, et de pénétrer l’amour du messie au-delà de la pénétration. Ainsi vous serez remplis de toute la plénitude d’Elohîms. À celui qui peut, au-delà de tout, faire surabonder, par la puissance qui opère en nous, ce que nous demandons ou pensons, à lui la gloire, dans la communauté et dans le messie Iéshoua‘, pour toutes les générations, de pérennité en pérennité. Amen. »

Encore ce mot « consacré » qui va de pair avec la fonction du shabbat. Comment pouvons nous dissocier ce qui va si bien ensemble, c’est comme dire que le moelleux au chocolat ne va pas avec une boule de glace vanille.

Ephésien Chapitre 4 Verset 17-24

« Ceci donc, je le dis et l’atteste en l’Adôn, jamais plus ne marchez comme les goîm marchent, dans la vanité de leur esprit. Ils sont enténébrés dans leur pensée, étant étrangers à la vie d’Elohîms, à cause de l’ignorance, celle qui est en eux, à cause de la dureté de leur cœur. Ayant cessé d’être vigilants, ils s’adonnent aux désirs, aux œuvres de l’impureté, tout en cupidité. Mais vous, vous n’avez pas appris ainsi le messie, si du moins vous l’avez entendu et si vous avez été instruits en lui de ce qui est la vérité en Iéshoua‘: rejeter loin de vous l’ancienne conduite du vieil homme, corrompu en désirs de fraude, pour être rénovés au souffle de votre esprit et revêtir le nouvel homme, créé selon Elohîms dans la justice et la consécration à la vérité. »

La vanité, l’orgueil de ne pas vouloir accepter de s’être trompé concernant le shabbat et refuser de le pratiquer non pas à cause du regard des autres, mais à cause du regard de notre chair, c’est une chaine que seul Yeshua peut briser. Nous voulons parfois frauder, en contournant les commandements de Dieu qui nous impose un changement radical dans notre vie, sauf que ce que Dieu attend de notre nouvelle nature c’est que nous puissions nous consacrer à lui et ce chaque jour ainsi que le jour qu’il a décidé selon ses règles et non les nôtres.

Colossiens Chapitre 3 Verset 14-23

« Il a effacé avec ses ordonnances l’acte manuscrit, qui nous était contraire et il l’a fait disparaître en le clouant sur la croix. Il a dépouillé les principautés et les autorités et les a exposées en public en triomphant d’elles en lui. Ne laissez donc personne vous juger pour la nourriture, pour la boisson, ou à propos de fêtes, de néoménies ou de shabbat. Ce n’est que l’ombre de ce qui vient ; mais le corps, c’est le messie. Que personne ne vous disqualifie au sujet d’humiliation et de culte des messagers : celui-là, en ressassant ses visions, est vainement gonflé par la pensée de sa chair. Il ne retient pas la tête, par laquelle tout le corps, nourri et affermi par les jointures et les liens, s’accroît de l’accroissement d’Elohîms. Si vous êtes morts avec le messie aux éléments de l’univers, pourquoi, comme si vous viviez dans l’univers, êtes-vous assujettis à ses lois ? « Ne touche pas ! », « Ne goûte pas ! », « Ne prends pas ! » Tout cela, c’est la corruption d’un usage, selon les commandements et les enseignements des hommes. Cela semble être parole de sagesse ; mais cette superstition, cette humiliation, cette austérité du corps, n’est nullement un honneur pour ce qui est de la satisfaction de la chair. »

Voici un passage favori pour retirer le shabbat dans la vie du disciple de Yeshua, alors qu’au contraire celui-ci prépare celui qui pratiques les ordonnances de l’Eternel à être pris en grippe par ceux qui pratiquent les ordonnances des hommes. Dans ces versets, Paul s’adresses aux convertis qui résident dans des lieux majoritairement idolâtres, qui donc n’avaient nullement l’habitude de voir leurs citoyens pratiquer le shabbat et les fêtes à l’honneur d’Elohim avec les règles que cela implique. Tout comme les disciples de Yeshua en terre d’Israël furent pointer du doigt, Paul préparaient les convertis des nations à subir des remarques concernant leur manière de se nourrir (casher ), de s’abstenir ou se modérer par rapport à l’alcool,  et leur refus de travailler lors du shabbat des fêtes bibliques alors que normalement ce ne sont pas les coutumes du pays. Une étude concernant la nourriture est à venir selon la volonté d’Elohim, donc nous ne traiterons pas de cela.

1 Thessaloniciens Chapitre 1 Verset 3=6

« Nous nous rappelons votre œuvre d’adhérence, votre travail d’amour, votre endurance dans l’espoir, en notre Adôn Iéshoua‘ le messie, devant Elohîms, notre père. Sachant, frères bien-aimés d’Elohîms, votre élection, parce que notre annonce n’est pas restée pour vous en parole seulement, mais aussi dans le dynamisme et le souffle sacré, avec surabondance. Vous savez ce que nous sommes devenus chez vous, pour vous. Et vous êtes devenus nos imitateurs et ceux de l’Adôn, en accueillant la parole pendant la grande tribulation, avec la joie du souffle sacré. »

1 Thessaloniciens Chapitre 2 Verset 13-15

« Et ainsi nous rendons sans cesse grâces à Elohîms aussi de ce que, ayant reçu de nous la parole d’Elohîms, vous l’ayez accueillie, non comme une parole d’homme, mais pour ce qu’elle est en vérité, la parole d’Elohîms, qui agit en vous, vous qui adhérez. Oui, vous êtes devenus, frères, les imitateurs des communautés d’Elohîms qui sont en Judée, en Iéshoua‘ le messie, car vous avez souffert, vous aussi, de vos propres compatriotes, comme eux des Iehoudîm, de ceux qui ont tué l’Adôn Iéshoua‘ et les inspirés et nous ont pourchassés. Ils ne plaisent pas à Elohîms et sont à tous les hommes contraires. »

