Avant de dormir, petit temps de lecture avec Dieu, PSAUME 51

Aujourd’hui, nous allons pour poursuivre en lecture du soir, le Psaume 51 qui je pense reflète l’exactitude de nos journées, car pendant la journée nous commettons des fautes qui attristent le cœur de notre Elohim. Nous devons alors pendant la prière du soir, nous repentir de l’ensemble de nos péchés, et le fait de lire ce psaume prépare notre esprit à la repentance pour la prière qui suivra.

Analysons avec un peu plus de détail le psaume 51

Verset

« 51,3 Prends-moi en pitié, ô Dieu, dans la mesure de ta bonté ; selon la grandeur de ta clémence, efface mes fautes. »

Reconnaitre tout d’abord qu’Elohim est miséricorde car sa bonté n’a point d’égale, nous rappelle à quel point nous ne méritons pas son Pardon et pourtant il nous l’accorde dans le nom puissant de Yeshua. Effacer, c’est par définition même faire disparaitre sans laisser de traces, cela équivaut à demander à Dieu d’oublier nos fautes.

Versets

« 51,4 Lave-moi à grandes eaux de mon iniquité, purifie-moi de mon péché.

51,5 Car je reconnais mes fautes, et mon péché est sans cesse sous mes regards. »

Bien que le baptême ne se fasse qu’une fois dans une vie, le souvenir d’avoir été baptisé dans le nom glorieux du Père, du Fils et du Saint Esprit, doit nous rappeler que nous sommes délivrés du joug du péché et de la mort.

Dans ce verset, nous demandons à notre Elohim, de purifier notre esprit, nos os de toutes souillures de la journée afin de ne pas laisser pousser pendant la nuit les racines du mal que nous avons semé la journée. Pour cela nous devons reconnaitre, faire face à nos fautes devant le Tout Puissant qui lui connait déjà toutes choses. C’est l’acte de se repentir d’un cœur humble et sincère qui adoucit le cœur de notre Elohim. De plus lorsque que le Saint Esprit nous convainc du péché, nous sommes tellement envahis par cette notion d’avoir blesser notre Créateur, notre prochain et nous-mêmes que nous ne pouvons que déposer le fardeau de nos fautes à ses pieds, tant ça en devient lourd pour notre esprit.

Verset 51,6

« Contre toi seul j’ai failli, j’ai fait ce qui est mal à tes yeux ; ainsi tu serais équitable dans ton arrêt, tu aurais le droit pour toi en me condamnant. »

Là nous admettons avec humilité, que nous sommes dépendants du bon vouloir de notre Elohim, de sa volonté, et nous comprenons alors la valeur de sa grâce dans nos vies. En plus de cela, nous pouvoir comprendre en ce verset que notre El Shaddai a le regard posé sur nous sans cesse, et qu’il est témoin du mal que nous faisons ou pensons même lorsque nous pensons n’être point vue des Hommes.

Verset 51,7

« Mais, en vérité, j’ai été enfanté dans l’iniquité, et c’est dans le péché que ma mère m’a conçu. »

Nous rappelons à Dieu et surtout à nous même que nous ne sommes que pêcheur et ce depuis le ventre de notre mère, et qu’il n’y a point de bon en nous, si nous ne le laissons pas vivre à travers nous.

Verset

« 51,8 Or, toi tu exiges la vérité dans le secret des cœurs, dans mon fort intime tu m’enseignes la sagesse. »

Exiger, c’est rendre quelque chose obligatoire. De ce fait selon notre Elohim, il est obligatoire de se présenter devant lui avec vérité de cœur sans lui cacher quoique ce soit, car c’est par cette acte de vérité qu’est la repentance, que notre Seigneur nous enseigne ensuite la sagesse pour agir selon sa Parole.

Versets

 « 51,9 Puisses-tu me purifier avec l’hysope, pour que je sois pur ! Puisses-tu me laver, pour que je sois plus blanc que neige !

51,10 Puisses-tu me faire entendre des accents d’allégresse et de joie, afin que ces membres que tu as broyés retrouvent leur joyeux entrain ! »

Lorsque nous nous repentons devant le trône de l’Eternel, nous devons rechercher à être purifier par sou souffle saint, par le nom glorieux et libérateur de Yeshua. Nous devons pour donner suite à cette recherche de sainteté, repartir avec un cœur propre et disposé à craindre, à aimer et à obéir à Notre Père Céleste.