Le dynamisme est l’action engendré suite à l’écoute de la Parole qui est vivant par notre seigneur et sauveur Yeshua. Il est important que chaque disciple manifeste sa foi en Yeshua par des œuvres qui imitent les œuvres accomplit par notre seigneur Yeshua. Dans ces versets, Paul exprime sa joie face aux israélites d’Ephraïm (des nations) qui imitent leur pas qui eux-mêmes imitent Yeshua. Mettons encore plus le point sur le fait qu’il est dit que les israélites d’Ephraïm imitent les communautés en Judée, donc pratiquent bel et bien les commandements comme notre Seigneur Yeshua.

Parallèlement ce verset conforte ce que nous avons vu juste avant, concernant le verset sur le shabbat, en insistant sur le fait que les convertis des nations furent bien insultés par leurs propres compatriotes concernant leur manière de vivre qui a radicalement changer.

2 Thessaloniciens Chapitre 2 Verset 3-4

« Que personne ne vous abuse d’aucune manière, car l’apostasie doit venir d’abord, et se découvrir l’homme sans tora, le fils de la destruction, l’adversaire exalté contre tout ce qui a nom d’Elohîms ou est vénéré, de manière à s’asseoir lui-même dans le sanctuaire d’Elohîms et à montrer qu’il est lui-même Elohîms. »

2 Thessaloniciens Chapitre 2 Verset 15-17

« Donc, frères, tenez et possédez les traditions qui vous ont été enseignées soit par notre parole, soit par notre lettre. Puisse-t-il lui-même, notre Adôn Iéshoua‘, le messie, et Elohîms, notre père, qui nous a aimés et donné le réconfort pour la pérennité et le bon espoir par grâce, réconforter vos cœurs et les fortifier en toute œuvre et parole de bien. »

L’adversaire st en joie lorsque nous refusons et nous rebellons sans même le savoir contre le shabbat, car cela revient à refuser de plier le genou devant Dieu comme lui l’a fait devant nous. Tout individu qui revendique son amour pour Yeshua mais qui revendique en même temps l’annulation de la torah, se place ennemi de la Parole donc ennemi de Yeshua sans pour autant en avoir conscience. L’adversaire désire être vénéré par nous, néanmoins il est tout aussi content quand il nous guide à ne pas nous consacrer à Dieu lors du shabbat, car à cet instant il retient notre chair sur les réalités terrestres, nous éloignant des réalités invisibles.

2 Thessaloniciens Chapitre 3 Verset 6-7

« Nous vous enjoignons, frères, au nom de l’Adôn Iéshoua‘, le messie, de vous écarter de tout frère qui marche sans règle, et non selon la tradition qu’ils ont reçue de nous.  Oui, vous savez vous-mêmes comment il faut nous imiter. Nous n’avons pas été sans règle parmi vous »

Malheureusement le christianisme se heurte à un ennemi depuis des siècles, c’est le refus de l’obéissance par la mise en pratique des commandements de Dieu, créant des moutons qui court dans toutes les directions, à cause de tous les sons de cloches. Les doctrines païennes ont des règles, pensez-vous que notre Dieu Elohim est un Dieu de désordre ? Bien sure que non, chaque chose est organisé par ses soins, sa volonté, y compris le shabbat qui est un jour définit par des règles pour lui par lui.

1 Timothée Chapitre 1 Verset 1-11

« Paulos, envoyé du messie Iéshoua‘ selon un ordre d’Elohîms, notre sauveur, et du messie Iéshoua‘ notre espoir, à Timotheos, enfant véritable dans l’adhérence, grâce, chérissement et paix de la part d’Elohîms, père, et du messie Iéshoua‘, notre Adôn. Si je t’ai supplié de rester à Éphèse quand je suis parti pour la Macédoine, c’est pour que tu puisses enjoindre à certains de ne pas enseigner différemment, et de ne pas faire attention aux mythes et aux généalogies sans fin qui suscitent des discussions plutôt qu’elles ne servent l’économie d’Elohîms, celle de l’adhérence. Le but de l’injonction est l’amour jailli d’un cœur pur, d’une bonne conscience, d’une adhérence non feinte. Certains s’en sont écartés, en se détournant dans une vaine parlotte. Ils ont voulu être des enseigneurs de la tora sans réaliser ce qu’ils disent, ni ce qu’ils soutiennent.  

2 Timothée Chapitre 3 Verset 15-17

« Depuis l’enfance tu connais les lettres sacrées. Elles peuvent te rendre sage pour le salut, par l’adhérence, celle qui est au messie Iéshoua‘. Tout écrit inspiré par Elohîms est utile pour l’enseignement, pour la réfutation, pour le redressement, pour l’éducation dans la justice, afin que l’homme d’Elohîms soit accompli, muni pour toute belle œuvre. »

Cette époque était déjà un temps aux discussions concernant la généalogie, la légitimité biologique pour dire enfant de Dieu, tout comme maintenant certaines communautés vont chercher une ascendance de la tribu de Judah à tout prix pour pouvoir revendiquer leur appartenance au peuple d’Israël alors que tout simplement nous le sommes dès lors que nous acceptons Yeshua. Notre foi ne cherchera pas à être justifier par autre chose que Yeshua si elle est réelle et sincère. Croire que le sang de Yeshua n’est pas suffisant, c’est tout simplement ne pas croire du tout.

Avoir la connaissance de la Parole de Dieu, y compris tous les commandements ainsi qu’ordonnances qui la composent c’est avoir le contenant mais le contenu le plus important c’est Yeshua qui le donne par le souffle, l’esprit Saint pour façonner notre esprit à marcher dans l’amour et l’obéissance.

2 Thessaloniciens Chapitre 4 Verset 3-4

« Oui, le temps viendra où la doctrine sacrée ne sera plus reçue, mais, selon leurs propres désirs, ils s’ajouteront des maîtres pour leur chatouiller l’ouïe ; ils détourneront l’ouïe loin de la vérité, mais ils retourneront vers les mythes. »

 Le dit « ancien » testament n’est que très peu aimé de par la multitude d’ordonnances qui font peur à nos yeux d’hommes et à notre cœur qui se remémore la torah de pierre. C’est pour cela que de nombreux hommes de Dieu, prêchent ce qui est facile et accepté par la chair, afin de ne pas contrarier l’assemblée qui se trouve en face. Cependant ce n’est pas ce que Yeshua a fait, il savait partager la Vérité sans alourdir les cœurs de ceux qui écoutent.

Titus Chapitre 2 Verset 14

« Il s’est donné lui-même pour nous, pour nous racheter de toute non-tora, et purifier un peuple qu’il s’est personnellement acquis, zélé pour les belles œuvres. »

Titus Chapitre 3 Verset 4-9

« Mais quand la bienveillance et la bonté d’Elohîms, notre sauveur, sont apparues, il nous a sauvés non par des œuvres que nous aurions faites en justice, mais selon son chérissement, par le bain de régénérescence et la rénovation du souffle sacré. Il l’a répandu sur nous avec richesse, par Iéshoua‘ le messie, notre sauveur, pour que, justifiés par son chérissement, nous devenions héritiers, selon l’espoir de la vie en pérennité. C’est parole d’adhérence, et en cela je désire que tu sois ferme, pour que ceux qui adhèrent à Elohîms pensent à exceller dans les belles œuvres ; cela est beau et utile aux hommes. Mais les folles discussions, généalogies, querelles, disputes sur la tora, fuis-les : oui, elles sont inutiles et vaines. »

Yeshua a inscrit la torah de chair en nous afin que nous puissions vivre par elle, qui est lui, et ce de manière à ne plus vivre sans la torah de notre Elohim, qui a pour but de nous permettre d’être les instruments de Dieu sur cette terre.

Lettres aux hébreux Chapitre 4 Verset 1-13

« Frémissons donc, tant que la promesse d’entrer dans son repos subsiste, que quelqu’un parmi vous n’y manque. Oui, nous avons reçu l’annonce comme eux-mêmes aussi, mais la parole de l’Entendre n’a pas profité à ceux qui l’entendirent sans l’unir à l’adhérence. Oui, nous entrons dans le repos, nous qui adhérons, comme il l’a dit : « Aussi j’ai juré dans ma brûlure qu’ils n’entreraient pas dans mon repos. » Pourtant ses œuvres étaient achevées depuis la fondation de l’univers. Oui, il l’a dit quelque part au sujet du septième jour : « Elohîms s’est reposé le septième jour de toutes ses œuvres. » Et en ceci encore : « S’ils entraient dans mon repos… » Ainsi donc, il reste ceci : quelques-uns sont entrés en lui ; mais ceux qui avaient reçu d’abord le message ne sont pas entrés, à cause de la rébellion. Et de nouveau il définit un certain jour : « Aujourd’hui », en disant par David, comme il avait été dit auparavant : « Aujourd’hui, si vous entendez sa voix, n’endurcissez pas vos cœurs. » Oui, si Iéshoua‘ leur avait assuré le repos, il ne parlerait plus, après cela, d’un autre jour. Donc le shabbat est laissé au peuple d’Elohîms. Oui, celui qui entre dans son repos se repose lui-même aussi de ses œuvres, comme Elohîms des siennes. Hâtons-nous donc d’entrer dans ce repos, pour que personne ne tombe dans le même exemple de rébellion ! Oui, la parole d’Elohîms est vivante, énergique, plus tranchante que toute épée double bouche. Elle pénètre jusqu’à diviser l’être et le souffle, les articulations et les moelles. Elle juge les désirs et les intentions du cœur. Il n’est pas de créature non manifestée devant elle : tout est nu, saisi au col, devant ses yeux, lui dont la parole est à nous. »

Ceux du désert, qui n’ont pas connu Yeshua n’ont pas pu connaitre le repos lors du shabbat car ils ne vivaient pas selon la torah de chair en notre sauveur Yeshua et avaient endurcit leurs cœurs. Le shabbat est pour le peuple d’Elohim afin que nous soyons avec lui, et cela est possible « aujourd’hui » grâce à Yeshua, pour nous ressourcer avec le Père. Ce repos physique aux valeurs spirituelles impose à notre chair une soumission complète en privilégiant la volonté de Dieu au lieu de nos tâches quotidiennes. Le shabbat fait naitre en nous le réconfort de la semaine passée et la force pour la semaine à venir, en nous remplissant de l’amour de notre seigneur Yeshua qui nous permet de nous présenter devant le Père.