Puis, dans ce verset, nous prenons pleinement conscience que le brisement est nécessaire dans notre marche spirituelle, afin de pouvoir ensuite être en joie pour la guérison qu’il nous apporte, cette même guérison qui nous rend meilleur qu’avant notre brisement. Nous devons nous réjouir d’être corrigé, d’être réprimandé, d’être éprouvé par le Roi des Rois, car cela est signe que notre Père est attentif à ceux qui le désir.

Versets

« 51,11 Détourne ton visage de mes péchés, efface toutes mes iniquités.

51,12 O Dieu, crée en moi un cœur pur, et fais renaître dans mon sein un esprit droit.

51,13 Ne me rejette pas de devant ta face, ne me retire pas ta sainte inspiration.

51,14 Rends-moi la pleine joie de ton secours, et soutiens-moi avec ton esprit magnanime. »

Encore une fois, nous devons nous montrer avec humilité devant l’Eternel, et ces versets expriment notre désir de vouloir briser les racines du mal en nous dans le nom glorieux de Yeshua. Ils expriment aussi la réalité suivante, le Saint Esprit ne demeure pas avec le profane, de ce fait lorsque nous nous lions aux péchés, nous nous détachons du Saint Esprit, et prenons le risque de ne plus être habiter par lui car nous l’aurons chassé de nos vies à cause de nos souillures.

Parallèlement, nous implorons la face clémente d’Elohim et non la face de sa Justice, car nous savons que du fait de la justice de ses yeux nous n’en serions nullement dignes, et que lui seul peut nous rendre digne de recevoir son Pardon par Yeshua.

Versets

« 51,15 Je voudrais enseigner tes voies aux pécheurs, afin que les coupables reviennent à toi.

51,16 Préserve-moi, ô Dieu, Dieu de mon salut, d’un arrêt sanglant : ma langue célébrera ton équité.

51,17 Seigneur, puisses-tu m’ouvrir les lèvres, pour que ma bouche proclame tes louanges ! »

Ici, nous sommes confortés dans la mission que Yeshua notre maitre nous a donné, qui est celle de transmettre la Parole de notre Elohim aux païens, afin qu’ils reviennent vers lui. Pour cela nous devons consacrés nos lèvres tout comme notre cœur à l’édification, à l’adoration, à la louange, à l’intercession, à l’amour pour Dieu. Nous devons pour agir de la sorte être remplis du Saint Esprit pour que lui parle à travers nos bouches. De plus, nous savons qu’Elohim est le Dieu de notre salut dans la personne de notre Sauveur Yeshua.

Versets

« 51,18 Car tu ne souhaites pas de sacrifices, je les offrirais volontiers tu ne prends point plaisir aux holocaustes :

51,19 les sacrifices [agréables] à Dieu, c’est un esprit contrit ; un cœur brisé et abattu, ô Dieu, tu ne le dédaignes point. »

Dieu ne demande pas le sang car il l’a reçu le sang le plus pur qu’il existe celui de Yeshua son fils Unique. Donc nous n’avons pas à lui apporter de la chair et du sang, mais belle et bien notre corps et notre esprit qui doivent lui être dévoués, consacrés et dépendants. Nous avons besoin de lui, ce n’est pas une option mais une certitude.

Versets

« 51,20 Ah! dans ta bienveillance, daigne restaurer Sion, rebâtir les murailles de Jérusalem.

51,21 Alors tu agréeras des sacrifices pieux, holocaustes et victimes parfaites alors on présentera des taureaux sur ton autel. »

Dans ces deux derniers versets, nous est dessiné l’espérance de la nouvelle Jérusalem dans le nom glorieux de Notre Sauveur Yeshua qui revient bientôt.

Ce psaume 51 est donc une véritable salle de préparation spirituelle pour notre esprit avant de nous repentir, afin de déchirer notre cœur en deux et l’offrir à Dieu afin de lui montrer notre volonté d’être brisé, façonner, entre ses mains pour marcher sur sa voie. Il y a plusieurs niveaux dans la lecture des téhilims, et là je vous ai une interprétation spirituellement basique mais pour les plus assoiffées de la Parole, je vous pousse à demander à l’Esprit Saint de vous révéler les secrets de ce psaume qui sont liés à notre Sauveur Yeshua.

%d blogueurs aiment cette page :