Lettres aux hébreux Chapitre 9 Verset 7-

« Car si le premier pacte avait été irréprochable, il n’y aurait pas lieu d’en chercher un deuxième. Mais c’est en les blâmant qu’il a dit: « Voici, les jours viennent, harangue de IHVH-Adonaï, je trancherai avec la maison d’Israël et avec la maison de Iehouda un pacte neuf;

non pas selon le pacte que j’ai tranché avec leurs pères, le jour où j’ai saisi leur main pour les faire sortir de la terre de Misraîm; mais puisqu’ils ne sont pas demeurés dans mon pacte, moi aussi je les ai abandonnés, dit IHVH-Adonaï. Voici le pacte que je trancherai avec la maison d’Israël après ces jours, harangue de IHVH-Adonaï, en donnant mes toras dans leur intelligence. Je les écrirai sur leur cœur; je serai à eux pour Elohîms, et ils seront à moi pour peuple. Ils n’auront plus à enseigner chacun son concitoyen, chacun son frère, en disant : ‹ Pénètre IHVH-Adonaï ›, parce que tous me pénétreront, du plus petit au plus grand d’entre eux, parce que je serai apaisé à l’endroit de leurs injustices, je ne mémoriserai plus leurs fautes. » Quand il dit : « Neuf », il fait devenir vieux le premier. Or, ce qui devient ancien et vétuste est proche de la disparition. »

Encore une fois, il est question de la torah en pierre contre la torah de chair. La différence est simple et pourtant elle change tout, car elle apporte le changement en l’Homme grâce au fils de l’Homme. Yeshua étant la Parole en chair, vit en celui qui adhère en lui, et lui donne pour cœur la torah de chair, qui n’est ni plus ni moins que le cœur de Yeshua sur lequel est inscrit la torah d’Elohim. De ce fait la torah en pierre est brisé pour ce qui ne peut être brisé, la torah de chair en Yeshua notre sauveur. Il n’est pas ici dit que la loi est abolie, mais que la loi est dorénavant vivante tout en chair, tout en nous.

Lettres aux hébreux Chapitre 9

« Selon la tora, précisément, tout est purifié dans le sang, et sans effusion de sang il n’advient pas de rémission. La nécessité étant donc que les figurations des ciels soient purifiées par ces gestes, elles-mêmes, les réalités célestes, doivent l’être par de meilleurs sacrifices que ceux-là. Non, le messie n’est pas entré dans un sanctuaire fait par la main, image des réalités vraies, mais dans le ciel lui-même, afin de paraître maintenant pour nous en face d’Elohîms. Et non pas qu’il doive s’offrir lui-même plusieurs fois, comme le grand desservant, qui entre dans le sanctuaire chaque année avec un sang étranger. Autrement, il lui aurait alors fallu souffrir plusieurs fois depuis la fondation de l’univers. Mais il s’est manifesté une seule fois à l’accomplissement des ères pour l’annulation de la faute par son propre sacrifice.  Et comme il appartient aux hommes de mourir une seule fois ­ et c’est ensuite le jugement ­, de même le messie a été offert une seule fois pour porter les fautes de beaucoup ; mais il apparaîtra une deuxième fois, sans nulle faute, à ceux qui l’attendent pour le salut. »

Lettres aux hébreux Chapitre 10 Verset 1

« Oui, la tora à l’ombre des biens à venir, mais non l’icône des réalités elles-mêmes. »

Le shabbat est une réalité visible qui est engendré par l’invisible car elle n’est pour l’instant que l’ombre de ce que nous ferons pour l’éternité auprès du Père, c’est-à-dire être consacré à lui. Yeshua est la torah de chair qui nous permet de vivre le shabbat qui nous permet d’Honorer le Père.

Lettres aux hébreux Chapitre 10 Verset 16-18

« Voici le pacte que je trancherai avec eux après ces jours, harangue de IHVH-Adonaï : en donnant mes toras sur leur cœur, je les inscrirai sur leur intelligence. Leurs fautes, leur être sans tora, je ne le mémoriserai plus. » Ainsi, là où il y a rémission, il n’est plus d’offrande pour les fautes. »

Notre ancien « nous » qui ne respectait nullement la torah, n’existe plus. Notre nouvelle identité en Christ, avec un cœur nouveau, nous permet de recommencer les choses proprement du mieux que nous pouvons pour apprendre à nous consacrer au Père selon sa volonté. Le shabbat fait partie de sa volonté.

Epitre de Jacques Chapitre 1 Verset 22-25

« Devenez les réalisateurs de la parole, et pas seulement des entendeurs qui s’illusionnent eux-mêmes. Si quelqu’un est un entendeur de la parole et non un réalisateur, il ressemble à un homme qui observe le visage de sa genèse dans un miroir : il s’observe lui-même, et part en oubliant comment il était. Mais celui qui contemple la tora parfaite ­ celle de la liberté ­ s’y attache, en ne devenant pas un entendeur oublieux, mais un réalisateur de l’œuvre, il est en marche, celui-là, vers sa réalisation. »

Epitre de Jacques Chapitre 2 Verset 17-24

« Ainsi l’adhérence sans les œuvres est morte d’elle-même. Mais quelqu’un dira : « Tu as l’adhérence, et moi j’ai les œuvres », montre-moi ton adhérence sans les œuvres, et moi, je te montrerai mon adhérence par mes œuvres. Tu adhères à ce qu’Elohîms est un ? Tu fais bien ! Les démons aussi adhèrent et frissonnent ! Veux-tu connaître, homme vain, que l’adhérence sans les œuvres est stérile ? Abrahâm, notre père, n’a-t-il pas été justifié par les œuvres, en offrant Is’hac, son fils, sur l’autel ? Tu vois que l’adhérence coopérait avec ses œuvres, et que par les œuvres l’adhérence était parfaite. Ainsi s’accomplissait l’Écrit disant : « Abrahâm a adhéré à IHVH-Adonaï ; il le lui a compté en justification, et il a été appelé l’ami d’Elohîms. » Vous voyez qu’un homme est justifié par les œuvres, et pas seulement par l’adhérence. »

1 Epitre de Pierre Chapitre 2 Verset 9-12

« Mais vous, semence choisie, sacerdoce royal, nation consacrée, peuple acquis pour que vous proclamiez les louanges de qui vous appelle des ténèbres à son admirable lumière ; vous qui étiez autrefois un non-peuple, vous êtes maintenant le peuple d’Elohîms ; vous, les non-matriciés, vous êtes maintenant matriciés. Aimés, je vous exhorte comme des métèques et des voyageurs, à vous abstenir des désirs charnels qui guerroient contre l’être. Ayez belle conduite parmi les goîm, pour que, alors qu’ils vous décrivent comme malfaiteurs, ils puissent observer vos œuvres belles et glorifient Elohîms au jour de la visite. »

La Parole est vivante en notre Yeshua, et nous devons la vivre comme il a vécu. La métaphore du miroir est simple et efficace, car nous sommes nombreux à agir de cette manière. Autre exemple, enclin d’humour, imaginez un ami vous dit que vous avez du papier toilette accroché à votre chaussure, vous regardez, vous dites « oh merci beaucoup, c’est gentil » et après vous continuez à marcher en oubliant le papier toilette. Cependant en toute estime de soi, vous penseriez à retirer le papier toilette car cela affecte votre personne, sauf que lorsque nous ne pratiquons pas les œuvres que Dieu demande, nous l’affectons lui. Un disciple de Yeshua, s’il ne parle pas, peut être reconnu par son comportement, sa manière de réagir aux situations, sa manière de parler, et d’agir à l’égard de son prochain. Et tout cela s’appelle des œuvres qui sont engendré par la foi en notre seigneur et sauveur Yeshua.

Soyez rassuré que s’il y a bien une chose parmi plusieurs que ne pratiquent pas les démons bien qu’ils croient en Yeshua, c’est le shabbat, pourquoi ? Parce que se consacrer à Elohim ne leur est pas permit et ils ont cela en dégout, que de consacrer une journée à autre chose que leurs petites personnes.

1 Epitre de Pierre Chapitre 1 Verset 14-16

« Comme des enfants d’obéissance, ne vous conformez pas aux désirs de jadis, dans votre ignorance. Soyez consacrés de toute manière, comme il est consacré, celui qui vous a appelés, parce qu’il est écrit : « Soyez consacrés, parce que, moi, je suis consacré. »

Toute la semaine Dieu se consacre à nous pour nous accompagner dans nos tâches quotidiennes, notre travail, notre foyer, nos relations, nos activités. Il est de notre amour, reconnaissance à son égard, de lui consacrer la journée QU’IL désire pour lui afin de l’honorer complètement en corps et en esprit.

2 Epitre de Pierre Chapitre 3 Verset 10-18

« Mais il vient, le jour de IHVH-Adonaï, comme un voleur. Alors les ciels passeront dans un sifflement, les éléments embrasés seront détruits, la terre et ses travaux sur elle découverts. Tout cela devant être ainsi détruit. Combien vous faut-il être consacrés et fervents dans votre conduite, vous qui attendez et précipitez l’avènement du jour d’Elohîms, où les ciels en feu seront détruits, où les éléments embrasés fondront ! Mais de nouveaux ciels, une nouvelle terre, où la justice habite, nous les attendons, selon sa promesse.  Aussi, aimés, attendant cela, hâtez-vous, sans tache, sans souillure, pour être trouvés par lui en paix. Estimez la patience salvatrice de notre Adôn, comme notre frère aimé, Paulos, selon la sagesse à lui donnée, vous l’a déjà écrit, comme aussi dans toutes les lettres où il parle de cela. Certains passages en sont difficiles à comprendre ; les non-instruits et les instables les distordent, comme d’ailleurs le reste des Écrits, pour leur propre ruine. Vous voici donc prévenus, aimés. Gardez-vous d’être entraînés par les errements des hors-la-loi à déchoir de votre propre stabilité. Croissez dans le chérissement et la pénétration de notre Adôn et sauveur Iéshoua‘, le messie. À lui la gloire, maintenant et au jour de la pérennité ! Amen ! »

La consécration est grande fonction pour un disciple de Yeshua car nous sommes nés pour accomplir cela à l’égard de notre Elohim. Bien évidemment que la consécration lors du shabbat peut en dérouter plus d’un surtout lorsque cela nous est complètement inconnu mais sachez que le shabbat était ami de notre seigneur Yeshua, donc il le sera de même pour nous. La discipline qui entoure le shabbat apporte un caractère d’obéissance en plus à notre affermissement dans la foi en Yeshua, et une stabilité nécessaire à notre corps et esprit. Dieu connait les maux dont nous pouvons souffrir par le surmenage d’une semaine active, c’est pour cela qu’il prend soin de nous encore plus le 7ème jour qui est le shabbat.

Epitre de Jean Chapitre 2 Verset 5-8

« Mais celui qui garde sa parole en vérité, en cet homme l’amour d’Elohîms est parfait. En ceci nous pénétrons que nous sommes en lui. Celui qui dit demeurer en lui doit marcher comme lui-même a marché. Aimés, ce n’est pas une nouvelle mitsva que je vous écris mais une mitsva ancienne, que vous avez dès l’entête. Cette mitsva ancienne, c’est la parole que vous avez entendue. Néanmoins c’est une mitsva nouvelle que je vous écris, qui était vraie pour lui comme pour vous, puisque la ténèbre passe et que la vraie lumière déjà brille. »

Epitre de Jean Chapitre 5 Verset 1-4

« Quiconque adhère à: « Iéshoua‘ est le messie » est né d’Elohîms. Quiconque aime l’engendreur aime aussi celui qu’il a engendré. En ceci nous pénétrons que nous aimons les enfants d’Elohîms, quand nous aimons Elohîms et que nous faisons ses misvot. Oui, tel est l’amour d’Elohîms : garder ses misvot. Et ses misvot ne sont pas pesantes, puisque tout ce qui naît d’Elohîms triomphe de l’univers. Et voici la victoire qui a vaincu l’univers : notre adhérence. »

Imiter Yeshua, c’est notre fonction en tant que disciple de Yeshua, marcher comme il a marché, garder les commandements d’Elohim par amour comme il les a gardés par amour. L’Amour était présent dès le commencement, mais sa mise en lumière fut en notre Yeshua, qui par sa lumière a mit la lumière sur les commandements de Dieu afin que les yeux de notre âme puissent les contempler et les méditer jour et nuit. Les commandements de Dieu ne sont plus pesants car ils ne sont en pierre mais en chair à l’intérieur de nous. Yeshua porte chacun des commandements pour nous afin qu’ils nous soient légers et accessibles.

Apocalypse Chapitre 12 Verset 17-18

« Le dragon brûle contre la femme. Il s’en va faire la guerre au reste de sa semence, ceux qui gardent les misvot d’Elohîms et qui ont le témoignage de Iéshoua‘. Il se tient sur le sable de la mer. »

Apocalypse Chapitre 22 Verset 16

« Moi, Iéshoua‘, j’ai envoyé mon messager pour témoigner, à vous, de cela pour les communautés. Je suis la racine et la semence de David, l’étoile resplendissante du matin. »

Le monde, la société, les gens, prendront en haine ceux qui gardent les commandements d’Elohim qui seront traités d’anciens et de prescrit, tout comme notre foi en Yeshua sera perçu comme une faiblesse, néanmoins nous devons comprendre que Yeshua, nous avons la victoire sur nos ennemis. Yeshua est celui qui nous justifie, et notre foi en lui doit se manifester par une obéissance aux commandements comme le shabbat, même si cela veut dire « être rejeter » par le monde et même par vos propres dit « frères et sœurs ».

Petite aparté : Paul n’a pas fait sortir les croyants Gentils de la synagogue afin de créer des « Eglises ». Ils ont continué à se rencontrer dans les synagogues (sauf lorsqu’ils furent empêchés lors des persécutions par les Juifs non-messianiques) comme un seul corps dans le Messie. Ce point de vue est en harmonie avec les épîtres pauliniennes où Paul s’adressait aux croyants juifs (Romains 2:17-29; 7:1) tandis que d’autres fois, il s’adressait aux croyants non-juifs (Romains 11:13). Le livre des Actes nous apprend que Paul a établi des congrégations de juifs et non-juifs qui participaient déjà activement dans la synagogue. En outre, ils étaient des croyants qui étaient liés les uns aux autres dans les communautés basées sur la Torah comme un seul corps en Christ (Actes 15:13-21; Ephésiens 2 : 1-3 :21).

IV. POINT Histoire et Politique autour du Shabbat VERSUS le dimanche

Voici une étude de Tony Robinson : Deux événements historiques importants, la première (66-70 ap. J-C) et la deuxième (133-135 ap. J-C) révoltes juives contre Rome, ont modifié l’équilibre entre le nombre de croyants juifs et des croyants païens dans le corps du Messie. En outre, d’autres facteurs ont convergé pour provoquer les croyants Gentils à se séparer de leurs racines hébraïques et de la synagogue, concernant l’Eglise de l’Occident. Ces événements sont les suivants:

1. L’afflux de plus de païens convertis que de juifs convertis

2. La destruction de Jérusalem, du temple et du judaïsme traditionnel

3. Les expulsions des Juifs de Rome et de la Judée

4. L’antagonisme entre le judaïsme traditionnel et les croyants messianiques

 5. La bataille de plus en plus grandissante entre le judaïsme traditionnel et des croyants Gentils de plus en plus nombreux.

Ayant déjà vu comment le rejet de la Torah a conduit les croyants Gentils à rejeter les croyants messianiques, le rejet de la Torah conduit à des schismes au sein de l’Eglise des premiers chrétiens alors qu’ils tentaient de régler les problèmes du shabbat et le respect des fêtes de l’Eternel.

Beaucoup dans l’Eglise présument que des pratiques telles que le culte du dimanche et la célébration de Pâques, etc. existent depuis le livre des Actes. En outre, beaucoup pensent que les Jours Saints Bibliques n’ont jamais été une  forme valable de culte chrétien. Cependant, quand on examine l’histoire de l’Église, nous trouvons une image totalement différente. Quand nous retournons dans le temps, approchant de l’époque où les premiers croyants des nations se sont séparés des croyants messianiques, nous découvrons que les premières assemblées en Christ des nations adoraient le jour du shabbat et gardaient les Jours Saints Bibliques. De nombreux historiens chrétiens et non chrétiens de la période de l’ante et du post-Nicée, nous ont laissé une multitude d’informations concernant les pratiques et les croyances des assemblées des premiers chrétiens.

Il est un fait que les premières églises primitives continuaient à se réunir le jour du shabbat. Commentant sur les variations concernant les assemblées religieuses au sein de l’église chrétienne, Socrate le Scolastique écrit:

«Car, bien que presque toutes les églises à travers le monde célèbrent les mystères sacrés le jour du sabbat de chaque semaine, néanmoins les chrétiens d’Alexandrie et de Rome, en raison d’une tradition ancienne, ont cessé de le faire. » 

Cette tradition« ancienne »dont parle Socrate a été lancée au début du IIe siècle à Rome et à Alexandrie, les premières assemblées en Christ des nations ont rompu la tradition de la réunion le jour du sabbat. Pour comprendre leur raisonnement, il y a les écrits d’Ignace d’Antioche, Justin Martyr et la lettre de Barnabé, tous les écrits de la première moitié du deuxième siècle. Ignace (environ 98-117 CE) avertit :

« les tendances judaïsantes de son territoire, qui … ont subi les influences de la synagogue et des judéos-chrétiens [croyants messianiques juifs]. »

De plus, Ignace écrit: « Car si maintenant encore nous vivons selon la loi juive, nous avouons que nous n’avons pas reçu la grâce » Ignace continue à reprocher spécifiquement aux Gentils de participer au Shabbat, « à la manière juive », les exhortant à « observer le sabbat d’une manière spirituelle … pas à la détente du corps… et non à manger des choses préparées la veille… » Le fait qu’Ignace ait senti la nécessité d’écrire ces reproches démontre que les premiers gentils étaient prédisposés à la pratique du shabbat selon la torah. En outre, il est l’un des premiers exemples extrabibliques d’un conflit naissant concernant les questions de l’obéissance de la Torah parmi les Gentils. Enfin, il montre un antagonisme développant à des choses considérées comme «juives».

De toute évidence, cette banalisation du shabbat était acceptable puisque l’Eglise Romaine de l’Occident avait déjà un autre jour de culte. Dans une tentative de définir les gentils comme distincts des Juifs en Yeshua (à l’empereur Antonin le Pieux), Justin déclare : « Si nous nous rassemblons le jour du soleil, c’est parce que ce jour est celui où Dieu, tirant la matière des ténèbres, commença à créer le monde, et aussi celui où Jésus-Christ notre Sauveur ressuscita d’entre les morts; car les Juifs le crucifièrent la veille du jour de Saturne, et le lendemain de ce jour, c’est-à-dire le jour du soleil, il apparut à ses disciples, et leur enseigna ce que nous avons livré à vos méditations ».

(note : le jour du soleil = dimanche) En effet, Justin a fourni trois principales raisons pour lesquelles les Gentils de l’Eglise Romaine de l’Occident se réunissaient le dimanche :

1) pour commémorer le premier jour de la création où l’Eternel a transformé les ténèbres en lumière,

2) parce que Yéchoua est ressuscité le dimanche, et

3) parce que le huitième jour, était plus mystérieux que le septième jour.

La plupart des croyants ne connaissent que l’histoire de l’Église Romaine d’Occident, qui donna finalement naissance au catholicisme romain et au protestantisme. Peu sont conscients qu’il y avait une scission entre l’Eglise officielle d’Orient et d’Occident donnant lieu à deux développements distincts de l’expression du Croyant en Yeshua. Bien que la répartition officielle eut lieu en 1054 après J-C, l’une des causes initiales de l’animosité et de la division éventuelle la plus importante entre les Eglises d’Orient et d’Occident a commencé au milieu du deuxième siècle de notre ère.

En dernière analyse, les mots de Constantin résument la raison pour laquelle l’Eglise Romaine d’Occident a choisi de changer

«… Il apparait pour nous que nous n’avons rien de commun avec les Juifs perfides».

Le dimanche est le jour instauré par l’Occident pour se différencier des juifs croyants en Yeshua, alors que Yeshua est mort pour notre unification en son nom.

Plus exactement, l’empereur Constantin instaure le dimanche comme jour férié légal de l’empire romain, ce qui coïncide avec le jour du Dieu solaire que les populations païennes de l’époque adoraient. Constantin suite à sa conversion, qui fut d’abord un acte réfléchi politique pour obtenir davantage de pouvoir et surtout le conserver

Décret de l’empereur Constantin Ier, le 7 mars 321: « Au jour vénérable du soleil, que les magistrats et les habitants se reposent et que tous les ateliers soient fermés ». Selon Paul Veyne, Constantin utilisa la notion de justitium, bien connue du droit public romain, pour imposer à l’empire encore très majoritairement païen le repos dominical chrétien sans pour autant déranger les cultes païens. Cela s’appelle un COMPROMIS.

Du fait que le dies solis coïncidait aussi avec le jour de la résurrection du Mashiah, il établissait, par ce décret, une conciliation entre les deux principales religions de Rome et de l’empire :cette démarche s’inscrivait bien dans l’esprit de l’Édit de Milan (313) considéré comme un véritable édit de tolérance.  Cela rappelle étrangement la notion d’œcuménisme n’est-ce pas ?

Néanmoins, certains chrétiens restèrent fidèles au Shabbat divin. Après les persécutions, car beaucoup furent tués, massacrés, les controverses se perpétuèrent entre croyants du même Dieu. Les divergences majeures : si le Mashiah (Christ) est Seigneur, le jour de sa résurrection est bien un jour du Seigneur. Le jour du Seigneur dans la Torah désigne le jour de son retour en gloire à la fin de ce monde pour établir son royaume éternel et non un jour de la semaine (1 Th 5.2; Ac 2.20; 2 Pi 3.10; Ap 1.10). Jean fut transporté par l’Esprit en ce jour glorieux comme Paul fut ravi au troisième ciel lors d’une vision (2 Co 12.2). Certains pères ont voulu créer une rupture forte par rapport au judaïsme et la polémique contre le Shabbat s’inscrit dans une politique plus large d’abandon des fêtes juives, de la convocation sainte du shabbat..


L’empereur romain Constantin Ier, converti au christianisme, appréciait également le culte solaire. Il adopte le dimanche comme jour de repos dans l’Empire romain par décret, le 7 mars 321. Ainsi le jour du soleil chez les romains devient le jour du seigneur. Samuele Bacchiocchi montre l’importance du culte solaire dans le choix du dimanche.

En 364, le Concile de Laodicée interdit aux croyants de judaïser en observant le Shabbat sous peine d’anathème.

Voici également Stephen Keenan, A Doctrinal Catechism, p. 174 : « Question : Pouvez-vous prouver que l’Eglise a le pouvoir d’instituer des préceptes solennels ? « Réponse : Si elle n’avait pas un tel pouvoir, elle n’aurait pu faire ce que tous les religieux modernes acceptent avec elle – elle n’aurait pas pu substituer l’observance du dimanche, qui est le premier jour de la semaine, à celle du samedi, le septième jour, un changement que les Ecritures n’autorisent pas… « Question : Lorsque les protestants rendirent profane le samedi […] se basaient-ils sur les Ecritures comme seule source de croyance… ? « Réponse : Au contraire, ils n’avaient que l’autorité de la tradition pour agir ainsi. En rendant le samedi profane, ils violent l’un des commandements que Dieu n’a jamais annulés : « Souviens-toi du jour du repos pour le sanctifier. »

Si ce jour n’avait jamais été modifié par Constantin, la société continuerait d’honorer le shabbat, et cela serait perçu comme normal étant « prêché » par la société.

Le rejet de la Torah de chair donc Yeshua a conduit l’Église Romaine d’Occident à rejeter le peuple juif et à se séparer des croyants juifs dans le Messie. Cela est une information dont nous entendons peu parler, ou tout simplement cela nous arrange d’être à l’écart des branches naturelles pour se dédouaner de notre devoir d’obéissance soit de la pratique des commandements divins.

CONCLUSION

Le shabbat est refusé sous plusieurs prétextes, comme celui que nous ne sommes pas juifs, nous ne sommes plus sous la loi, le shabbat est un chose ancien qui n’apporte rien, spirituellement Yeshua nous apporte, ou encore le fait que nous soyons libres de choisir l jour pour rendre culte à Dieu.

Nous sommes effectivement libres de rendre un culte d’adoration à Dieu n’importe quels jours de la semaine, sans conditions de jours pour adorer.

Le shabbat ce n’est pas un culte d’adoration, c’est un jour de consécration corps, âme et esprit, dont l’importance de préparer toutes nourriture la veille, de nettoyer sa maison pour ne pas avoir à le faire, se couper des préoccupations quotidiennes et refuser de faire selon nos propres désirs. Nous avons le droit de choisir nos jours d’adorations, et de jeunes, mais DIEU a aussi et tout autant le droit de choisir le Jour durant lequel il veut que nous lui soyons complètement dévoué. Tout au long de cette longue étude, nous avons vu que Yeshua notre maitre pratiquait ce jour pour partager la Parole, l’enseigner et tout simplement partager l’amour avec le plus grand nombre. Le jour du shabbat est un jour de joie, de fête, un jour pour se réunir chaque semaine en famille pour avoir au centre de la table Yeshua notre Seigneur. Le shabbat a de la valeur car c’est Dieu lui-même qui a choisi ce jour et qui l’a béni. Si Dieu a béni ce jour, c’est qu’en ce jour sain il y a des choses spirituelles qui se passent que nos yeux de chair ne voient pas, mais notre âme, elle voit.

Nous sommes un Peuple, le peuple d’Israël, car nous sommes les branches d’un seul arbre dont Yeshua est la racine. Ce jour saint réunit la semence d’Abraham, et nous sommes la semence d’Abraham par le nom glorieux de Yeshua.

Le shabbat est un commandement de la torah de chair en Yeshua, et cette torah qui vit en nous, donne la vie. Le shabbat n’est pas un jour qui va vous justifier auprès du Père. Car nous avons Yeshua pour cela. Le shabbat est le jour que Dieu a choisit pour que nous manifestions notre dévotion tout à lui pendant une journée.

Dieu a établi ce jour pour nous ressourcer de nos épreuves de la semaine et pour nous préparer à la suivante. Nous voulons toujours être celui ou celle qui choisit sauf qu’en tant qu’enfant de Dieu, c’est notre Père qui choisit, et ce jour il l’a choisi.

Mes sœurs et frères, cette étude était longue afin de pouvoir expliquer les racines de ce jour, et la valeur que Dieu lui porte. Au début de ma conversion, mon adoration était le dimanche, puis après j’ai étudié et j’ai pris connaissance du shabbat. Lorsque je le vivais au début cela était bizarre pour ma chair, mais par le Saint Esprit, j’attend ce jour avec impatience chaque semaine, car je sais que je pourrais être dédiée à Elohim pendant une journée sans penser à mes finances, à mon travail, aux diverses tâches à effectuer etc.…Cela permet aussi de se réunir en famille, entre amis, entre voisins toutes les semaines pour partager le pain , le repas avec pour centre de table La torah en notre Yeshua. Même c’est un jour qui par notre disponibilité nous permet d’ouvrir nos portes à ceux mêmes que l’on ne connait pas pour leur partager le pain. C’est un jour de repos que Dieu nous offre, pourquoi refuser ? Votre patron vous offrirait un jour de congé, vous le prendriez n’est-ce-pas ?

Que le saint Esprit vous guide par cette étude à vous poser les bonnes questions, et dispose votre cœur à vivre une foi qui s’appuie sur la torah de chair qu’est notre Yeshua, engendrant alors l’obéissance selon les commandements de notre Elohim.

PS*celui qui n’adhère pas au shabbat ne doit pas vous empêcher de vouloir vous consacrer à Elohim car lui-même se place comme étant un obstacle dans le plan de Dieu pour vous.

%d blogueurs aiment cette page :